Avec de nouveaux dirigeants et de nouveaux produits, Koho se dit prêt à devenir la principale banque challenger au Canada


Le lancement d’un nouveau produit de renforcement du crédit cette semaine est la dernière des nombreuses mesures prises par Koho pour accroître sa croissance et devenir la première banque challenger du Canada.

Au cours des derniers mois, Koho a apporté des changements importants à son équipe de direction et de direction, en créant un nouveau directeur technique, directeur marketing, directeur financier et vice-président des personnes et de la culture.

Prétendant être la principale banque challenger du Canada – avec une base d’utilisateurs de plus de 350000 et soutenue par Power Corp. – Koho continue de faire face à la concurrence sur le marché canadien de la part des grandes banques et des nouveaux entrants en démarrage comme Neo Financial, qui a été créée par Skip The Plats fondateurs et lancés l’année dernière.

Quatre ans après le lancement de son premier produit, Koho gère désormais 2 milliards de dollars par an en volume de transactions. L’entreprise estime qu’elle a trouvé une solution adaptée au marché des produits et cherche à se développer pour véritablement s’attaquer aux cinq grandes banques du Canada.

Les trois grands financiers

Koho a commencé son offre alternative aux services bancaires canadiens avec un compte de dépenses. L’année dernière, la société a ajouté un compte d’épargne, dans le cadre de ses plans pour attirer plus de Canadiens vers des offres financières alternatives. Avec son nouveau produit, Koho offre désormais les services de base que les consommateurs attendent d’une institution financière traditionnelle: épargne, dépenses et crédit.

Credit Building by Koho permet à la start-up de délivrer aux clients une marge de crédit pour un abonnement mensuel de 7 $ pour aider les consommateurs à construire leurs cotes de crédit.

«Nous sommes le leader du marché, nous sommes bien financés, l’entreprise se développe rapidement.»

Avec sa pile financière en place, le fondateur et PDG de Koho, Daniel Eberhard, a déclaré que Koho était «passé l’étape de l’adéquation produit-marché» et était prêt à évoluer. «L’économie de l’unité est au bon endroit.»

«Nous sommes en mode de croissance tête baissée… nous allons continuer à faire évoluer les produits avec lesquels nous savons que nous avons du succès aujourd’hui», a déclaré Eberhard dans une interview avec BetaKit. «Je pense que nous commençons à entrer dans ce modèle de volant et… nous explorons, à quoi ressemble Koho, pas en 2022 mais en 2030? Et puis, comment jouer au sein de l’écosystème canadien dans une perspective à très long terme? »

Eberhard a déclaré à BetaKit que l’ajout de cadres expérimentés à l’équipe de Koho devait faire passer l’entreprise à l’étape suivante.

«Nous sommes le leader du marché, nous sommes bien financés, l’entreprise se développe rapidement, le déterminant le plus important de notre capacité à réussir est de savoir si nous pouvons faire travailler les meilleures personnes du monde chez Koho», a déclaré le PDG.

Le fondateur et PDG de Koho, Daniel Eberhard. Source Twitter.

«Il s’agit pour Koho de planifier la prochaine étape de sa croissance et de faire appel à des cadres expérimentés qui ont vu leur taille et vu des entreprises beaucoup plus grandes, et qui savent ce qu’il faut pour amener Koho là où il est aujourd’hui à une entreprise de plusieurs milliards de dollars, »A déclaré Jonathan Klein, qui a rejoint Koho en janvier en tant que nouveau directeur technique.

CONNEXES: En lançant des comptes d’épargne, Koho cherche à accroître «l’attrait et l’utilité» en tant que banque challenger

Klein remplace l’ancien CTO Kris Hansen, qui a travaillé à la fois chez Koho et son investisseur Portag3 Ventures, avant de partir pour créer sa propre entreprise, Synctera. Klein était auparavant directeur de l’ingénierie chez Wayfair.

Koho a également récemment ajouté Felix Wu au poste de directeur financier, qui apporte une expérience de haut niveau de la Financière le Choix du Président, la marque de services financiers des Compagnies Loblaw. Le nouveau directeur marketing de Koho est Alexandru Otrezov, qui travaillait auparavant pour la start-up technologique gouvernementale Payit, Uber et Expedia Group. Koho a également récemment fait appel à Diane Scheidler, anciennement de Touchbistro, en tant que vice-présidente des personnes et de la culture.

Dans l’ensemble, l’équipe actuelle de Koho compte environ 150 employés, Eberhard notant que ce nombre passera à 220 d’ici la fin de l’année.

Encore un défi (s)

Koho a également trébuché occasionnellement sur la voie d’une telle croissance. L’année dernière, il a été rapporté qu’un problème exploité dans les systèmes de la société l’a amenée à traiter plus d’un million de dollars de transactions prétendument frauduleuses.

S’adressant à BetaKit, Eberhard a déclaré que le problème était causé par une «cyberattaque très sophistiquée» qui n’affectait ni les fonds ni les données des utilisateurs, et était couvert par une assurance. Le PDG a ajouté que Koho avait appris de l’expérience et avait mis en place de nouvelles garanties et processus.

«Les lacunes ont été comblées, nous avons eu des audits indépendants de ces fermetures, et je pense que nous avons fait la bonne chose», a-t-il déclaré.

Koho est toujours confronté au défi auquel sont confrontées toutes les banques challenger au Canada: attirer des clients.

Notant que le million de dollars est bien en deçà des critères de référence du secteur financier pour les taux de fraude, le PDG a rejeté les craintes que le problème puisse affecter les perspectives des consommateurs sur les banques challenger et Koho. Eberhard a noté que Koho n’avait constaté aucune inquiétude de la part des clients et que la fraude n’avait pas eu d’incidence sur la performance globale de Koho, car l’entreprise continuait de croître rapidement.

En dépit de se vanter d’être un chef de file dans le domaine des banques challenger, Koho fait toujours face au défi auquel toutes les banques challenger sont confrontées au Canada: attirer des clients.

Les startups FinTech canadiennes comme Koho sont en concurrence pour une petite partie de la base de consommateurs, car la plupart des Canadiens choisissent toujours d’utiliser des institutions financières en place pour leurs besoins bancaires. Le marché canadien est particulièrement difficile à franchir, car les rapports montrent que, malgré une adoption de la FinTech au Canada qui a considérablement augmenté ces dernières années, le pays est toujours en retard par rapport à la moyenne mondiale.

En plus de convaincre les consommateurs de choisir les banques axées sur le numérique plutôt que les cinq grandes banques, les banques challenger comme Koho sont également confrontées à la concurrence d’autres acteurs de la banque numérique.

CONNEXES: À la suite d’un retard, le gouvernement fédéral rouvrira les consultations virtuelles sur le système bancaire ouvert

Motusbank, une banque numérique créée par Meridian Credit Union, est l’une de ces entités. Il y a aussi la mandarine; bien qu’achetée par la Banque Scotia en 2012, Tangerine se concentre sur les services bancaires numériques et est bien connue des consommateurs canadiens. Mogo, basée à Vancouver, qui est cotée en bourse, a dépassé le million de clients en 2020. Neo Financial et Revolut font également partie d’une liste croissante d’entrants sur le territoire de Koho.

Depuis le lancement de Koho, Ebherard a souligné à plusieurs reprises que la mission de l’entreprise ne consiste pas à attirer l’attention de ses confrères FinTechs, mais à changer le discours général sur les opérations bancaires au Canada.

«C’est la mission de Koho de changer les attentes des consommateurs canadiens», a déclaré Eberhard à BetaKit l’année dernière. «Et cela va prendre beaucoup de FinTechs pour le faire et, certainement, nous ne pourrons pas le faire seuls.»

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires