Crypto Exchange Bybit reçoit un avertissement de la FSA japonaise



Lundi, l’Agence japonaise des services financiers (FSA) a émis un avertissement à l’échange cryptographique Bybit concernant des opérations non enregistrées.

Échange de dérivés cryptographiques Bybit Fintech Limited a été officiellement averti par la FSA pour l’exécution de ses opérations sans enregistrement approprié. Bybit fonctionne comme un échange de dérivés cryptographiques proposant des contrats à terme en monnaie numérique, des swaps perpétuels et un certain nombre d’autres contrats utilisés par les traders cryptographiques.

L’avertissement allègue que les opérations de Bybit donnent aux commerçants japonais la possibilité de tirer parti de la bourse et que la bourse ne s’est pas encore enregistrée auprès de la FSA. C’est le premier avertissement que la FSA envoie depuis plus de trois ans à un échange cryptographique.

Le dernier étant Binance en 2018 pour ne pas avoir satisfait aux exigences d’enregistrement similaires. Actuellement, le Japon compte plus de deux douzaines d’échanges cryptographiques fonctionnant avec un enregistrement approprié sous la FSA.

Ceci marque le deuxième avertissement pour Bybit, bien que le premier en Asie. Plus tôt dans l’année, la Financial Conduct Authority (FCA) du Royaume-Uni a lancé un avertissement similaire à Bybit. La FCA a été un peu plus stricte avec son libellé et Bybit a interrompu toutes les opérations au Royaume-Uni.

Malgré ces obstacles récents, Bybit se classe toujours parmi les cinq premiers en termes de volume de transactions sur les échanges à terme de bitcoin (BTC).

Le Japon n’est pas le seul pays à sévir

L’avertissement adressé à Bybit intervient à une époque où les responsables fédéraux du monde entier ont commencé à examiner de plus en plus les services de crypto-monnaie.

La Corée du Sud, par exemple, déploiera un nouvel impôt sur le revenu de 20% sur les transactions cryptographiques à partir de l’année d’imposition 2022. Ceci, comme la plupart des nouvelles réglementations, ne concerne pas seulement le pays en tirant parti des bénéfices, mais également la lutte contre les activités illégales ou illicites utilisant la crypto comme bouclier.

L’un des plus gros problèmes entourant le commerce cryptographique dans le monde est l’évasion fiscale, qui est devenue un problème important aux États-Unis. Pour l’année fiscale 2020, qui vient de se terminer il y a quelques semaines, les États-Unis ont ajouté des questions cryptographiques aux déclarations de revenus afin de réduire l’énorme écart fiscal dans le pays.

Charles Rettig, commissaire de l’IRS, estime que plus de 443 milliards de dollars d’impôts impayés peuvent être attribués aux monnaies virtuelles. D’autres pays, comme la Chine, ont récemment commencé à réglementer les opérations d’extraction de crypto-monnaies. Cette décision a moins à voir avec des activités illégales ou une évasion fiscale qu’avec des problèmes d’environnement et d’infrastructure. Plus tôt dans le mois, la Chine a également interdit aux institutions financières nationales d’offrir des services liés à la cryptographie.

Avertissement

Toutes les informations contenues sur notre site Web sont publiées de bonne foi et à des fins d’information générale uniquement. Toute action que le lecteur entreprend sur les informations présentes sur notre site Web est strictement à ses propres risques.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Investir dans Air Liquide

Air Liquide est un groupe français spécialisé dans la production du gaz. La fourniture de technologies est également une de ses principales activités. A travers