Un rapport révèle des inégalités pour les femmes de couleur dans les postes de direction canadiens qui font écho au secteur de la technologie


Un nouveau rapport du Prosperity Project et de KPMG Canada, intitulé The Zero Report, a révélé de nouvelles données sur la sous-représentation des femmes racialisées dans les plus grandes organisations du Canada.

«Avoir un solide pipeline de leadership inclusif a la capacité de transformer non seulement une seule entreprise, mais aussi l’avenir de Corporate Canada.

Le rapport a sondé 48 des plus grandes organisations du Canada à l’automne, révélant que 89 pour cent des personnes interrogées n’avaient aucune femme noire en vue d’atteindre le niveau de leadership et que 91 pour cent n’avaient aucune femme autochtone.

Selon le rapport, les femmes racialisées détenaient 6,4 pour cent des sièges de femmes au conseil d’administration, 7,4 pour cent des rôles féminins de cadre supérieur et 11,5 pour cent du pipeline féminin vers les postes de cadre supérieur.

Ces dernières découvertes, bien que pertinentes pour les grandes organisations dans divers secteurs, sont tout à fait conformes aux inégalités présentes pour les femmes de couleur dans le secteur technologique canadien.

Selon un rapport d’octobre, sur 270 entreprises de technologie interrogées, le nombre de postes au conseil d’administration occupés par des peuples autochtones n’était que de sept et le nombre de postes de conseil occupés par des personnes handicapées n’était que de six, ce qui signifie que le secteur de la technologie est également confronté à une grave disparité. en représentation des femmes autochtones et des femmes handicapées.

Cependant, il semble que ces chiffres évoluent dans la bonne direction. Le rapport Zero a noté que la présence de femmes dans les conseils d’administration augmente, constatant que la représentation des femmes dans les conseils d’administration a augmenté entre mars 2019 et septembre 2020.

La plus forte augmentation en points de pourcentage de la représentation des femmes au niveau de la direction est dans les rôles au sein du conseil, à 3,9 points de pourcentage. Cette augmentation est également observée dans le secteur de la technologie. Le rapport d’octobre a révélé que le pourcentage de conseils d’administration exclusivement masculins continue de baisser de manière significative, tombant à 18,5% en 2020, contre 24,1% en 2019.

Malgré un élan positif, le rapport d’octobre et le rapport Zéro ont également souligné le manque persistant de minorités visibles, y compris des femmes racialisées à des postes de direction. La plus petite augmentation, un point de pourcentage, est prévue pour les postes de cadre supérieur.

CONNEXES: #MoveTheDial, Feminuity propose des stratégies aux entreprises à toutes les étapes pour fidéliser les femmes dans la technologie

«Avoir un solide pipeline de leadership inclusif a la capacité de transformer non seulement une seule entreprise, mais aussi l’avenir de Corporate Canada. Pour le moment, il reste encore beaucoup à faire avant que nous puissions vraiment avoir un avenir prospère pour nos filles et nos petites-filles », a déclaré Heather Baker, associée à l’audit et présidente du conseil d’administration de KPMG Canada.

Le rapport Zero a révélé que le nombre de femmes handicapées dans les conseils d’administration et de femmes racialisées et autochtones a augmenté entre mars 2019 et septembre 2020.

Pour les femmes racialisées, y compris les femmes noires, le nombre de femmes occupant des postes de direction ou de pipeline est passé de 7,8% à 10,5%. Pour les femmes autochtones, 3,1% occupaient des rôles dans des rôles de conseil d’administration, de direction ou de pipeline. Bien que ce soit le double du nombre de mars 2019, il reste faible.

Le sous-ensemble de femmes ayant la plus petite part de rôles au sein du conseil, de la direction et de la filière est les femmes handicapées, à seulement 2% en septembre 2020, une augmentation marginale par rapport à 1,8% en mars 2019.

Le rapport Zero a également noté que le manque de représentation des femmes n’est pas le seul problème. Il y a également un manque de collecte de données sur le genre et la diversité au sein des organisations.

«Ne pas demander de données sur la race, le sexe et l’appartenance ethnique tout en essayant d’arrêter les préjugés et le racisme systémique, c’est comme ne pas tester le COVID-19 et rechercher les contacts tout en essayant d’arrêter la propagation du virus. Si nous ne regardons pas, ne demandons pas ou ne mesurons pas, nous ne le saurons pas. Ne pas savoir, c’est comment ceux qui sont au sommet d’un système raciste veulent le garder », a déclaré Pamela Jeffery, fondatrice de The Prosperity Project.

Source de l’image Unsplash. Photo par Christina @ wocintechchat.com.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Investir dans Air Liquide

Air Liquide est un groupe français spécialisé dans la production du gaz. La fourniture de technologies est également une de ses principales activités. A travers