BDC Capital dévoile plus de détails sur le programme de jumelage des investissements pour les entreprises financées par le capital-risque


BDC Capital a révélé plus de détails sur son programme de financement provisoire qui a été annoncé plus tôt ce mois-ci. L’objectif de ce programme est de soutenir les entreprises canadiennes touchées par COVID-19 qui pourraient ne pas être admissibles à plusieurs des programmes d’aide existants du gouvernement fédéral.

Le financement sera émis sous forme d’obligations convertibles et commencera à 250 000 dollars.

Le programme apportera un soutien aux entreprises canadiennes financées par du capital-risque qui ont été touchées par la pandémie. Les dernières informations fournies par la BDC indiquent que le programme émettra des capitaux à partir de 250 000 dollars, ainsi que des critères d’éligibilité et des exigences supplémentaires pour les entreprises de capital-risque.

BDC Capital travaille en collaboration avec des sociétés de capital-risque sur cette initiative. Dans sa plus récente mise à jour sur le programme, les organismes ont indiqué qu’il pourrait égaler une ronde de financement en cours obtenue par des investisseurs qualifiés dans une entreprise admissible avec des billets convertibles à partir de 250 000 $. BDC Capital a déclaré qu’elle évaluera chaque entreprise de capital-risque et chaque entreprise en démarrage candidate au cas par cas.

Selon la BDC, le programme est ouvert à toutes les entreprises de capital-risque, même celles qui ne sont pas partenaires de BDC Capital. Pour être admissibles, les entreprises doivent avoir un capital engagé d’au moins 10 millions de dollars et une stratégie d’investissement axée sur le Canada.

Les informations les plus récentes précisent également que les candidats, y compris le commandité parrain, doivent avoir mis en place un tour de table après le 1er février pour être éligibles aux fonds de contrepartie. La BDC a déclaré qu’elle considérera rétroactivement les opérations conclues avant le déploiement du capital.

Les start-ups à la recherche de fonds doivent être des entreprises privées canadiennes ayant « des résultats prouvés en tant qu’entreprise viable » avant COVID-19. L’appariement est ouvert à tous les secteurs.

Alors que la BDC aurait envisagé d’étendre le système de jumelage des investissements pour les investisseurs providentiels et les entreprises financées par des investisseurs providentiels, sa dernière mise à jour sur le programme indique que les entreprises doivent être financées par du capital-risque et avoir réuni au moins 500 000 dollars de capitaux externes avant de faire une demande.

RELATIVES : Les demandes de cofinancement d’urgence commencent à s’ouvrir alors que la BDC finalise son programme

La BDC a déclaré que les start-ups intéressées devraient également montrer clairement comment l’entreprise a été touchée par la crise actuelle de COVID-19 et devraient d’abord parler à leurs actionnaires et investisseurs pour voir si cette offre leur convient.

Le programme de financement relais est une mesure que l’Association canadienne du capital-risque et des capitaux privés avait préconisée, ainsi que d’autres mesures qu’elle espérait voir le gouvernement prendre pour mieux soutenir le secteur technologique.

Le programme de financement relais n’a pas échappé aux critiques de la communauté du capital-risque. Un investisseur en capital-risque s’est entretenu avec BetaKit et a comparé le programme à un « cheval de Troie ». Il a fait valoir que l’offre de contrepartie par le biais de billets convertibles permet à la BDC d’encaisser des transactions et des entreprises auxquelles elle n’aurait peut-être pas eu accès autrement.

Avec des fichiers de Meagan Simpson.

Source de l’image BDC.



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires