Ada Support licencie 23 % de son personnel dans un contexte d’incertitude causé par la pandémie

0
124


Ada Support, qui fournit une plate-forme de chatbot alimentée par l’IA pour les équipes de service à la clientèle, a licencié de façon permanente 36 employés à temps plein, ce qui représente un peu moins d’un quart de l’entreprise.

« La grande majorité des entreprises prennent plus de temps pour acheter de nouveaux logiciels, car elles évaluent comment s’en remettre ».

Les 36 employés représentaient 23 % de l’équipe d’Ada, qui en comptait 156 auparavant. Ada a confirmé les licenciements de BetaKit, en précisant qu’il s’agissait d’une réduction des effectifs à l’échelle de l’entreprise, touchant toutes les régions dans lesquelles la start-up opère. Cinq étudiants en coopération qui, selon la start-up, n’avaient pas encore commencé, ont également été touchés, Ada notant qu’elle a choisi de ne pas poursuivre ces contrats.

Dans une déclaration à BetaKit, Ada a expliqué que, alors que ses clients se sont « penchés » sur sa technologie au milieu de la pandémie, l’entreprise a été « forcée » de réévaluer ses dépenses opérationnelles.

« Alors que nos clients s’appuient sur notre technologie pour faire face aux pics massifs de demandes de service, la grande majorité des entreprises mettent plus de temps à acheter de nouveaux logiciels pour évaluer comment se remettre de l’impact de cette pandémie », a déclaré Ada.

« Comme beaucoup de startups ces dernières semaines, l’incertitude généralisée à court terme nous a obligés à réévaluer nos dépenses opérationnelles », a ajouté la startup.

La décision d’Ada de réduire ses effectifs de près de 25 % intervient un peu plus d’un mois après que la start-up ait annoncé la clôture d’une série B de 63,7 millions de dollars canadiens (44 millions de dollars américains).

RELATIVES : Black Swan #2 – Effectuer des licenciements en cas de pandémie

Annoncé le 19 mars, le cycle a été mené par la société de capital-risque Accel, basée dans la Silicon Valley, avec la participation des investisseurs existants Bessemer Venture Partners, FirstMark, Version One, Leaders Fund et Burst Capital. À l’époque, Ada a déclaré qu’elle prévoyait d’utiliser le capital pour développer et ajouter plus de fonctionnalités à son chatbot.

Ben Fletcher, associé chez Accel, a déclaré à l’époque qu’Ada était « dans une position unique pour aider les entreprises à renforcer leurs relations avec leurs clients et à fournir une valeur à long terme impressionnante, même si leurs ressources sont limitées ».

Ada n’a pas répondu directement aux questions concernant l’impact de sa récente augmentation sur les licenciements, mais a déclaré dans sa déclaration qu’en raison de sa « croissance continue », Ada n’était pas éligible aux programmes fédéraux de soutien d’urgence aux entreprises, y compris la subvention salariale d’urgence du Canada.

La start-up a ajouté qu’elle est convaincue de pouvoir jouer un « rôle essentiel » pour aider les entreprises à se remettre des conséquences économiques de COVID-19.

« Ada est bien positionnée pour un succès à long terme et nous restons déterminés à faire évoluer notre plateforme d’expérience client automatisée afin d’aider les entreprises à réduire leurs coûts et à améliorer la satisfaction de leurs clients », a déclaré Ada.

En plus des 23 % de licenciements au sein de l’entreprise, Ada a également procédé à des « réductions matérielles » dans ses budgets de marketing, de voyage et autres budgets « hors effectifs », a déclaré la société à BetaKit.

RELATIVES : L’ICC demande au gouvernement fédéral d’étendre sa subvention salariale d’urgence pour soutenir les technologies canadiennes

« En prenant cette décision difficile, nous nous sommes efforcés de diriger avec gentillesse, dignité et respect, et d’honorer l’impact que chacun des membres de notre équipe a eu sur Ada », peut-on lire dans sa déclaration.

Basée à Toronto, Ada a été fondée en 2016 et est dirigée par son co-fondateur et PDG Mike Murchison. Le chatbot d’Ada permet aux équipes de support client de fournir des réponses automatisées aux demandes et questions des clients.

Le moteur de langage naturel de la plate-forme est censé permettre au chatbot de comprendre le sens et le contexte d’un message sans avoir besoin de phrases parfaitement construites. Parmi les clients de l’entreprise figurent AirAsia, Mailchimp, Shopify, Telus, Upwork et Zoom.

L’année dernière, Ada s’est associée à l’association à but non lucratif Ample Labs de Toronto pour lancer un chatbot sur l’IA pour la communauté des sans-abri de la ville.



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here