Économie britannique élevée à 4,8 mais inférieure au niveau d’avant la crise.

La valeur monétaire du Royaume-Uni est restée stable sur le marché des changes, même après que le PIB britannique s’est amélioré de 4,8% au deuxième trimestre.

La consommation des ménages (7,3% vs 6,4% au T1) est le principal moteur de reprise de l’activité économique et des charges publiques (1,6% vs +1,5%) car la plupart des réglementations sanitaires ont été annulées.

A l’inverse, l’investissement fixe (-0,5% contre -1,7%) a continué de baisser, le commerce extérieur a eu un impact négatif sur le PIB et les importations ont augmenté plus vite que les exportations.

D’un point de vue catégoriel, les principaux acteurs de Push étaient le commerce de gros et de détail, le logement, l’alimentation et l’éducation.

Malgré une amélioration significative du PIB britannique, l’économie est toujours en baisse de 4,4% par rapport aux niveaux d’avant-crise, mais de 2,9% dans la zone euro. L’économie britannique devrait atteindre les niveaux d’avant la crise d’ici la fin de l’année, mais chutera toujours sans pandémie.

La perspective GBP/USD est atténuée entre 1,40 et 1,37

Du point de vue de l’analyse technique, les perspectives pour le GBP/USD sont différentes. Bien que la tendance initiale soit toujours haussière, la paire GBP/USD est inactive depuis le début de l’année et la pression à la baisse semble s’accélérer, comme en témoigne les plus hauts et les plus bas du printemps.

à lire également : Séance asiatique : Les accords à terme concernant l’or en hausse.

L’écart entre la moyenne mobile à 50 jours et la moyenne mobile à 200 jours montre que les acheteurs perdent de leur élan. Ces deux moyennes glissantes se croisent au début de l’année car leur différence est éminente.

Les perspectives peuvent être baissières si la paire GBP/USD est hors de portée depuis le début de l’année. Une cassure en dessous de 1,37 $ ouvre la voie à une conversion baissière. D’ici là, les perspectives initiales sont toujours optimistes, mais il vaut mieux attendre un signal haussier avant de se tourner vers un achat. Une cassure du plus bas de 1,40 $ pourrait être le premier signal technique haussier.

Longueur d’avance en terme de vaccination

Cependant, face à l’hécatombe, les Britanniques ont réagi rapidement. Depuis le début de la campagne de vaccination, ils devancent l’Union européenne. L’Union européenne a attendu un examen complet par l’Agence européenne des médicaments avant d’autoriser le vaccin à circuler dans le pays, tandis que de l’autre côté de la Manche, elle a délivré une autorisation d’urgence. De plus, la Commission européenne a choisi de négocier avec les laboratoires pour les rendre légalement responsables des effets secondaires du vaccin, contrairement au Royaume-Uni. En conséquence, à la mi-février, l’UE était au niveau de vaccination atteint par le Royaume-Uni un mois plus tôt.

Une réouverture de l’économie plus rapide

Ainsi, à partir du 12 avril, le Royaume-Uni a profité de la suppression progressive des restrictions sanitaires, notamment de la réouverture des bars et restaurants, alors que la France restait fermée. En conséquence, le PIB a de nouveau rebondi après avoir reculé de 1,6 % au premier trimestre, principalement soutenu par les dépenses des ménages (en hausse de 7,3 % au deuxième trimestre). Par ailleurs, la croissance économique tend à s’accélérer, avec une croissance de 1% sur le seul mois de juin et de 0,6% en mai, même si le premier mois après la quarantaine a largement contribué à la reprise économique, qui a augmenté de 2,2% en avril.

à découvrir aussi : Allemagne : les bourses sont répertoriées dans l’ordre. Hausse du DAX de 0,35.

À première vue, l’économie britannique se redresse plus vite que la France. Selon les données de l’Office national des statistiques (ONS), le produit intérieur brut (PIB) du pays a fortement rebondi de 4,8% au deuxième trimestre, alors que la France n’était que de +0,9%.

L’économie du pays avait déjà redémarré dans la Manche. Cependant, il n’est pas revenu à son niveau d’avant-crise car il est inférieur de 4,4% à celui de fin 2019. Quant à la France, elle se rapproche de plus en plus des niveaux d’avant-crise, -3,3% par rapport au quatrième trimestre 2019.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des