Crypto Valley Venture Capital lance un fonds de démarrage pour les start-ups blockchain africaines.

Crypto Valley Venture Capital (CVVC) a récemment annoncé le lancement d’un fonds de démarrage pour les start-ups de la blockchain africaines. La société de capital-risque a investi dans 12 start-ups avec des exemples au-delà de la crypto. De plus, elle prévoit d’investir dans 100 startups africains jusqu’en 2025.

Le lancement d’un fonds axé sur l’Afrique

Crypto Valley Venture Capital  prévoit de lever 10 à 50 millions de dollars au cours des 4 prochaines années pour investir dans 100 startups africaines. D’après l’annonce, le fonds de capital-risque a réalisé 12 investissements en Afrique, dont Africa’s Leading Home. La société nigériane autorisera le registre foncier basé sur la blockchain et la plateforme de paiement mobile ghanéenne Mazzuma.

Selon CVVC, l’Afrique a la passion et le talent pour soutenir le développement d’entreprises prospères. En tant que tel, l’Afrique sera un marché majeur pour les « entreprises tirant parti de la blockchain » au cours des 5 prochaines années. La plupart des startups peuvent provenir d’Afrique du Sud, du Nigeria, du Kenya, du Ghana et d’Egypte, mais il est ouvert à soutenir des initiatives de tout le continent. 

Bonus : Le gouvernement d’Uruguay annonce le lancement d’une campagne contre les arnaques liées aux crypto-monnaies.

Les investissements de capital-risque en Afrique

Parallèlement à l’annonce du fonds, CVVC a également publié un rapport intitulé « Blockchain in Africa Report 2021″. Le fonds a expliqué que le financement des sociétés africaines de blockchain dépasse la croissance globale du financement du capital-risque africain de 11 fois par an.

Selon la société, l’une des raisons à cela est que les crypto-monnaies profitent du contournement des processus financiers traditionnels. Ainsi, la société estime que les crypto-monnaies sont bien placées pour relever divers défis économiques dans la région.

En effet, l’exchange VALR est un exemple notable, qui a clôturé son plus grand cycle de financement aux États-Unis en mars 2022, levant 50 millions de dollars. Alors que des start-ups comme VALR ont réussi à lever plus de capitaux, l’Afrique n’a pas encore vu de « méga-accord blockchain ». 

De plus en plus de capital-risqueurs manifestent de l’intérêt pour la région. Cependant, la société s’attend à ce que des licornes émergent dans l’écosystème de crypto-monnaie et de blockchain de la région au cours des 2-3 prochaines années

Par ailleurs, Véronique Haller, chargée d’affaires de l’ambassade de Suisse en Afrique du Sud, a déclaré :

« La blockchain a le potentiel d’être un catalyseur de changement positif et de façonner l’avenir de notre continent. Les données dans et autour de la blockchain en Afrique étant encore rare, le premier rapport Africa Blockchain sera une étape importante. Et gageons que l’Afrique abritera bientôt sa première licorne blockchain. »

Pour aller plus loin : La Banque centrale européenne affirme que les crypto-monnaies ne conviennent pas comme réserve de valeur.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires