Vicky Brown de Cool Planet sur sa carrière dans l’impact social


Vicky Brown, PDG de Cool Planet Experience, parle de maintenir en vie les conversations sur la crise climatique pendant la pandémie.

Vicky Brown a travaillé pour résoudre les problèmes sociaux pendant la majeure partie de sa carrière. Son travail actuel en tant que PDG de Cool Planet Experience consiste à engager les jeunes dans des conversations sur la crise climatique.

Ici, elle discute de l’équilibre entre être un chef d’équipe et un agent de changement pour la durabilité, et comment son entreprise a réagi aux défis posés par Covid-19.

Cliquez ici pour découvrir les meilleurs employeurs de science-technologie qui embauchent actuellement.

«  Nous voulons apporter de l’espoir, pas de la peur, dans la conversation sur le climat  »
– VICKY MARRON

Avez-vous toujours voulu travailler dans cette industrie?

J’ai travaillé sur les questions sociales pendant la majeure partie de ma carrière. Mon intérêt a été suscité lorsque je vivais à New York, où je travaillais dans la publicité. Nous avons développé une campagne pour March of Dimes, une organisation à but non lucratif, avec Salma Hayek et c’était la première fois que je me sentais vraiment passionnée par le message que nous essayions de transmettre.

Après être retourné en Irlande, j’étais un peu perdu par rapport à ma carrière et à ce que je pourrais aller ensuite. Une conversation charnière avec le regretté Niamh Cleary, ancien PDG de JC Decaux, m’a conduit à l’impact social où j’ai travaillé dans divers domaines, des droits des enfants à la santé mentale des jeunes en passant par le changement climatique.

Je m’intéresse vraiment à la façon dont la dégradation du climat, l’insécurité économique et l’extrémisme politique sont liés et l’opportunité que nous avons de «recréer» un avenir meilleur et plus harmonieux avec la planète.

Vous avez eu un parcours professionnel très varié. Pensez-vous que cela a eu un impact positif sur votre travail?

Oui j’ai. Mais honnêtement, je n’ai jamais été quelqu’un qui avait un plan quinquennal de l’endroit où je voulais arriver. Je crois que j’ai eu la chance d’avoir travaillé avec des personnes formidables et influentes tout au long de ma carrière.

Et quand je dis influent, je veux dire pour moi; des gens qui ont agi comme des mentors pour moi. Ce que je trouve intéressant, c’est que ce sont les compétences relationnelles qui sont presque l’aspect le plus important d’un rôle. Les choses techniques peuvent être apprises ou acquises, mais être capable de travailler avec d’autres, de diriger une équipe, de négocier et de trouver des solutions – c’est de l’or.

Quelle est votre partie préférée de votre rôle actuel?

J’adore quand nous avons une nouvelle grande idée ou un nouveau défi et que nous devons trouver comment y arriver. Je sais que cela peut sembler un peu étrange, mais j’aime me plonger dans le problème, regarder et comprendre tous les différents angles, tester notre hypothèse et adapter et affiner notre plan.

Je ne pense pas que je vais bien si chaque jour commence à ressentir la même chose. Un exemple de cela s’est produit environ un mois après notre fermeture en mars en raison de Covid-19. La grande question était: «que pouvons-nous faire?». Cela nous a conduits et, franchement, tout le monde dans l’espace en ligne. Cependant, nous ne voulions pas intervenir et offrir quelque chose juste pour être présents. Nous avons passé le temps à rechercher et à revoir ce qui était proposé aux jeunes dans l’espace climatique.

Cela nous a conduit à créer Rewrite Climate, un programme que nous venons de lancer aux étudiants de l’année de transition pour ce troisième quadrimestre, avec une version plus expansive qui sera prête pour septembre 2021.

J’en suis extrêmement fier. C’est frais, beau et la réponse des étudiants et des enseignants a dépassé nos attentes. Nous voulons apporter de l’espoir, et non de la peur, dans le débat sur le climat, et permettre aux jeunes de jouer un rôle et de se sentir habilités à faire partie de la réflexion et des solutions nécessaires.

Quelle est la partie la plus importante de votre travail, pensez-vous?

La capacité d’être empathique et de diriger en même temps. J’essaye d’être attentif à mon équipe; de ce qui se passe dans leur vie en dehors du quotidien. J’ai la chance que nous soyons une petite équipe, il est donc possible d’avoir cette relation personnelle dans le contexte de travail. Cependant, à mesure que nous grandissons, maintenir cette culture sera un défi.

La pandémie a-t-elle eu un impact sur votre rôle?

En janvier 2020, le plan pour Cool Planet Experience était grand. Nous devions développer une Cool Planet avec Eden à Cornwall. Nous avons eu d’importantes réservations d’entreprises et d’écoles et, plus important encore, une équipe solide et engagée pour réaliser notre plan d’affaires.

En mars, tous ces plans ont été mis de côté. Cependant, cela nous a donné l’occasion d’évaluer notre stratégie et de revoir notre objectif et la manière dont nous voulions l’atteindre. Je ne pense pas que nous aurions eu ce temps sans la pandémie.

En conséquence, bien que notre objectif reste le même, la manière dont nous y parviendrons est différente et fondamentalement meilleure. Grâce à notre nouveau programme Rewrite Climate, nous serons en mesure d’atteindre plus de personnes avec notre message et notre histoire d’une manière très créative et engageante.

Pour moi, c’est une première aventure dans l’espace edtech, qui est extrêmement encombré. J’ai dû en apprendre davantage sur tout cet espace, en recherchant différents systèmes de gestion de l’apprentissage, des fournisseurs de contenu, des financements et plus encore. Cela a été une bonne courbe d’apprentissage qui n’est certainement pas encore terminée. Heureusement, nous avons de bons partisans qui ont investi en nous et un groupe plus large d’organisations partageant les mêmes idées qui ont rendu tout cela possible.

Et dans notre monde hors ligne, notre priorité – quand cela a du sens d’un point de vue commercial – sera d’obtenir de l’aide pour rouvrir l’expérience Cool Planet à Powerscourt. Après les 12 derniers mois, je crois que les gens voudront revenir à Cool Planet à nouveau.

Quel est le plus grand défi auquel vous êtes actuellement confronté pour promouvoir un mode de vie durable?

Je pense que l’industrie durable a parcouru un long chemin en peu de temps pour offrir des options aux particuliers. Mais nous devons faire plus et mieux. Nous ne pouvons pas offrir d’options durables sous-standard; ils doivent être aussi bons que ce à quoi nous sommes habitués ou, idéalement, mieux.

Par exemple, les voitures électriques existent depuis assez longtemps, mais l’offre n’était pas conforme aux normes et donc la demande était faible.

Maintenant, avec l’avènement de meilleures options dans cet espace, hors prix, elles sont souvent meilleures en termes de performances, d’entretien et même de style.

La nourriture est un autre exemple. Les options végétariennes étaient horribles, avez-vous déjà essayé un hamburger végétarien de Tesco? Maintenant, les options se sont considérablement améliorées, facilitant le passage à un régime à base de plantes.

Pensez-vous que les entreprises devraient agir davantage en faveur du développement durable?

Bien sûr, bien qu’il y ait tellement de greenwashing dans cet espace, les entreprises doivent faire preuve de prudence. En tant que consommateur, vous devez faire votre propre diligence raisonnable et vérifier si l’entreprise qui dit qu’elle est «verte» l’est vraiment.

Je pense que le reporting de ce qui est considéré comme «vert» ou «durable» doit être plus standardisé, afin que ceux qui font du greenwash ne puissent pas s’en tirer. Il y a beaucoup d’entreprises qui essaient de crier leurs références vertes, et c’est vraiment ennuyeux.

Il y a tellement d’entreprises et de gouvernements qui souscrivent à des engagements qui sont si loin dans le futur, cela semble presque dénué de sens. Il est maintenant à la mode d’avoir votre «  engagement net zéro 2050  », mais avec un chemin limité pour y parvenir.

La technologie est le point d’inflexion clé qui va changer cette dynamique. Ces entreprises continueront d’innover et de nous orienter dans la bonne direction.

Personnellement, je sympathiserais davantage avec une entreprise qui est honnête avec sa trajectoire et explique que même si elle ne réussit pas bien, elle avance dans la bonne direction et a des jalons clairs et mesurables sur la façon dont elle y arrivera.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires