Une consultation examinant le déploiement d’un euro numérique est ouverte par la Commission européenne.

La branche exécutive du syndicat a tenu mardi des discussions sur la législation nécessaire pour émettre la monnaie numérique. La consultation qui est ouverte jusqu’à 3 mai, demandera aux experts du secteur sur des questions liées à l’euro numérique, y compris les paiements internationaux, la vie privée et les implications pour la stabilité financière.

Une consultation sur les problèmes du déploiement d’un euro numérique.

Dans un communiqué publié le 5 avril, la direction générale de la stabilité financière, des services financiers et de l’union des marchés des capitaux de la Commission européenne a déclaré qu’elle préparerait une évaluation des monnaies numériques des banques centrales CBDC. Cela sur la base de l’impact attendu sur les prestataires de services financiers, les utilisateurs de détail et les chambres de commerce.

Le comité européen consultera des experts du secteur sur des questions liées à l’euro numérique, y compris :

  • les paiements internationaux,
  • la vie privée,
  • les implications pour le secteur financier et la stabilité financière,
  • les cas d’utilisation des paiements en espèces et
  • les règles de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Lecture connexe : La banque centrale chinoise ajoute 11 villes supplémentaires pour tester sa monnaie numérique.

La protection de la vie privée est la première préoccupation pour le lancement d’une CBDC

La consultation présente également des idées sur la manière dont la conception de l’euro numérique peut préserver la vie privée et permettre l’anonymat entre les parties aux transactions ou leurs banques. La vie privée était une préoccupation majeure lors des consultations de la Banque centrale européenne de l’année dernière sur un euro numérique et reste une source de controverse.

La Banque centrale européenne BCE étudie comment les projets d’émission d’un euro numérique pourraient fonctionner dans une phase qui durera jusqu’en septembre 2023. L’approche de la BCE en matière de protection de la vie privée a été exposée dans un rapport au ministre des Finances le 4 avril. En effet, il s’agit d’un sujet qui a dominé une précédente enquête auprès des citoyens pour ses inquiétudes concernant les nouvelles technologies.

Dans un communiqué publié mardi, les ministres de l’Intérieur de l’UE, réticents à être usurpés par la BCE sur les questions de politique publique, ont déclaré que de nouvelles lois étaient nécessaires pour étayer la mesure, et ont déclaré que les monnaies numériques ne devraient pas remplacer les monnaies fiduciaires et les pièces ordinaires.

À partir de juin, les ministres des Finances de l’UE discuteront d’autres questions sensibles, mentionnées ci-dessous, avec le rôle des banques privées et des entreprises de paiement dans la livraison de l’euro numérique.

A découvrir : MicroStrategy ajoute 4 167 BTC supplémentaires d’une valeur 191 millions de dollars à sa trésorerie .

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires