Comment repérer la désinformation et éviter de la diffuser


Le chercheur en cybersécurité Liviu Arsene explore la façon dont les utilisateurs peuvent repérer la désinformation en ligne.

Les médias sociaux sont une arme à double tranchant. Il a été prouvé qu’il avait un impact incroyablement positif en termes de connexion et de mobilisation de personnes qui ont un objectif commun. Pourtant, il a également la capacité de séparer et d’isoler les gens en fonction de leurs points de vue. En effet, les plateformes de médias sociaux peuvent nourrir les utilisateurs avec un contenu similaire à leurs préférences observées ou à celles de leurs amis en ligne.

De même, les personnes ayant des valeurs ou des points de vue différents sont susceptibles de recevoir des documents pertinents, ce que l’autre groupe de personnes ne verrait jamais. Cette chambre d’écho signifie que parfois la désinformation peut être plus difficile à identifier car tout le monde ne peut pas la voir et donc il faut plus de temps pour qu’elle soit appelée.

En fait, les fausses nouvelles et la propagation de la désinformation sont un problème sans cesse croissant. À tel point qu’un nouveau code de pratique volontaire de l’industrie a été lancé visant à réduire la désinformation sur les plates-formes numériques, qui a été adopté par Twitter, Google, Facebook, Microsoft, Redbubble et TikTok.

Elle fait suite à l’enquête sur les plateformes numériques, menée par l’Australian Communications and Consumer Commission (ACCC), sur la domination des plateformes et du News Media Bargaining Code actuellement au parlement. Le code de bonnes pratiques engage les plates-formes dans une gamme de mesures évolutives pour réduire la propagation et la visibilité de la désinformation et de la désinformation.

Bien que ces plates-formes de médias sociaux puissent potentiellement être utilisées comme un véhicule pour répandre de la désinformation, il existe de nombreuses façons par lesquelles de mauvais acteurs diffusent du contenu malveillant ou mal informé.

Les fermes de sites Web et les robots sont couramment utilisés pour publier et amplifier du contenu trompeur et restent parmi les mécanismes les plus efficaces pour la diffusion de «fausses nouvelles» et de désinformation. Par conséquent, il est important que les utilisateurs sachent à quoi ils doivent faire attention, afin de se protéger des victimes de la désinformation.

Repérer les signes de désinformation

Les fermes de sites Web utilisent une tactique courante consistant à publier et à republier à plusieurs reprises du contenu de «  fake news  », dans le but de légitimer le contenu en donnant l’impression qu’il est répandu. Les robots des réseaux sociaux sont également utilisés dans le même esprit, publiant et partageant régulièrement des informations trompeuses, afin de les amplifier.

Repérer de faux sites Web de nouvelles peut être une simple question de vérifier depuis combien de temps ils publient des nouvelles. Parfois, ces sites Web n’ont que deux ou trois semaines de «contenu», ce qui devrait être un premier signe de suspicion.

La même chose s’applique aux comptes de médias sociaux. Si la recherche dans un flux révèle plusieurs messages de nature similaire, aucun message personnel et un petit nombre d ‘«  amis’ ‘, qui semblent tous partager les mêmes messages ou des messages similaires, cela devrait également être un signe d’avertissement qu’ils sont susceptibles de publier des informations trompeuses.

Les fermes ou usines de trolls – généralement considérées comme un groupe institutionnalisé de trolls d’Internet qui cherchent à interférer dans les opinions politiques et la prise de décision – peuvent davantage contribuer à la diffusion de la désinformation.

Ils harcèlent ou discréditent les informations légitimes dans le but de promouvoir leurs propres fausses informations. C’est pourquoi il est important d’obtenir vos informations auprès de sources fiables, officielles et réputées.

Soutenir Silicon Republic

L’un des signes les plus évidents de désinformation est lorsque le site Web ou la «source» de l’information n’a ni réputation ni histoire. Certaines fermes de contenu peuvent copier le thème et le format de médias légitimes, dans le but de sembler légitimes, puis de simplement publier de fausses nouvelles.

Repérer les subtilités du partage de fausses informations

Il convient de noter que la désinformation pourrait également prendre des formes plus subtiles. Cela n’implique pas nécessairement des affirmations complètement ridicules. Au lieu de cela, il y aura une légère reformulation, une reformulation ou une tentative de lier le sujet actuel à une revendication complètement différente, qui est hors contexte, afin de modifier l’histoire originale.

Mélanger des faits avec de la désinformation pourrait sans doute créer des histoires très convaincantes. Bien sûr, cela nécessiterait plus que de simples machines et algorithmes pour générer du texte, mais une réelle intervention humaine et la création de contenu créatif. Ce type de désinformation peut être considéré comme du faux journalisme ou de la propagande.

À une échelle bien inférieure, les e-mails de phishing et les spams soigneusement rédigés pourraient être considérés comme de la désinformation. Celles-ci semblent authentiques à première vue, ou peuvent même manipuler des informations légitimes, mais si elles sont engagées, elles peuvent potentiellement causer des dommages à la victime.

Par exemple, les e-mails de phishing sur le thème de Covid, promettant des informations exclusives sur les vaccins et les traitements, pourraient être considérés comme un type de fake news. Cependant, le résultat final est d’amener la victime à ouvrir une pièce jointe infectée ou à cliquer sur un lien frauduleux, ce qui est qualifié de cybercriminalité.

Distinguer les sources fiables et non fiables

Le moyen le plus simple de faire la distinction entre les informations fiables et non fiables en ligne est de vérifier tout ce que vous lisez. Vous devez toujours croiser les informations que vous voyez avec des informations provenant de sources fiables, telles que des sites Web gouvernementaux ou des sites Web et des agences de presse réputés.

Lutter contre les fausses nouvelles est plus qu’une simple question de technologie, mais aussi une question de formation pour devenir des journalistes d’investigation afin de s’assurer que le contenu que nous consommons est correct. Vérifier la légitimité des informations que nous lisons en ligne devrait devenir une seconde nature pour nous tous.

Il est également très important de signaler les sources de désinformation et de ne pas contribuer à son amplification en la partageant. Il ne s’agit pas seulement de vous, mais aussi de protéger la communauté des gens autour de vous.

L’essentiel est que les médias sociaux sont un outil puissant, car ils peuvent mobiliser les gens pour de bon et combler la distance entre tout le monde dans le monde, où qu’il se trouve. Cependant, cela dépend de chacun de nous pour freiner la propagation de la désinformation. En 2021, nous devrions tous être assez courageux pour sortir de la chambre d’écho et examiner de près les faits réels.

Par Liviu Arsene

Liviu Arsene est un chercheur mondial en cybersécurité pour la société de logiciels de cybersécurité Bitdefender.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires