Un nouveau rapport révèle que les femmes dans le secteur de la technologie ont le sentiment que la croissance de leur carrière a été ralentie pendant la pandémie


Selon de nouvelles données de SAP Canada, près de la moitié des femmes du secteur canadien de la technologie ont signalé que leur croissance de carrière et leurs objectifs ont été retardés pendant la pandémie du COVID-19.

L’étude de SAP Canada visait à identifier les défis que les entreprises technologiques doivent relever pendant et après la pandémie de COVID-19 pour soutenir les femmes sur le terrain. Le rapport est basé sur un sondage en ligne auprès de 592 Canadiennes qui s’identifient comme des professionnelles dans les domaines technologiques et non technologiques.

L’étude a révélé que 44% des répondants ont déclaré qu’ils ne pensaient pas que les entreprises de technologie souhaitaient embaucher des femmes.

SAP Canada a constaté que le nombre de femmes signalant des obstacles à la croissance de carrière est plus élevé dans le secteur de la technologie que dans les autres secteurs. Quarante-huit des femmes dans le domaine de la technologie l’ont signalé, contre seulement 31% dans d’autres secteurs. Le rapport a également noté que cela était particulièrement pertinent pour les jeunes femmes de l’industrie et celles qui sont également des aidantes.

Une autre constatation clé que SAP Canada a qualifiée d ‘«étonnante»: 44 pour cent des répondants au sondage conviennent que malgré la pandémie, ils croient que les entreprises de technologie ne veulent pas vraiment embaucher des femmes.

«Bien que l’industrie canadienne de la technologie ait« corrigé le problème »de la pandémie à court terme, le problème sous-jacent demeure que près de la moitié des femmes travaillant dans la technologie ont l’impression que leurs employeurs ne veulent pas embaucher de femmes, ce qui m’a surpris», a déclaré Gina Izumi, vice-présidente principale des ventes chez SAP Canada.

L’étude de SAP Canada a également révélé que les femmes en technologie sont plus susceptibles de se sentir démotivées dans leur carrière, 45% des femmes en technologie déclarant qu’elles n’étaient pas motivées, comparativement à 39% dans d’autres secteurs. Quarante et un pour cent des femmes dans le domaine de la technologie interrogées ont déclaré que leur carrière avait généralement été affectée négativement par la pandémie, contre 29% des femmes occupant des postes non technologiques.

Ces nouvelles découvertes surviennent au milieu d’une multitude de rapports qui brossent un tableau inquiétant de la façon dont les femmes sur le marché du travail et les femmes entrepreneurs ont été touchées par la pandémie.

La participation des femmes à la population active a chuté de façon spectaculaire pendant la pandémie. Un rapport récent de la Chambre de commerce de l’Ontario (OCC) a révélé que les fermetures d’entreprises et les mises à pied pendant l’état d’urgence ont le plus gravement touché les professions et les secteurs qui emploient principalement des femmes.

CONNEXES: Un rapport révèle des inégalités pour les femmes de couleur dans les postes de direction canadiens qui font écho au secteur de la technologie

Le rapport de l’OCC a constaté que cela, ainsi que les restrictions concernant la garde d’enfants et les entreprises appartenant à des femmes, qui ont tendance à être plus récentes, plus petites et moins bien financées que celles appartenant à des hommes, ont exacerbé les inégalités existantes pour les femmes.

Le rapport du BCC a également souligné que cela a été particulièrement difficile pour les femmes racialisées, les femmes autochtones, les mères célibataires, les femmes à faible revenu, les femmes immigrantes, les femmes handicapées et les femmes vivant dans les zones rurales.

La pandémie a également eu un impact sur les femmes qui se lancent dans l’entrepreneuriat. Selon les données les plus récentes de Statistique Canada, il existe des «différences entre les sexes statistiquement significatives» qui ont eu une incidence sur la probabilité que les femmes deviennent propriétaires d’entreprise.

L’un de ces facteurs comprend l’état matrimonial. Statistique Canada a constaté que la probabilité d’entrée d’une femme dont le conjoint était propriétaire d’entreprise était de 2,3 points de pourcentage inférieure à celle d’un homme, même si les nouvelles femmes étaient proportionnellement plus susceptibles d’avoir un conjoint qui était propriétaire d’une entreprise.

Malgré les obstacles persistants pour les femmes dans le secteur de la technologie, le rapport de SAP Canada a trouvé plusieurs signes encourageants concernant les femmes dans le secteur de la technologie. Soixante-trois pour cent des femmes dans la technologie ont déclaré se sentir soutenues par leur entreprise, contre 51% dans des rôles non technologiques.

Les femmes dans le domaine de la technologie ont également déclaré avoir un «bon équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée» (57% contre 50% dans les rôles non technologiques). Les femmes dans la technologie ont également déclaré se sentir plus productives pendant cette période (54% contre 33% dans des rôles non technologiques).

«Relever ces défis nécessite à la fois responsabilité et transparence, et il nous incombe en tant qu’industrie de garantir que les opportunités sont accessibles à tous», a déclaré Izumi.

Source de l’image Unsplash. Photo par Christina @ wocintechchat.com.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

EarnX change la donne avec les NFT

Ce n’est pas souvent que les plates-formes NFT entrent en scène et offrent la valeur d’une utilité tangible qui peut être utilisée rapidement. Entrez EarnX,