Après l’attentat, l’armée américaine commence à se retirer de Kaboul et à riposte

Le Pentagone a annoncé samedi, que l’armée américaine commence à se retirer de l’aéroport de Kaboul, moins de deux semaines après le début d’une grande intervention d’évacuation, conduite dans l’urgence et le chaos par les pays occidentaux pour rapatrier leurs citoyens et les Afghans s’estimant menacés par les talibans, désormais chefs du pays.

Deux membres de l’organisation Etat islamique abattus

Samedi, les Etats-Unis ont déclaré avoir abattu en Afghanistan deux membres de l’organisation Etat islamique dans une frappe de drone, deux jours après un attentat sommé par l’EI à l’aéroport de Kaboul, qui a fait 170 morts au minimum selon les médias américain, en plus des 13 militaires abattus.

Selon les autorités américaines, les deux hommes abattus élaborent de nouvelles attaques tandis que les Etats-Unis et leurs alliés craignent de nouveaux attentats aux abords de l’aéroport de Kaboul à l’approche de la date butoir du 31 août déterminé par le président américain Joe Biden pour le retrait des forces américaines après une vingtaine d’années de guerre en Afghanistan.

A découvrir également : Japon : découverte et suspension de nouveaux lots de vaccin Moderna contaminés

Un raid aérien conduit à travers un drone Reaper

Ce raid aérien a été conduit à travers un drone dans la province de Nangarhar, près de la frontière pakistanaise, dans l’est de l’Afghanistan. Le chef de l’armée américaine et Joe Biden ont promis dès jeudi des ripostes contre les djihadistes de l’El.

L’identité des deux membres de l’El abattus n’a pas été précisé par les Etats-Unis, tout comme leur importance dans le schéma du groupe djihadiste ou leur degré d’implication éventuelle dans l’attentat de Kaboul. 

Source : midilibre.fr

Des habitants de Jalalabad, la capitale de la province de Nangarhar, ont déclaré avoir entendu plusieurs explosions en milieu de nuit, sans savoir si elles étaient liées à la frappe de drone. Un responsable tribal a mentionné trois morts et quatre blessés, dont des enfants et des femmes.

D’après l’armée américaine, cette frappe conduite par un drone Reaper, ayant décollé d’un pays au Proche-Orient, n’a pas fait de victime civile. Sa cible était une voiture dans laquelle un responsable de l’El et un de ses complices se trouvaient. 

Fin des évacuations de la France

Bien qu’ennemis à l’El, les talibans ont blâmé cette frappe américaine sur le territoire afghan sans en avoir été informés en amont.

Quelques heures cette frappe, les Etats-Unis ont à nouveau alerté l’aéroport de Kaboul, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, avisant contre un risque « spécifique, crédible » d’attentats, tandis que les évacuations approchent de leur fin.

A l’aéroport de Kaboul, moins de 4 000 militaires américains restent déployés à l’aéroport de Kaboul, contre 5 800 dans les journées les plus extrêmes de cette mission d’évacuation.

A voir aussi : En France, les secteurs encore touchés par la crise craignent la fin des aides

Malgré des mises en garde américaines, samedi, des milliers d’Afghans se pressaient aux portes de l’aéroport, par lequel 110 000 personnes et plus ont été évacuées en deux semaines. Outre ce tumulte auprès de l’aéroport, le reste de Kaboul est calme.

De nombreux pays, principalement européens, ont déjà interrompu leurs évacuations, dont la France, qui a déclaré dans la nuit de vendredi à samedi, l’achèvement de l’opération Apagan après une quinzaine de rotations entre Kaboul et Paris via Abu Dhabi.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des