Dooly, basé à Vancouver, lève un tour de série B de 80 millions de dollars américains


La start-up logicielle basée à Vancouver Dooly, qui propose une solution de travail connecté pour les professionnels de la vente, a clôturé un cycle de financement de série B de 80 millions USD, portant le financement total de la startup à ce jour à 105 millions USD.

La nouvelle de l’augmentation survient deux mois après que Dooly a annoncé un financement de 20,3 millions de dollars.

Le tour était dirigé par Spark Capital, avec la participation de nouveaux investisseurs Greenspring, Tiger Global et Lachy Groom, et des investisseurs existants Boldstart Ventures, BoxGroup et Addition. Will Reed de Spark Capital a rejoint le conseil d’administration de Dooly après le tour. Selon des sources qui se sont entretenues avec TechCrunch, le nouveau financement valorise Dooly à 300 millions de dollars.

Fondé en 2016 par le PDG Kris Hartvigsen et le CTO Justin Vaillancourt, Dooly propose des logiciels destinés à aider les professionnels de la vente à mettre à jour Salesforce, à prendre des notes et à gérer les transactions. Dooly synchronise instantanément les notes avec Salesforce, Slack, G-Suite, dans le but d’éviter aux utilisateurs d’avoir à dupliquer leur travail. La plate-forme utilise également l’intelligence artificielle pour afficher des «cartes de combat» basées sur le contexte des appels des clients, afin que les professionnels de la vente puissent conclure plus d’affaires.

Dans une déclaration récente, Dooly a déclaré qu’il aidait actuellement à alimenter plus de 500 entreprises et que ses utilisateurs s’étendent sur des entreprises telles que Asana, Airtable, BigCommerce, Contentful, Figma, Intercom, Lessonly et Vidyard.

CONNEXES: Jonah Group lance un outil de sécurité au travail à distance

La nouvelle de l’augmentation survient deux mois après que Dooly a annoncé un financement de 20,3 millions de dollars, qui consistait en une ronde de départ 2020 et une ronde de série A. Au moment où Dooly a annoncé ces deux cycles de financement, Hartvigsen a déclaré que BetaKit Dooly avait vu une croissance significative au milieu du passage alimenté par la pandémie vers le travail à distance. Le PDG a affirmé que la croissance des utilisateurs de Dooly avait plus que triplé depuis le début de la pandémie.

La société a déclaré que le produit de son tour de série B sera dépensé pour le développement de talents et de produits, qui a également été utilisé pour le produit des deux tours précédents. Dooly utilisera également le capital de la série B pour évaluer des cas d’utilisation pour étendre son offre à d’autres départements professionnels, des plans que Hartvigsen a d’abord indiqués à BetaKit en mars. Hartvigsen a également noté en mars les plans de la startup de passer à 50 employés d’ici la fin de cette année.

Dooly était l’une des nombreuses entreprises technologiques canadiennes qui ont pu tirer profit de l’impact de la pandémie COVID-19 sur notre façon de travailler. Un tel exemple est Synapse, une autre startup basée à Toronto, qui a affirmé voir une augmentation de la demande pour son logiciel d’apprentissage en ligne pour les programmes de formation en entreprise et a conduit l’entreprise à lever 2,64 millions de dollars canadiens en août.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires