Au milieu de l’augmentation du travail à distance, Dooly annonce 25,5 millions de dollars canadiens pour faire évoluer sa plate-forme d’activation des ventes


Dooly, basé à Vancouver, a levé un financement de 25,5 millions de dollars canadiens (20,3 millions de dollars américains) alors que la société cherche à étendre son logiciel d’activation des ventes, qui vise à réduire le fardeau administratif des professionnels de la vente.

Dooly se présente comme «le moyen le plus rapide» de mettre à jour Salesforce, de prendre des notes et de gérer des offres pour les professionnels de la vente. Le logiciel de la startup est conçu pour agir comme un espace de travail connecté, permettant aux vendeurs de synchroniser des notes sur des systèmes clés tels que Salesforce et Slack, de mettre à jour rapidement les comptes et de produire des «cartes de combat» en temps réel (compilations concises d’informations sur un produit, un marché, clients et concurrence), en fonction des appels des clients.

«Nous ne voulons pas seulement devenir une grande entreprise canadienne, nous voulons simplement devenir une grande entreprise et devenir un phare pour l’espace dans lequel nous évoluons.

Le nouveau financement consiste en un financement de démarrage de 4,2 millions de dollars canadiens et un tour de série A de 21,4 millions de dollars canadiens. La startup a initialement levé son tour de table en septembre 2020 et, suite à l’intérêt significatif des investisseurs, a décidé de lever un tour de série A fin octobre.

Le co-fondateur et PDG de Dooly, Kris Hartvigsen, a déclaré à BetaKit que la start-up avait toujours l’intention de lever plus de capitaux, mais a déclaré que la montée en puissance de l’intérêt des investisseurs en raison de la pandémie avait accéléré le calendrier de l’entreprise.

Le tour de table de Dooly a été dirigé par Boldstart Ventures et comprenait également BoxGroup, Basement Fund et plusieurs investisseurs stratégiques, tels que Dimitri Sirota, PDG de BigID. La série A de la startup était dirigée par Addition et comprenait la participation de Boldstart Ventures, Battery Ventures, BoxGroup, SV Angels et Mantis, la société de capital-risque fondée par le duo de DJ électroniques The Chainsmokers.

Parmi les autres investisseurs stratégiques de la série A figurent Zander Lurie, PDG de SurveyMonkey, et Jay Simons, ancien PDG d’Atlassian. Suite aux deux accords, Ed Sim de Boldstart Ventures a rejoint le conseil d’administration de Dooly.

Hartvigsen a affirmé que Dooly avait vu une croissance significative de sa base d’utilisateurs en raison du COVID-19, directement liée au passage au travail à distance. À la suite de la collecte de fonds, Dooly a maintenant pour objectif la mise à l’échelle et prévoit de consacrer le nouveau capital au développement de talents et de produits.

CONNEXES: Slack sera acquis par Salesforce pour 27,7 milliards USD

Dooly a été cofondé en 2016 par Hartvigsen et CTO Justin Vaillancourt. Avant de lancer Dooly, Hartvigsen a passé 10 ans chez Vision Critical (qui a depuis rebaptisé Alida), dirigeant des équipes de vente en tant que vice-président exécutif des alliances stratégiques et directeur général des produits.

Hartvigsen a déclaré à BetaKit que, pendant qu’il était chez Vision Critical, il avait vu de première main à quel point le processus de vente traditionnel impliquait un travail administratif non commercial.

«Le travail administratif est une description de poste en petits caractères que personne ne veut faire», a-t-il déclaré. «Ce problème existe dans tous les services, mais il est extrêmement évident pour les équipes de gestion des revenus, car chaque minute passée à ressaisir des données équivaut directement à une perte de revenus.»

«Nous créons des expériences vraiment humaines sur le lieu de travail grâce à notre produit et essayons d’aider les gens à devenir la meilleure version d’eux-mêmes dans leur travail en supprimant le travail administratif, en supprimant tout le travail grognon qui fait souffrir les individus, qui les rend frustrés, cela leur donne le sentiment que la société n’a pas vraiment leur dos », a déclaré Hartvigsen.

Selon le rapport sur l’état des ventes 2019 de Salesforce, le vendeur moyen passe 34% de sa journée à vendre, ce qui, selon Dooly, entraîne une perte de revenus pour les entreprises et les commerciaux. En 2018, lorsque Dooly a levé ses premiers 2 millions de dollars, Hartvigsen a déclaré à BetaKit que sa mission était d’automatiser les tâches administratives des équipes de vente, ce qu’il a appelé «l’automatisation des connaissances».

Selon Dooly, le passage au travail à distance a accru le besoin parmi les équipes de vente de données précises et en temps réel. Hartvigsen a affirmé que la croissance des utilisateurs de Dooly avait plus que triplé depuis le début de la pandémie.

La société dessert actuellement plus de 1000 entreprises, y compris des équipes mondiales de revenus dans des sociétés SaaS telles que Asana, Airtable, BigCommerce, Contentful, Figma, Intercom, Lessonly, Vidyard.

«Je pense que la grande chose qui a changé pour être totalement honnête, c’est que nous sommes devenus visibles sur le marché», a déclaré Hartvigsen, à propos de la montée en puissance de l’intérêt suscité par la pandémie que Dooly a éprouvé l’automne dernier.

CONNEXES: Synapse, une start-up de formation à distance, lève 2,6 millions de dollars canadiens pour développer un nouveau flux de ventes

Hartvigsen a déclaré que l’utilisateur moyen de Dooly utilise la plate-forme 2,5 à cinq heures par jour et a comparé le temps d’utilisation de la startup à celui de Slack (selon le prospectus d’introduction en bourse de Slack, les utilisateurs passent plus de 90 minutes à utiliser activement Slack lors d’une journée de travail typique). Le PDG a refusé de divulguer la croissance des revenus de la startup, mais a souligné que la rétention actuelle des revenus nets de Dooly se situe à 162%.

Pour l’instant, la startup développe son produit pour les équipes de revenus, mais, à l’avenir, a également l’intention d’évaluer des cas d’utilisation dans d’autres départements.

«À l’heure actuelle, nous nous concentrons définitivement sur le recrutement», a déclaré Hartvigsen. «Nous cherchons à compléter notre talent avec des designers vraiment forts [and] des ingénieurs vraiment forts. »

En septembre, Dooly comptait huit personnes dans son équipe. Actuellement, il en compte 22 et vise à atteindre au moins 50 d’ici la fin de l’année.

«Nous ne voulons pas seulement devenir une grande entreprise canadienne, nous voulons simplement devenir une grande entreprise et devenir un phare pour l’espace dans lequel nous jouons, les espaces de travail connectés», a déclaré Hartvigsen. « [Dooly is focused on] créer des solutions qui contribuent à accroître la productivité de masse dans l’ensemble de l’entreprise.

Image gracieuseté de Dooly.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires