Coinbase fait face à un autre recours collectif pour des déclarations fausses et trompeuses.

Après que le régulateur SEC a divulgué une enquête en cours contre Coinbase, la bourse a fait face à un autre recours collectif. Bragar Eagel & Squire, PC, le cabinet d’avocats spécialisé dans les droits des actionnaires a déposé un nouveau recours collectif contre elle devant le tribunal de district américain du New Jersey au nom des détenteurs de titres Coinbase achetés ou acquis le 14 avril 2021 et 26 juillet 2022.

Une autre accusation pour Coinbase

La société a ouvert le dossier aux investisseurs jusqu’au 3 octobre 2022. 

Elle a déclaré : « La plainte allègue que tout au long de la période de classe, les défendeurs ont fait des déclarations matériellement fausses et trompeuses concernant les activités, les opérations et les politiques de conformité de la société.« 

Le procès tourne autour de Coinbase révélant dans le rapport du premier trimestre 2022 de la plateforme que ses clients seraient considérés comme des créanciers non-garantis en cas de procédure de faillite. Alors que les actions chutaient à l’ouverture du lendemain, le PDG de Coinbase, l’accusé Brian Armstrong, a admis qu’il s’agissait d’une divulgation retardée peu de temps après, en mai.

Comme rapportée, la SEC américaine enquête sur Coinbase pour avoir permis aux Américains de négocier des titres non enregistrés. Cela en faisant encore baisser le prix des actions ordinaires à la prochaine ouverture du marché, brûlant les poches des actionnaires. Pendant ce temps, Pomerantz LLP a également lancé un recours collectif contre Coinbase et certains de ses dirigeants, selon un communiqué récent.

Lecture connexe : Blackrock fait appel à Coinbase pour proposer des services cryptos aux investisseurs institutionnels.

Nouvelles questions juridiques après une tentation d’approche de la Cour suprême

Les nouveaux problèmes juridiques sont survenus un jour avant que Coinbase Global ne demande à la Cour suprême des États-Unis d’arrêter le procès. En effet, elle appelait à l’arbitrage des affaires déposées à l’amiable. La plateforme a également appelé à une intervention urgente dans les affaires, affirmant qu’elle subirait un « préjudice irréparable » si la procédure était autorisée à se poursuivre.

Par ailleurs, Coinbase est l’une des 40 plates-formes faisant l’objet d’une enquête, comme l’aurait confirmé le bureau de la sénatrice Cynthia Lummis. Pendant ce temps, Coinbase publiera ses résultats du deuxième trimestre après avoir annoncé un partenariat massif avec BlackRock. Bien que l’accord ait eu un impact positif sur le cours de l’action de COIN, la clameur réglementaire pourrait continuer à empêcher sa cotation au Nasdaq.

En outre, Zacks Equity Research s’attend à ce que Coinbase affiche une « diminution des bénéfices d’une année sur l’autre en raison d’une baisse des revenus » pour le trimestre clos le 20 juin 2022 en raison de l’assouplissement du marché.

Bonus : Voyager obtient l’autorisation du tribunal de restituer le fonds de 270 millions de dollars à ses clients.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires

Iran cbdc

L’Iran a lancé un projet pilote pour sa CBDC.

La Banque centrale d’Iran a commencé à piloter l’utilisation de son CBDC « crypto rial », cette semaine, selon une annonce de la Chambre de commerce iranienne. Par ailleurs, la décision de