Un législateur de Royaume de Tonga envisage d’adopter Bitcoin (BTC) en mai 2022.

L’adoption par le Salvador de Bitcoin comme monnaie légale a incité à la petite nation insulaire des Tonga à suivre ses initiatives. Un législateur de Royaume des Tonga a révélé qu’il avait l’intention de présenter un projet de loi pour donner cours légal au Bitcoin.

Un projet de loi aux Tonga pour adopter le Bitcoin comme monnaie légale

Un propriétaire terrien héréditaire des Tonga, Lord Fusitu’a, qui est aussi un défenseur du Bitcoin, a annoncé qu’il présentera un projet de loi Bitcoin aux Tonga. Celui-ci pour combiner Bitcoin avec la monnaie du pays « le pa’anga » lors de l’ouverture du prochain parlement en mai 2022.

En juin de l’année dernière, l’homme politique a déjà exprimé son intérêt pour le roi des crypto-monnaies. Lord Fusitu’a a alors promis de déposer un projet de loi devant ses pairs dans les plus brefs délais. Il s’avère que depuis qu’il a été évoqué au début de l’été, le projet ait bien évolué.

Le membre du Congrès s’est inspiré sans vergogne de l’exemple d’El Salvador. Ses lois sont également similaires aux lois Bitcoin promulguées par les pays d’Amérique du Sud. Sous la direction du président Nayib Bukele, El Salvador a adopté le Bitcoin comme monnaie légale début septembre. Tous les commerçants de ce pays doivent accepter la monnaie numérique comme mode de paiement.

Bitcoin pour une accélération de l’économie du Royaume des Tonga

À terme, l’adoption du Bitcoin augmentera le revenu de l’Etat en stimulant l’économie nationale.

Pour prouver son plan, Lord Fusitu’a a souligné la dépendance de l’économie du royaume à l’égard des envois de fonds. Selon les données de la Banque mondiale, 37% du PIB du pays provient des envois de fonds des diasporas. Il bénéficiera donc des économies de frais, sinon ces frais seront reversés aux gestionnaires de fonds qui utilisent le réseau Bitcoin.

Lord Fusitu’a a déclaré : « Tonga est le pays le plus dépendant des envois de fonds au monde. […] Près de la moitié de notre économie vient de l’argent renvoyé par notre diaspora. »

Lord Fusitu’a a déclaré que la plupart des étrangers aux Tonga transfèrent des fonds à leurs familles par l’intermédiaire de Western Union (l’une des principales sociétés internationales de gestion des paiements). En effet, la société applique des frais pour chaque transfert international, ce qui réduit une partie des revenus des résidents du royaume.

« Western Union retire une part de 30 % en moyenne. Notre PIB en 2020 était de 510 millions de dollars américains, et 40 % , soit un peu plus de 200 millions de dollars américains, vient de l’étranger, donc 30 % de cela, soit 60 millions de dollars américains, sont des frais versés à Western Union, déclare le parlementaire » a-t-il noté.

Pour réaliser son plan, Lord Fusitu’a a contacté Jack Mallers, le fondateur et PDG de Strike, une application de paiement basée sur le Lightning Network. Par conséquent, un portefeuille numérique national similaire au portefeuille Chivo d’El Salvador peut voir le jour.

En parallèle, la Banque nationale de réserve des Tonga s’est publiquement opposée au projet de loi, et il est certainement impossible de garantir que Bitcoin est utilisé comme monnaie légale. La National Reserve Bank of Tonga a actuellement la « seule responsabilité légale » de l’émission de devises. Cependant, Fusitu’a espère changer cette situation en persuadant au moins 14 membres de la législature Tongane de voter pour sa proposition d’ici 2022.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires