Dans un marché perturbé, Grainger annonce une croissance de 7,1% de ses ventes au premier trimestre

0
116


« Comme d’autres entreprises dans le monde, » W.W. Grainger Inc. fait face à des pénuries de fournitures liées à la pandémie, comme les masques N95 et d’autres types d’équipements de protection individuelle, a déclaré hier le PDG D.G. Macpherson lors d’une conférence téléphonique avec des analystes financiers au cours du premier trimestre.

Mais le distributeur de produits commerciaux et industriels, qui pèse plusieurs milliards de dollars, a quand même gagné des parts de marché au cours du premier trimestre dans les ventes américaines de ses principaux produits de maintenance, de réparation et d’exploitation (MRO), ont déclaré les dirigeants.

Les ventes quotidiennes moyennes de la société aux États-Unis ont augmenté de 5,7 % par rapport à l’année précédente au cours du trimestre, un taux qu’elle a estimé à « environ 700 points de base plus rapide que le marché MRO plus large », qui, selon elle, a diminué de 1 à 1,5 %. En outre, la progression de l’action Grainger s’est accélérée à un rythme encore plus rapide au cours du dernier mois du trimestre, en mars, selon les dirigeants, car les effets de la pandémie sur les entreprises et les organismes de santé se sont aggravés.

Tom Okray, vice-président senior et directeur financier, a déclaré que les gains d’actions en mars étaient « presque le double » de ceux du trimestre complet, « ce qui vous amènerait à conclure potentiellement que lorsque les temps sont vraiment difficiles, [with] les bonnes choses que nous faisons, les clients viennent à nous et nous permettent de prendre des parts ».

De fortes ventes aux centres de distribution du commerce électronique

Dans l’ensemble de la clientèle de Grainger, « nos soins de santé, nos industries de base et les poches du gouvernement croissent beaucoup plus vite d’année en année », a déclaré M. Okray.

Mais certains clients dépensent plus que d’autres, en fonction de l’impact de la pandémie sur leur marché. M. Macpherson a noté que 10 % sont « très occupés », 40 % sont des entreprises essentielles moins touchées, 40 % sont non essentielles mais travaillent selon un calendrier réduit, et environ 10 % sont « ce que nous appellerions des perturbations ».

M. Grainger a noté des domaines de croissance particulièrement forte dans les ventes de fournitures aux détaillants de commerce électronique pour utilisation dans leurs centres de distribution. « Ce que nous avons vu, c’est que presque tout le trafic du commerce électronique… est en hausse », a déclaré M. Macpherson. « Et donc notre activité vers les centres de distribution qui servent ce trafic de commerce électronique est en hausse. »

Zoro.com gagne de nouveaux clients

Grainger a déclaré que les ventes du premier trimestre ont augmenté de 17% dans son activité « assortiment sans fin », qui comprend Zoro.com pour les petits clients aux États-Unis et à l’étranger, et MonotaRO.com, basé au Japon. « Le Japon n’a pas encore connu de fermeture brutale comme certains des autres marchés que nous avons vus », a déclaré M. Macpherson. « Il est certain que nous avons vu le modèle en ligne se comporter très, très bien.

Il a ajouté que Zoro a été particulièrement forte sur le marché américain, où elle a gagné de nouveaux clients. « Comme les nouveaux clients recherchent des solutions numériques différentes, nous voyons un très grand nombre de nouveaux clients arriver chez Zoro », a déclaré M. Macpherson.

Il a ajouté qu’une large évolution des clients vers le commerce numérique a également aidé le site de commerce électronique phare de l’entreprise, Grainger.com. « Nous nous sentons donc bien placés pour ce changement », a déclaré M. Macpherson.

Le premier trimestre fort, cependant, a été suivi d’une première moitié d’avril relativement difficile, a déclaré M. Grainger. Au 21 avril, les ventes de Grainger pour le mois ont baissé de 10 % par rapport à l’année précédente, « avec des différences spectaculaires » par zone de marché et par catégorie de produits, a déclaré M. Okray. Il a ajouté : « Il n’est pas surprenant que nos soins de santé, nos industries essentielles et les poches du gouvernement augmentent beaucoup plus rapidement d’une année sur l’autre, et nous constatons des baisses rapides ailleurs dans des domaines tels que l’hôtellerie et l’industrie lourde ».

En ce qui concerne les ventes de catégories de produits, Grainger connaît également un mélange. Les ventes de « produits de sécurité et de nettoyage sont en hausse significative d’une année sur l’autre, alors que la plupart des autres catégories sont en baisse, parfois de manière spectaculaire », a déclaré M. Okray.

Préparer l’avenir en janvier

M. Grainger « a commencé à planifier et à répondre à la pandémie fin janvier et a mis en place un groupe de travail sur la préparation aux situations d’urgence peu après », a déclaré M. Macpherson. « Au début, nous nous sommes concentrés sur l’approvisionnement en produits. Nous avons effectué d’importants préachats de produits non pandémiques, en tirant parti de notre capacité supplémentaire à Louisville pour nous assurer que nous pourrions approvisionner nos clients pendant cette période. Nos niveaux de service pour les produits non pandémiques restent élevés.

« Comme d’autres dans le monde, nous continuons de constater des pénuries et des ruptures de stock d’articles essentiels liés à la pandémie, notamment les masques N95, les désinfectants et autres EPI. Nous travaillons avec diligence avec nos fournisseurs, aux côtés de notre gouvernement et de nos clients du secteur de la santé pour obtenir le plus de produits possible, et nous essayons d’identifier et de trouver des alternatives appropriées.

« Nous avons eu des perturbations minimales jusqu’à présent sur des sujets non liés à la pandémie », a déclaré M. Macpherson. « Nous continuons à maintenir des niveaux de stocks élevés et nous tirons parti de nos relations solides avec nos fournisseurs et nos partenaires de transport pour sécuriser les produits et nous assurer que nous respectons notre promesse de livraison complète le jour même aussi régulièrement que possible ».

Attendre des gains à long terme

Afin de maintenir ses activités, Grainger prend également plusieurs mesures pour entretenir ses propres installations, y compris le contrôle de la température de tous les individus avant d’entrer dans les installations de Grainger, a déclaré M. Macpherson.

L’entreprise augmente également la rémunération du personnel qui travaille dans ses succursales et ses centres de distribution.

À long terme, M. Grainger s’attend à sortir gagnant, même s’il est difficile aujourd’hui de faire des prévisions à court terme sur l’activité des entreprises. « Nous constatons un flux très sain de nouveaux clients, compte tenu des demandes liées à la pandémie, et nous pensons que nous allons en sortir avec une belle augmentation de notre fichier clients également », a déclaré M. Macpherson. « Mais pour l’instant, il est vraiment difficile de faire des prévisions au-delà de ce mois-ci et du mois prochain ».

Le 31 mars, Grainger a déclaré avoir emprunté 1 milliard de dollars sur sa facilité de crédit renouvelable pour « compléter la solide position de trésorerie de l’entreprise » et assurer la liquidité pendant la pandémie.

Dans l’état financier annuel de 10 000 dollars qu’elle a déposé le mois dernier auprès de la Commission des valeurs mobilières des États-Unis pour son exercice 2019, Grainger note que les parts suivantes du total des commandes provenant de ses trois groupes de canaux numériques : site web, 30 % ; EDI et achats électroniques, 25 % ; et ses services de gestion des stocks KeepStock, 16 %. Cela représente 71 % des commandes passées par ses canaux numériques, les 29 % restants étant reçus par son réseau d’agences physiques et par téléphone. L’entreprise a déclaré un chiffre d’affaires total de 11,5 milliards de dollars en 2019, la part numérique de 71 % s’élevant à 8,2 milliards de dollars.

Pour le premier trimestre qui s’est terminé le 31 mars, Grainger a rapporté :

  • Les ventes nettes totales ont augmenté de 7,2 % d’une année sur l’autre pour atteindre 3,001 milliards de dollars ; le fait de représenter 71 % des ventes dans le commerce électronique global porte les ventes du commerce électronique à 2,13 milliards de dollars ;
  • Le bénéfice brut a augmenté de 2,4 %, passant de 39,1 % à 1,121 milliard de dollars, ce qui se traduit par une marge bénéficiaire brute de 37,4 % ;
  • Le bénéfice net a diminué de 29,4 %, à 185 millions de dollars.

Inscrivez-vous pour un abonnement gratuit à Digital Commerce 360 B2B News, publié 4 fois par semaine, qui couvre les tendances technologiques et commerciales dans le secteur en pleine expansion du commerce électronique interentreprises. Contactez le rédacteur en chef Paul Demery à l’adresse suivante [email protected] et le suivre sur Twitter @pdemery.

Suivez-nous sur LinkedIn et soyez les premiers à savoir quand le nouveau contenu de Digital Commerce 360 B2B News est publié.

Favoris

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here