Un nouveau fonds de capital-risque pour les entrepreneurs technologiques noirs détient une première clôture de 6,4 millions de dollars


Un nouveau fonds de capital-risque lancé pour soutenir les entrepreneurs technologiques noirs au Canada a clôturé une première clôture de 6,4 millions de dollars. Le Black Innovation Fund, qui sera géré par Black Innovation Capital (BIC), vise 10 millions de dollars.

« Notre objectif est de pouvoir créer une analyse de rentabilisation pour cet accent mis sur la diversité et l’inclusion. »

Le fonds cherchera à investir dans des sociétés canadiennes de technologie de pré-amorçage et de démarrage fondées par des entrepreneurs noirs. BDC Capital est l’investisseur principal de ce fonds, tandis que les autres commanditaires comprennent RBC, Globalive Capital et TELUS Ventures.

BlC, qui gère le fonds, a été créé cette année par la directrice et gestionnaire de fonds Lise Birikundavyi, ainsi que par le fondateur et associé directeur Isaac Olowolafe Jr. BIC a été créé à la suite d’une collaboration entre la DMZ et Dream Maker Ventures (Olowolafe Jr . est le fondateur de Dream Maker Ventures). Les deux organisations ont déjà collaboré pour soutenir les entrepreneurs noirs, notamment par le biais des programmes d’innovation noire de la DMZ.

Grâce à ce fonds, la DMZ soutiendra BIC en fournissant un pipeline de startups et de fondateurs pour des investissements potentiels. L’incubateur basé à Toronto formera également des gestionnaires d’investissement des communautés noires.

« Notre objectif est de pouvoir créer une analyse de rentabilisation pour cet accent mis sur la diversité et l’inclusion, et de pouvoir aider d’autres VCs dans l’espace à avoir également un portefeuille plus diversifié », a déclaré Birikundavyi, dans une interview.

Le nouveau fonds investira dans des startups technologiques qui ont une équipe de fondateurs noirs. La société investira dans des startups basées au Canada, cependant, 10 pour cent des sociétés de son portefeuille devraient être mondiales. L’objectif du fonds est d’améliorer l’accès au capital, la résilience des modèles d’affaires, la performance et la représentation des startups canadiennes.

Un fonds d’investissement axé sur cette orientation est depuis longtemps un objectif d’Olowolafe Jr. Il est également président de la société de gestion d’actifs basée à Toronto Dream Makers Corp., et a aidé à fonder la société de capital-risque Dream Maker Ventures en 2019.

À l’époque, Dream Maker Ventures avait annoncé son intention de lever un fonds de capital-risque de 75 millions de dollars, axé sur l’investissement dans des entrepreneurs diversifiés, sous-représentés et sous-estimés. Olowolafe Jr. a déclaré à BetaKit que bien que ce fonds ait reçu certains engagements, il n’a jamais officiellement fermé le financement et n’a déployé aucun investissement dans des entreprises. La directrice Danielle Graham s’est ensuite séparée de Dream Maker Ventures et est actuellement partenaire de capital-risque du réseau de fonds ArchAngel.

Au cours des 18 derniers mois, la vision de Dream Maker Ventures s’est tournée vers les entrepreneurs noirs et le lancement de BIC. Globalive Capital, qui a participé à la première clôture du Black Innovation Fund, a été l’une des sociétés qui s’est engagée initialement dans le fonds de diversité de Dream Maker.

BIC a été créé pour répondre au besoin de longue date d’un plus grand soutien en capital pour les entrepreneurs noirs du Canada. Beaucoup ont fait valoir qu’il fallait faire plus de recherches sur les défis auxquels sont confrontés les entrepreneurs noirs au Canada, cependant, les données qui existent actuellement indiquent que ces entrepreneurs font face à des obstacles importants et systémiques pour faire des affaires et accéder au capital.

CONNEXES: La DMZ de Ryerson atteint 400 000 $ sur un objectif de 1 million de dollars pour étendre la Black Innovation Fellowship

Un rapport de 2020 a souligné que la pandémie de COVID-19 a eu un impact disproportionné sur les fondateurs sous-représentés, 85 % des entrepreneurs sous-représentés au Canada subissant une perte de revenus, de contrats et de flux de trésorerie. Le manque de représentation existe dans pratiquement toutes les facettes de l’écosystème technologique canadien. Selon une étude CVCA de 2019, seuls 18% des partenaires des sociétés de capital-risque étaient des « minorités visibles », et ce nombre est tombé à 6% dans le capital-investissement. Le problème s’étend également aux grandes entreprises. Une étude de février a révélé que 89 pour cent des plus grandes organisations du Canada n’avaient aucune femme noire en voie d’accéder au niveau de leadership.

«Les entrepreneurs noirs sont sous-financés et sous-représentés sur les marchés nord-américains du capital-risque et du capital-investissement», a déclaré Olowolafe Jr. «Malheureusement, cette information n’est pas suivie au Canada, mais nous savons que la situation est critique. Notre objectif est de lever 10 millions de dollars pour aider les entreprises technologiques fondées par des Noirs à prospérer. »

Birikundavyi a déclaré à BetaKit que le nouveau fonds était indépendant du secteur et cherchait à investir entre 150 000 et 200 000 $ dans les cycles de pré-amorçage et de démarrage, et environ 400 000 $ pour les investissements de suivi. Birikundavyi a déclaré que l’objectif est d’investir dans 18 sociétés sur la période de 10 ans du fonds.

Le fonds n’a pas encore commencé à déployer des capitaux, mais Birikundavyi a déclaré que BIC est actuellement en pourparlers avec plusieurs startups et espère faire son premier investissement dans les prochains mois. L’entreprise vise à tenir sa clôture définitive d’ici la fin de cette année.

CONNEXES: Les femmes dans les sociétés de capital-risque sont toujours largement sous-représentées selon un nouveau rapport

En tant que société d’État, BDC a joué un rôle actif dans l’augmentation du soutien en capital pour les fondateurs noirs du Canada. Récemment, l’organisation s’est engagée à verser 130 millions de dollars au Black Entrepreneurship Loan Fund du gouvernement fédéral. Le gouvernement fédéral a co-développé le fonds en partenariat avec la Fédération des sciences économiques afro-canadiennes (FACE) en tant qu’administrateur du fonds de prêt. Ce fonds fait partie du programme plus large d’entrepreneuriat noir du gouvernement fédéral. BDC a également créé un programme de démarrage pour les entrepreneurs noirs avec Futurpreneur et s’est engagée avec des organisations telles que les Chambres de commerce noires du Canada sur des initiatives d’inclusivité et de lutte contre le racisme.

« Il est important pour nous non seulement de soutenir un ensemble plus diversifié de fondateurs technologiques, mais également de soutenir une diversité croissante de médecins généralistes et de fournisseurs de capitaux, car nous voulons en fin de compte que les personnes qui prennent les décisions d’investissement soient aussi diverses que la communauté sous-jacente des fondateurs », Jérôme Nycz, vice-président exécutif de BDC Capital, a déclaré à BetaKit dans un communiqué. « Le Black Innovation Fund a coché ces deux cases. »

« Les préjugés inconscients existent partout, y compris dans l’investissement », a déclaré Birikundavyi. « Les gens investissent généralement dans des individus et des concepts qu’ils connaissent, pas toujours en fonction de leurs valeurs, de leur expérience ou d’une analyse de rentabilisation solide. Notre espoir est d’aider à créer des entreprises prospères dirigées par des Noirs, à offrir des rendements à nos investisseurs et à accroître la diversité de l’écosystème du capital-risque. »

Source de l’image Unsplash. Photo de Christina @ wocintechchat.com.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires