Deuxième QG en vue pour le géant de l’e-commerce Amazon

0
53851

Amazon envisage de diviser son deuxième siège social de manière égale entre deux villes, ont déclaré lundi des personnes familiarisées avec le sujet. Dallas, Long Island City à New York et Arlington près de Washington sont parmi les finalistes avec lesquels Amazon tiendrait des pourparlers approfondis, selon les rumeurs les plus fondées. A rappeler que 20 finalistes ont été choisis par Amazon pour y implémenter son deuxième QG. Jusqu’à présent, Amazon a refusé d’émettre des commentaires, que cela soit sur leurs favoris, ou sur le fait que QG2 serait divisé sur deux villes.

Pourquoi Amazon a-t-il décidé de diviser son deuxième QG ?

Le plus grand détaillant en ligne au monde a déclenché une frénésie d’appel d’offres en septembre 2017 en annonçant qu’il investirait plus de 5 milliards de dollars pour créer un «QG2» en plus de son siège à Seattle, et embaucher jusqu’à 50 000 personnes.
L’une des principales raisons de cette décision a été prise par Amazon, qui exploite des satellites dans le monde entier, de recruter les meilleurs talents. Offrir un choix de sièges sociaux pourrait l’aider à recruter de nouveaux employés dans une bataille contre Google, d’Alphabet, avec laquelle Amazon est en concurrence dans des domaines tels que l’informatique en nuage, et la technologie à commande vocale. La scission du QG2 pourrait également aider Amazon à atténuer le même degré de congestion, et de hausse du coût de la vie qui a conduit aux troubles à Seattle. Une crise du logement abordable a incité le conseil municipal à adopter une taxe d’entrée sur les entreprises en mai, ce qu’Amazon a contribué à renverser lors d’un vote ultérieur du conseil municipal.

Pour les deux régions choisies, cela signifie que l’avantage – et le coût – de devenir un QG2 pourrait être différent de celui initialement prévu. Les 50 000 emplois qu’Amazon avait promis de créer seraient transformés en 25 000, et l’investissement estimé à 5 milliards de dollars pourrait être ramené à 2,5 milliards de dollars chacun. La pression sur le transport et le logement pourrait piquer moins, et la population pourrait se stabiliser plus tôt.

Il n’était pas clair quels programmes d’incitation étaient proposés à Amazon. Au début du concours, le New Jersey a proposé un potentiel de crédits de 7 milliards de dollars contre les taxes d’État, et de la ville si l’Amazon se trouvait à Newark, et s’en tenait aux engagements.

Une « bataille » qui fait rage dans les villes américaines

En janvier, Amazon a publié une liste de 20 villes qui, selon elle, étaient les finalistes. La plupart des emplacements se trouvaient dans des zones métropolitaines pouvant soutenir les employés, notamment les options de transport en commun et les aéroports. Depuis cette annonce, ces villes font tout pour se remarquer.

Si vous souhaitez revivre la mémoire des nombreuses villes qui ont tenté de courtiser Amazon, n’hésitez pas à revenir sur toutes les choses sauvages qu’elles ont faites pour attirer l’attention de la société : le maire de Kansas City, Sly James, a par exemple écrit 1 000 avis sur les produits Amazon; Celui deTucson, en Arizona, a tenté de livrer un cactus de 21 pieds au siège d’Amazon à Seattle; et une ville de Géorgie a proposé de se renommer «Amazon».

Lundi, le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a déclaré que l’État était en pourparlers avec Amazon. «Nous avons un excellent programme d’encouragement», qui n’était pas «fou» comme les offres d’autres États, a-t-il déclaré, selon l’audio de WCBS 880 Radio. « Je vais changer mon nom pour Amazon Cuomo si c’est ce qu’il faut », a-t-il aussi ajouter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here