10 start-ups high-tech chaudes allument l’accélérateur Ignite de Munich


Le premier accélérateur Intel Ignite de Munich a annoncé sa cohorte de 10 start-ups avec des solutions en IA, informatique quantique et cryptage.

Plus tôt cette année, Intel a commencé sa recherche de start-ups de haute technologie exceptionnelles pour rejoindre son nouvel accélérateur Ignite en Allemagne. Désormais, la première cohorte d’Intel Ignite Munich a été annoncée.

Ces 10 start-ups se lanceront dans un programme de 12 semaines comprenant le mentorat d’Intel et d’experts du secteur.

Munich a été choisie comme site du nouvel accélérateur européen en raison de la concentration d’entreprises de technologie profonde déjà implantées là-bas.

«Munich en tant qu’écosystème de start-up est en plein essor, et nous pensons qu’il dépassera Berlin dans les 10 prochaines années et deviendra le principal hub en Europe pour toutes les start-ups axées sur la technologie profonde», a déclaré Zack Weisfeld, directeur général et responsable de Enflammer.

De nombreuses start-ups sélectionnées pour l’accélérateur de Munich sont également basées dans la ville allemande, mais beaucoup viennent de villes disséminées à travers le pays, et même plus loin.

Apheris

Originaire de Berlin, Apheris propose à ses clients une plateforme de science des données fédérée et préservant la confidentialité. L’approche fédérée des données a récemment fait la une des journaux suite à la proposition de Google visant à accroître la confidentialité dans la publicité sur le Web. Les méthodes de préservation de la vie privée sont considérées par beaucoup comme la vague du futur dans la science des données, et les investisseurs semblent d’accord. Apheris a obtenu un financement de 2,5 millions d’euros en août dernier auprès d’un certain nombre d’investisseurs, dont Patrick Pichette, ancien directeur financier de Google et actuel président du conseil d’administration de Twitter.

Celus

Basée juste à l’extérieur de Munich, Celus se présente comme «l’avenir de l’ingénierie électronique». La société a construit une plate-forme logicielle en ligne qui peut être utilisée pour automatiser le développement pour l’électronique, et vise à être utilisable par ceux qui n’ont pas une connaissance approfondie de l’ingénierie électronique. Celus peut générer des schémas, des mises en page de circuits imprimés, du code source intégré et plus encore grâce à l’automatisation et à l’intelligence artificielle. L’année dernière, la société a obtenu 1,7 million d’euros de financement d’amorçage mené par Speedinvest.

Intelligence du code

Basée à Bonn, Code Intelligence a pour objectif d’aider les développeurs à trouver et à corriger les erreurs logicielles avant qu’un pirate informatique ne puisse exploiter une vulnérabilité. Son produit phare, CI Fuzz, automatise les tests de sécurité des applications et la société a déjà obtenu de grands clients tels que Deutsche Telekom et Robert Bosch. L’été dernier, Code Intelligence a clôturé un tour de table de 2 millions d’euros, dans l’intention d’utiliser ces fonds pour intégrer de nouvelles fonctionnalités à la plate-forme de test.

Systèmes sans bord

Soutenir Silicon Republic

Situé dans la ville de Bochum en Allemagne de l’ouest, Edgeless Systems a été fondé par Felix Schuster et Thomas Tendyck. Le couple a décidé de créer une plate-forme sécurisée pour stocker, analyser et partager des données à l’aide d’un calcul confidentiel, ce qui signifie que les données restent cryptées même pendant le traitement. Suite à un prototype initial, le développement ultérieur a été financé par le ministère fédéral allemand de l’Éducation et de la Recherche, conduisant à la mise en place de Edgeless Systems. En tant que fondation, Edgeless utilise des environnements d’exécution fiables tels que les extensions Software Guard (SGX) d’Intel.

Eperi

Eperi travaille également dans le domaine de l’informatique confidentielle (et avec Intel SGX). Situé au sud de Francfort dans la ville de Pfungstadt, Eperi détient plusieurs brevets mondiaux pour sa technologie qui offre une passerelle de protection des données dans le cloud pour les bases de données, les applications et le stockage de fichiers. La société continue de rechercher un cryptage à l’épreuve du temps et, avec Deutsche Telekom et l’Université technique de Darmstadt, a co-développé une solution suffisamment solide pour se protéger contre l’informatique quantique.

Equitation à distance

Fondée en 2019, Fernride exploite le futur très attendu du transport sans conducteur avec un système d’exploitation à distance de flottes logistiques. Plutôt que de confier entièrement les véhicules à la technologie de la conduite autonome, cette start-up munichoise entend mettre au volant à distance des opérateurs formés et certifiés. Avec sa plate-forme de téléopération, Fernride prévoit qu’un conducteur expérimenté pourrait gérer à distance jusqu’à 50 véhicules hautement automatisés à partir d’un seul endroit.

Kiutra

Kiutra, spin-out de l’Université technique de Munich, est très cool. Ce que je veux dire, c’est que sa technologie de réfrigération magnétique peut prendre des températures inférieures au zéro absolu. Ces températures extrêmement basses peuvent être utiles dans la recherche scientifique, et en particulier pour l’immense refroidissement nécessaire à l’informatique quantique. Selon Pitchbook, Kiutra a levé 1,82 million de dollars auprès de neuf investisseurs soutenant ses solutions de réfrigération entièrement automatiques et clés en main.

Imagerie silencieuse

Une autre start-up Ignite avec ses racines dans la recherche universitaire est Noiseless Imaging, fondée en 2011 pour fournir une technologie de pointe pour éliminer le bruit des images et des séquences vidéo. On s’attend généralement à ce que la qualité de l’image numérique s’améliore à chaque nouvelle itération technologique, et les fabricants de téléviseurs, d’appareils photo et de smartphones font donc partie des clients que Noiseless Imaging peut cibler avec ses algorithmes, ses logiciels et ses services de conseil. Basée à Tampere, en Finlande, elle est l’une des deux seules start-up non allemandes sélectionnées pour l’accélérateur de Munich.

Match de qualité

Basée dans le pôle scientifique d’Heidelberg, la start-up allemande Quality Match a très récemment obtenu 5 millions d’euros de financement d’amorçage auprès des partenaires LEA. Big Tech est dans le sang de cette start-up allemande avec d’anciens ingénieurs Apple, Google et Microsoft dans son équipe fondatrice. L’entreprise en phase de démarrage se tourne vers l’avenir des données dans un monde de plus en plus dirigé par l’IA en prenant en charge l’étiquetage et la gestion des données essentiels, mais fastidieux, qui doivent sous-tendre des algorithmes puissants.

Synthara

Enfin, nous avons la start-up suisse Synthara, bénéficiaire d’un financement Horizon 2020 de l’Union européenne. Cette société de semi-conducteurs travaille sur des puces informatiques de nouvelle génération pour l’intelligence artificielle à la périphérie. Basé sur des années de recherche à l’Université de Zurich et à l’ETH Zürich, un tour de financement de démarrage obtenu en décembre 2020 rapprochera l’entreprise de sa première suite de produits, dont le lancement est prévu en 2022.

Vous voulez des histoires comme celle-ci et plus directement dans votre boîte de réception? S’inscrire pour Tendances technologiques, Le résumé hebdomadaire de Silicon Republic sur les nouvelles technologiques indispensables.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires