Un projet de loi américain pourrait imposer une interdiction de 2 ans sur les stablecoins algorithmiques.

Un projet de loi visant à réglementer les stablecoins est actuellement en cours d’élaboration par la Chambre des représentants des États-Unis. Selon une copie obtenue par Bloomberg, le projet de loi imposerait une interdiction de deux ans sur les nouveaux stablecoins algorithmiques.

Un aperçu sur la dernière version du projet de loi sur les stablecoins

La législation visant à réglementer les stablecoins en cours d’élaboration par la Chambre des représentants des États-Unis imposerait une interdiction de deux ans sur les nouveaux stablecoins algorithmiques comme TerraUSD (UST). L’UST s’est découplée du dollar américain plus tôt cette année, provoquant une contagion du marché de la cryptographie.

Cependant, les fournisseurs existants de stablecoins algorithmiques disposeront d’un délai de deux ans pour modifier leurs modèles et sécuriser leurs produits différemment. De toute évidence, la définition couvre les stablecoins dont la valeur dépend d’un autre actif virtuel du même créateur pour maintenir son prix, et est annoncé comme ayant la capacité de le convertir, de le racheter ou de l’échanger contre un prix fixe.

En outre, le projet de loi oblige également le département du Trésor à mener des recherches sur les jetons de type Terra. Cela en consultation avec la Réserve fédérale, le Bureau du contrôleur de la monnaie, le FDIC et la SEC.

La législation permettrait aux banques et aux non-banques d’émettre des pièces stables, mais nécessiterait la mise en place de régulateurs. Les banques peuvent émettre ces stablecoins en obtenant l’approbation de leurs régulateurs fédéraux typiques. Les émetteurs de pièces stables non bancaires, en revanche, seraient approuvés au niveau de l’État et ceux qui s’enregistrent auprès de la Fed dans les 180 jours suivant cette approbation pourraient fonctionner en vertu du projet de loi.

A découvrir : Binance obtient une licence MVP auprès du régulateur de Dubaï.

Le panel pourrait voter sur le projet de loi dès la semaine prochaine.

Le comité votera probablement sur le projet de loi dès la semaine prochaine, et des personnes familières avec la législation, la représentante de l’État démocrate Maxine Waters et le républicain Patrick McHenry, ont travaillé pour parvenir à un accord sur la législation, bien que l’on ne sache pas quoi Si McHenry avait approuvé la dernière loi.

L’émission de pièces stables sans l’approbation de ces régulateurs pourrait entraîner jusqu‘à cinq ans de prison et une amende de 1 million de dollars. Ainsi, la législation ordonnerait à la Fed d’établir un processus décisionnel à la demande des émetteurs non bancaires

Bonus : Alameda remboursera 200 millions de dollars au prêteur en faillite Voyager.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires

Iran cbdc

L’Iran a lancé un projet pilote pour sa CBDC.

La Banque centrale d’Iran a commencé à piloter l’utilisation de son CBDC « crypto rial », cette semaine, selon une annonce de la Chambre de commerce iranienne. Par ailleurs, la décision de