Comment les organisations s’orientent vers une Journée internationale de la femme virtuelle


Alors que nous entrons dans la deuxième année de la pandémie du COVID-19, les organisations trouvent de nouvelles façons de rendre virtuel ce qui était autrefois en personne. Depuis plus d’un siècle, la Journée internationale de la femme (JIF) a organisé des conférences, des petits-déjeuners et d’autres événements en personne axés sur la connexion et la célébration des femmes. En 2021, IWD sera une affaire entièrement virtuelle.

BetaKit s’est entretenu avec diverses organisations – des startups aux entreprises mondiales – sur la façon dont elles s’efforcent d’honorer l’esprit de la Journée internationale de la femme dans un nouveau monde virtuel.

«Nous avions besoin de quelque chose de plus.»

«J’ai toujours organisé des événements Women in AI / tech, mais maintenant nous avions besoin de quelque chose de plus», a déclaré Helen Kontozopoulos, fondatrice de la start-up IA ODAIA. «Nous avions besoin d’un événement qui puisse coacher, encadrer, enseigner et réseauter, le tout en une semaine et au-delà.»

Kontozopoulos a beaucoup d’expérience dans la planification d’événements pour femmes, ayant organisé plusieurs événements au fil des ans pour l’Université de Toronto, ses propres entreprises et en partenariat avec d’autres organisations. Ainsi, lorsque COVID a frappé, elle savait que le changement était nécessaire et l’a bien accueilli, prenant le format virtuel comme une opportunité d’élargir la portée de l’événement. Kontozopoulos s’est associée à la vice-présidente de Dentsu Canada, Kate Dobrucki, et à Michelle Scarborough, associée directrice du fonds Women in Tech de BDC, au sujet de l’organisation d’un événement pour toutes les femmes entrepreneures canadiennes. Le résultat, Forger de nouvelles frontières, présente un plus large éventail de conférenciers et de sujets que ce qu’elle pourrait généralement avoir lors d’un événement local en personne.

«Pour moi personnellement, il s’agit de partager nos connaissances et nos ressources avec le monde», a déclaré Kontozopoulos. «Avant le COVID, cet événement aurait eu lieu en personne – mais le format virtuel nous offre maintenant la possibilité d’être mondial et d’avoir un impact encore plus grand.»

Une scène plus large «pour des conversations courageuses».

Cisco Canada a ressenti une attirance similaire en faveur d’un changement d’orientation. La société multinationale de technologie a mis en place un programme mondial de soutien aux femmes depuis 1997 avec le lancement de Cisco’s Connected Women, qui compte désormais 4000 employés Cisco dans 40 pays différents et 100 chapitres différents (le programme a fusionné avec le groupe externe de Cisco, Cisco Empowered Women’s Network, en 2019, prendre le nouveau nom Femmes de Cisco).

«Le format virtuel nous offre désormais l’opportunité d’être mondial et d’avoir un impact encore plus grand.»
– Helen Kontozopoulos, ODAIA

La section canadienne compte maintenant plus de 400 membres à l’échelle nationale après avoir quitté le groupe nord-américain plus large. Chaque année pour IWD, les responsables des sections locales organisaient généralement des événements pour des bureaux spécifiques mettant en vedette des partenaires locaux et des tables rondes. Maintenant, avec le travail à distance éliminant les frontières géographiques, la section de Cisco Canada s’est soudainement retrouvée à jouer un rôle de premier plan dans le réseau des Amériques pour un IWD virtuel, rejoignant les réseaux de femmes des États-Unis, d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud.

Mariam Leon, la dirigeante canadienne des femmes de Cisco, a déclaré que la stratégie consistait à aligner ses initiatives internes sur le #ChooseToChallenge des Nations Unies, un mouvement visant à remettre en question le statu quo des droits des femmes. Cependant, le contenu de l’événement a été décidé au niveau régional. Pour Cisco Americas, le choix a été de célébrer pendant trois jours – du 10 au 12 mars – et d’inviter tous les employés de Cisco à venir à l’événement. Le nouvel événement à l’échelle des Amériques diffusera des conférences et des panels aux près de 10 000 employés de Cisco entre l’Amérique du Nord, centrale et du Sud.

Leon a déclaré que Cisco avait profité de l’occasion virtuelle pour réviser son approche des problèmes hyperlocaux à des problèmes plus vastes, et faire pression pour des conversations plus intersectionnelles. En plus des activités de renforcement des compétences, l’événement comprendrait des discussions de groupe axées explicitement sur l’expérience des identités intersectionnelles chez Cisco, produites en collaboration avec le groupe de ressources LGBTQ + et le réseau d’employés noirs de Cisco.

«Une scène virtuelle plus large a donné à tous les groupes de ressources des employés (GRE) – le réseau des femmes, le réseau fierté LGBTQ + et le réseau des employés noirs – l’opportunité de collaborer pour avoir des conversations courageuses et apprendre ensemble», a déclaré Leon.

«La reprise, puis la poursuite du succès, était notre priorité.»

Avec une concentration locale dédiée, Genesis a fait face à un défi légèrement différent. Fondé en 1997, le centre d’innovation de St. John’s, à Terre-Neuve, a pour mission spécifique de «créer de la richesse économique et des débouchés dans notre province» en soutenant les entrepreneurs technologiques, a déclaré Annagray Campbell, coordonnatrice du marketing et des communications de Genesis.

Lesley Galgay, responsable du programme pour les femmes de Genesis dans les efforts de technologie et de diversité, a déclaré que le programme ne comptait aucune femme entrepreneur en 2014. Elle s’est jointe à lui pour «remettre en question la notion préconçue de ce à quoi ressemble un entrepreneur en technologie». Après avoir lancé une communauté de femmes à vocation locale appelée Women in Tech Peer Group, le programme est passé de zéro à plus de 30% des fondateurs de Genesis s’identifiant comme des femmes.


CONNEXES: UNE LISTE INCOMPLÈTE D’ÉVÉNEMENTS, DE PROGRAMMES ET D’ORGANISATIONS TECHNOLOGIQUES CANADIENS SOUTENANT LES INITIATIVES DES FEMMES


Lorsque le COVID-19 a frappé, l’équipe de Genesis a réfléchi à la fois à la manière de soutenir sa communauté locale et de profiter de nouvelles opportunités.

«Notre concentration sur la reprise et le succès continu de nos clients était notre première priorité», a déclaré Campbell. «Le COVID-19 a lancé un défi à nombre de nos clients, mais il leur a également offert des opportunités d’aider à résoudre des problèmes qui n’étaient pas aussi urgents avant la pandémie.»

Pour IWD, Genesis se penche sur ces problèmes urgents. Le pôle d’innovation accueillera un événement virtuel avec Christine Goudie, cofondatrice et PDG de Granville Biomedical. La mission de Granville est de faire progresser la santé des femmes, mais l’entreprise est également connue pour avoir développé l’un des seuls tests sur écouvillon COVID-19 faits maison au Canada. L’événement vise à célébrer les femmes conformément à l’esprit de la JIF, mais aussi à inspirer les entrepreneurs locaux en faisant la démonstration des innovations provenant de St. John’s qui peuvent avoir un impact mondial.

Nouveau look, nouvelles opportunités

Le premier rassemblement de la Journée internationale de la femme a eu lieu en 1911, selon le site officiel de l’IWD. Pendant la majeure partie de l’histoire de l’événement, les rassemblements virtuels n’étaient même pas une idée connue, encore moins une possibilité technologiquement réalisable. Puis, du jour au lendemain, ils sont devenus la seule option.

Nouhaila Chelkhaoui, la directrice des programmes de femmes fondatrices pour la DMZ, pense que le format virtuel est un moyen fantastique d’offrir plus de valeur aux gens. Cependant, elle avertit également que les événements virtuels devraient être différents, et non pas un remplacement complet, des rassemblements en personne lorsqu’il est sécuritaire de le faire.

«Je pense qu’il est important que les organisations continuent de gérer leurs programmes et événements virtuellement pour s’assurer que les entrepreneurs ne passent pas à côté des réseaux et des ressources dont ils ont besoin», a déclaré Chelkhaoui. «Cela dit, de nombreux fondateurs manquent le cadre en personne; c’est difficile à remplacer, je pense.

Alors que les organisations découvrent comment elles vont pivoter pour 2021, un fil conducteur est apparu dans ceux auxquels BetaKit a parlé pour utiliser ce moment pour capitaliser sur de nouvelles opportunités pour effectuer des changements. Bien que l’objectif reste le même – célébrer les réalisations sociales, économiques et culturelles des femmes – l’incitation du COVID à réfléchir vite fait également penser plus grand à ces organisations.

«Nous devons également avoir des conversations pertinentes pour tous les alliés», a déclaré Jennifer Rideout de Cisco Canada. «Comment les alliés apprendront-ils les expériences des femmes si nous n’en parlons pas?»


Vous souhaitez en savoir plus sur la manière dont vous pouvez apporter votre soutien?
Cliquez ici pour lire une liste (incomplète, mais croissante) d’événements, de programmes et d’organisations soutenant les initiatives des femmes au Canada.




Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des