Argentine devient le pays du paradis de taxes bitcoin dans le cadre d’une nouvelle politique fiscale pour les transactions cryptographiques.

Le gouvernement argentin a changé d’avis pour faire du pays un paradis fiscal pour les monnaies numériques, car toutes les transactions personnelles impliquant des classes d’actifs émergentes seront désormais taxées.

La nouvelle politique formulée pour redéfinir l’effet de levier accordé aux prestataires de services de paiement tiers opérant dans le pays.

Selon les rapports, les transactions cryptographiques individuelles, ainsi que les débits et crédits effectués via un compte bancaire, seront désormais soumis à un taux de 0,6% en vigueur immédiatement.

« Les dérogations prévues dans le présent décret et dans d’autres règlements de même nature ne seront pas applicables dans les cas où les mouvements de fonds sont liés à l’achat, la vente, l’échange, l’intermédiation et/ou toute autre opération sur des actifs cryptographiques, crypto -monnaies, pièces numériques ou instruments similaires, dans les termes définis par la réglementation applicable », indique la mise à jour du gouvernement.

Alors que l’Argentine est réputée pour taxer les gains cryptographiques depuis 2017, sa nouvelle position considérera désormais les transactions en devises numériques aux côtés de celles impliquant des espèces. La nouvelle loi aidera probablement le gouvernement à lever davantage de fonds, car un certain nombre de citoyens argentins se tournent vers les crypto-monnaies dans un contexte de dévaluation simultanée de la monnaie fiduciaire.

A lire également : Fidelity deviendra le premier dépositaire de Bitcoin au Canada.

Actuellement, le sujet des taxes cryptographiques devient polarisant dans divers pays. Alors que l’administration Joe Biden mise sur des taxes cryptographiques pour financer le projet de loi d’infrastructure récemment signé, des pays asiatiques comme la Corée du Sud ont finalisé leur projet de commencer à imposer un impôt sur les plus-values ​​de 20 % sur les monnaies numériques d’ici le premier trimestre 2022.

Les monnaies numériques sont conçues pour favoriser les transactions anonymes entre deux parties mais de manière décentralisée. Dans le but de capturer et de taxer le grand nombre de fonds négociés quotidiennement, les régulateurs fiscaux fédéraux commencent à utiliser des outils de conformité des données pour surveiller les transactions sur les bourses et les maisons de courtage.

Les plateformes qui effectuent des transactions cryptographiques dans diverses juridictions, dont la Norvège, les États-Unis et la Corée du Sud, sont également tenues de soumettre les transactions des utilisateurs à une taxation appropriée par les autorités compétentes.

Pour aller plus loin : 3 sénateurs veulent modifier la clause cryptographique dans le projet de loi sur les infrastructures de Biden.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires