WhatsApp ne peut pas partager ses coordonnées, déclare le régulateur sud-africain


Le régulateur sud-africain de l’information a déclaré que la société Facebook avait besoin d’une autorisation préalable du régulateur pour partager les informations de contact des utilisateurs.

En janvier de cette année, WhatsApp a annoncé une mise à jour de sa politique de confidentialité, ce qui a suscité des inquiétudes dans le monde entier parmi les utilisateurs et les experts en confidentialité.

Le contrecoup a forcé l’application de messagerie à reporter la mise à jour, qui était initialement prévue pour février, jusqu’au 15 mai, pour laisser à l’entreprise le temps de déployer une messagerie plus claire autour de la mise à jour.

Cependant, il fait face à un autre coup dur cette semaine alors que le régulateur sud-africain de l’information (IR) a écrit à Facebook Afrique du Sud et a fait part de ses préoccupations concernant la politique de confidentialité de l’entreprise, en particulier sa collecte et le partage des informations de contact des utilisateurs.

Selon Reuters, le régulateur a déclaré: «WhatsApp ne peut pas, sans obtenir l’autorisation préalable de l’IR, traiter les informations de contact de ses utilisateurs dans un but autre que celui pour lequel le numéro était spécifiquement destiné à la collecte, dans le but de lier ce informations conjointement avec les informations traitées par d’autres sociétés Facebook. »

Le régulateur a déclaré que sa décision était conforme à l’article 57 de la Loi sur la protection des informations personnelles, la loi sud-africaine sur la protection des données.

WhatsApp a insisté sur le fait que la dernière mise à jour de la confidentialité n’étend pas sa capacité à partager des données avec Facebook. Au lieu de cela, il «fournit une plus grande transparence sur la façon dont nous collectons et utilisons les données».

Soutenir Silicon Republic

En Europe, le RGPD signifie que l’application de messagerie appartenant à Facebook avait accepté de cesser de partager des données personnelles avec Facebook en 2017 à la suite de la réaction des régulateurs européens des données.

Cependant, en dehors de l’Europe, le partage des données de l’application de messagerie avec Facebook est moins limité et c’est le cas depuis sa mise à jour de 2016.

Bien que les messages restent cryptés, la mise à jour de 2016 a permis à WhatsApp de partager les numéros de téléphone des utilisateurs, les journaux de la durée et de la fréquence d’utilisation de WhatsApp, des informations sur la manière dont les utilisateurs interagissent avec les autres utilisateurs, etc.

«En connectant votre numéro de téléphone aux systèmes de Facebook, Facebook peut offrir de meilleures suggestions d’amis et vous montrer des publicités plus pertinentes si vous avez un compte avec eux», a déclaré la société dans un article de blog à l’époque.

Le RI sud-africain a souligné la différence entre l’Europe et d’autres parties du monde, et la présidente du RI, Pansy Tlakula, a déclaré qu’elle était «très préoccupée» par le fait que les utilisateurs de l’Union européenne bénéficient d’une protection de la vie privée nettement plus élevée que les utilisateurs d’Afrique du Sud et d’Afrique en général. .

«Notre législation est très similaire à celle de l’UE. Il a été délibérément fondé sur ce modèle, car il fournit un modèle de protection des renseignements personnels nettement meilleur que celui des autres juridictions », a-t-elle déclaré.

«Nous ne comprenons pas pourquoi Facebook a adopté cette différenciation entre l’Europe et l’Afrique.»

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires