À l’approche de la première clôture de son fonds de capital-investissement de 500 millions de dollars, John Ruffolo de Maverix veut aider à construire «10 autres Shopifys»


Le célèbre investisseur canadien John Ruffolo a levé le rideau sur sa nouvelle entreprise, Maverix Private Equity, un fonds de capital-investissement (PE) dont la taille cible est de 500 millions de dollars américains.

Le fonds approche de sa première clôture, qui devrait avoir lieu dans les semaines à venir. Dans une interview, Ruffolo a déclaré que Maverix avait fermé une «partie substantielle» de sa cible, sans toutefois divulguer les chiffres exacts.

«Mon test est le suivant: pourrais-je aider à construire ou faire partie de 10 autres Shopifys? C’est vraiment le résultat ou le résultat final que j’espère. »

Maverix s’écarte légèrement de l’historique des investissements en capital-risque de Ruffolo, qui comprend les premiers investissements dans Shopify, Hootsuite, Wave et Wattpad, entre autres. Plutôt que des entreprises technologiques et des startups, la société PE se concentre sur ce que Ruffolo a appelé des «entreprises traditionnelles» d’un chiffre d’affaires d’environ 100 millions de dollars, dans les domaines de la santé, des services financiers, du transport et de la logistique et de la vente au détail.

Bien que Maverix effectuera des investissements en PE, il utilisera toujours l’expérience technologique de Ruffolo. La thèse de l’entreprise, selon Ruffolo, se concentre sur les entreprises qui utilisent la technologie, comme l’intelligence artificielle, et l’intègrent dans leurs entreprises afin d’être «plus grandes, plus fortes, [and] plus rapide que leurs concurrents. »

Les investisseurs de Maverix comprennent deux grandes caisses de retraite canadiennes (qui n’ont pas encore été divulguées), deux grandes banques canadiennes, la Banque de Montréal et la CIBC, ainsi que Mattamy Asset Management. Les notables conseillers de la société ont également investi dans Maverix, notamment Arlene Dickson, Jim Balsillie, John Bivote et Peter Gilgan.

La société investira dans des entreprises basées au Canada et aux États-Unis, en mettant fortement l’accent sur la création de l’écosystème canadien. Ruffolo, qui a noté que Maverix n’a pas encore fait d’investissements, mais qu’il en a un certain nombre dans le pipeline, a déclaré que la firme se concentrerait «au début» sur le Canada.

«J’adorerais montrer aux gens combien d’entrepreneurs incroyables il y a dans ce pays», a-t-il déclaré. «J’étais là pour Shopify, et mon test est, est-ce que je pourrais aider à construire ou faire partie de 10 autres Shopifys? C’est vraiment le résultat ou le résultat final que j’espère. »

CONNEXES: Le fondateur d’OMERS Ventures, John Ruffolo, paralysé à la suite d’un accident de vélo

L’idée derrière Maverix a commencé lorsque Ruffolo était à OMERS, où il a fondé OMERS Ventures en 2011. Il a commencé à élaborer la thèse de Maverix en 2016 lorsqu’il a remarqué un écart dans l’écosystème d’investissement entre les investissements en capital-risque de stade avancé et les investissements privés axés sur le rachat. fonds d’actions. Cela, a-t-il dit, l’a amené à contribuer à la création d’OMERS Growth Equity. Conscient que ce fonds allait être axé sur les entreprises technologiques en phase de développement et estimant que l’espace était déjà surapprovisionné en capital, il a décidé de quitter OMERS et de lancer sa propre entreprise.

«Je voulais m’installer dans cet espace de private equity, mais nous avons un OMERS Private Equity qui est déjà préexistant. Et j’ai réalisé que ça allait être beaucoup plus difficile de le prendre en sandwich », a déclaré Ruffolo. «J’y étais déjà depuis huit ans et je pensais vraiment que cette opportunité allait être si énorme que, j’ai passé mon temps, j’ai eu une très belle course. [at OMERS], mais j’avais vraiment hâte de créer ma propre entreprise et je crois que cette thèse sera une thèse gagnante, alors quelle excellente façon de démarrer votre nouvelle entreprise.

Ruffolo s’est construit avec une équipe qui compte désormais environ 12 employés. La société aura trois associés directeurs, Ruffolo, Mark Maybank et un qui n’a pas encore été annoncé. Ses partenaires comprennent également Nagar Rahmani, anciennement de Kensington Partners.

Maverix a fait face à des retards importants dans sa préparation au lancement, y compris le COVID-19 et l’accident de cyclisme presque mortel de Ruffolo en septembre, qui a laissé l’investisseur paralysé de fond en comble. Aucun revers n’a arrêté Ruffolo et l’équipe Maverix. Comme le rapporte le Globe and Mail, les investisseurs n’ont pas été dissuadés par l’accident de Ruffolo, l’un d’entre eux proposant même de doubler leur engagement.

Le fonds est le premier de ce que Ruffolo espère être beaucoup plus à venir pour Maverix. Pour son premier fonds, Maverix prévoit de conclure quelques transactions par an, en investissant entre 20 millions de dollars et plus de 100 millions de dollars américains. L’entreprise poursuit des accords pour une position minoritaire significative de 20 à 40 pour cent.

Image courtoisie Maverix Private Equity

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des