Uruguay : un législateur propose un projet de loi pour autoriser les paiements cryptographiques.

Le sénateur uruguayen a présenté un projet de loi qui permet aux entreprises d’accepter la crypto-monnaie comme moyen de paiement et réglemente son utilisation dans les pays d’Amérique du Sud.

Un projet de loi autorisant les paiements en crypto.

Le sénateur Juan Sartori de la République orientale de l’Uruguay a présenté un projet de loi dans un tweet publié le 3 août visant à autoriser les paiements cryptos. Le projet de loi appelle à l’élaboration de règles de cryptage pour permettre des méthodes de paiement sécurisées en Uruguay. Cela propose aussi une reconnaissance légale des pièces numériques, soutenant ainsi leur utilisation dans des entreprises légitimes.

à voir aussi : FTX en partenariat avec Dolphin Entertainment pour lancer une plateforme de NFTs axée sur le sport et le divertissement.

Sartori a même affirmé que la crypto-monnaie peut être utilisée pour créer des investissements, mais également des travails.

Sartori a déclaré :

« Aujourd’hui, nous présentons un projet de loi, pionnier dans le monde, qui vise à établir une utilisation légitime, légale et sûre dans les entreprises liées à la production et à la commercialisation de monnaies virtuelles en Uruguay. »

3 licences pour les entreprises cryptographiques contrôlées par SENACLAFT

Le sénateur Sartori est membre du Parti national au pouvoir en Uruguay. Le parti occupe 10 des 30 sièges du Sénat. En supposant que ce projet de loi soit pris en charge, le gouvernement uruguayen fournira 3 types de licences pour tous les types d’entreprises utilisant des crypto-monnaies.

  • La première licence permettra « aux entreprises de négocier tous les actifs cryptographiques, tels que les intermédiaires (bourses), à l’exception des transactions provenant de sources non-financières ».
  • Les parties agréées au titre de la seconde licence pourront stocker, sauvegarder et conserver les actifs cryptos.
  • La troisième licence prendra en charge l’émission « d’actifs cryptos ou de jetons utilitaires présentant des caractéristiques financières ».

En outre, le Secrétariat national de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (SENACLAFT) seront chargés du contrôle des titulaires d’autorisations. Le SENACLAFT s’attachera à superviser et auditer l’un ou l’autre des titulaires de licence.

Par ailleurs, le sénateur Sartori souligné la nécessité pour l’Uruguay de réglementer les crypto-monnaies. Il a déclaré que l’adoption de réglementations sur le cryptage protégerait les investisseurs et favoriserait les investissements dans le pays. Selon lui, le nombre d’investisseurs en crypto-monnaie dans le pays est faible par rapport à la population.

Un projet de loi autorisant les paiements cryptos en Uruguay a été introduit, car certains pays envisagent l’adoption de la crypto-monnaie. Lorsque le président salvadorien Nayib Bukele a révélé en juin que Salvador  adopte le Bitcoin comme monnaie légale, le membre du Congrès panaméen Gabriel Silva a soutenu l’idée et a ajouté que le Panama devrait emboîter le pas. En outre, le Parti populaire espagnol (PP) a également adopté un projet de loi autorisant les paiements hypothécaires cryptographiques.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des