Arteria AI, société dérivée de Deloitte, lève 13,7 millions de dollars canadiens en série A


La société torontoise Arteria AI, qui applique l’intelligence artificielle à la rédaction, à la négociation et à l’analyse des contrats, a levé une ronde de financement de série A de 13,7 millions de dollars canadiens (11 millions de dollars américains). Il s’agit de la première campagne de financement de l’entreprise.

Arteria AI est dirigée par Shelby Austin, PDG, qui dirigeait auparavant l’activité Omnia AI de Deloitte.

L’investissement, initialement ciblé à 8 millions de dollars US, était dirigé par Information Venture Partners et Illuminate Financial Management, avec la participation de Golden Ventures et StandUp Ventures. Arteria prévoit d’utiliser les nouveaux fonds pour développer ses produits, ses ventes et ses livraisons à l’échelle mondiale.

«Nous sommes ravis d’accueillir des partenaires aussi incroyables à bord, chacun apportant une expertise et des réseaux approfondis pour nous aider à naviguer sur le marché mondial de la FinTech et à accélérer notre croissance», a déclaré Shelby Austin, PDG d’Arteria AI.

Arteria a été développé pour la première fois au sein du cabinet de services professionnels Deloitte sous le nom de dTrax. La solution est conçue pour aider les organisations à conclure des contrats plus rapidement et à transformer les contrats exécutés en données. Selon la société, cela améliore la visibilité et la conformité des contrats grâce à des analyses avancées.

En octobre, dTrax a été renommé Arteria AI et a été séparé de Deloitte en tant qu’entreprise indépendante. L’entreprise est dirigée par Austin, qui dirigeait auparavant l’activité Omnia AI de Deloitte. La société précédente d’Austin, ATD Legal, a été acquise par Deloitte en 2014. Deloitte n’est plus actionnaire d’Arteria.

Arteria a débuté avec une équipe de 17 personnes. Selon un rapport du Globe and Mail, l’équipe de l’entreprise compte désormais 40 technologues, avocats, spécialistes des données et experts en la matière. Austin a déclaré à BetaKit que la startup cherchait à ajouter au moins 50 personnes à son équipe cette année.

CONNEXES: Athennian révèle un financement de 10 millions de dollars alors que la startup Legaltech voit une croissance au milieu d’une pandémie

L’industrie juridique est depuis longtemps en retard par rapport aux autres secteurs en ce qui concerne la transformation numérique. Au cours des quelques années, la technologie juridique a connu un regain d’intérêt de la part de la communauté du capital de risque au Canada, ainsi que des cabinets d’avocats qui espèrent numériser leurs pratiques. Arteria se joint à un certain nombre de startups de technologie juridique canadiennes qui ont fait partie de cette tendance.

Une entreprise de technologie juridique notable est la startup de technologie juridique basée à Vancouver, Clio, qui a levé 330 millions de dollars en série D en 2019, à l’époque le plus important investissement en phase de croissance dans une entreprise canadienne depuis 2000.

Athennian, qui a récemment levé sa propre série A pour un total de 7 millions de dollars, est une autre start-up de technologie juridique qui a connu une croissance rapide au cours de l’année dernière. Au moment de l’augmentation, la startup a affirmé que ses revenus et ses effectifs avaient plus que doublé depuis septembre.

Arteria se concentre initialement sur le service aux entreprises de services financiers. La clientèle de la startup comprend déjà des banques mondiales et nationales couvrant l’Amérique du Nord, le Royaume-Uni (Royaume-Uni), l’Europe et l’Asie-Pacifique.

Austin a refusé de divulguer le nombre de clients d’Arteria à BetaKit, mais a noté qu’Arteria avait été déployé «des dizaines de fois».

«Nous avons créé Arteria pour supprimer l’énorme friction dans les processus de passation de marchés existants. Notre mission est de fournir à nos clients des expériences de contrats numériques exceptionnelles, soutenues par la libre circulation des données contractuelles entre les organisations », a ajouté Austin. «Sécuriser cette étape est un formidable pas en avant sur le chemin.»

Arteria utilisera une partie de ce financement pour établir des filiales au Royaume-Uni et à New York.

«Nous nous concentrons initialement sur le service aux grandes institutions financières. New York et Londres sont clairement l’épicentre de ce secteur », a déclaré Austin dans un communiqué envoyé par e-mail à BetaKit. «Par conséquent, bien que nous soyons extrêmement engagés envers le Canada, nous voulons nous assurer que nous travaillons main dans la main avec nos clients dans les emplacements qu’ils ont choisis.

Source de l’image Unsplash. Photo de Scott Graham.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Amyris va acheter Olika

Amyris, Inc. (Nasdaq : AMRS), une société de biotechnologie synthétique basée à Emeryville, en Californie, active sur les marchés de la santé et de la