Un an après la levée des semences, PolicyMe lance un produit d’assurance-vie numérique


PolicyMe, une start-up d’insurtech basée à Toronto, a officiellement lancé son nouveau produit d’assurance numérique, qui permet aux Canadiens de souscrire jusqu’à 5 millions de dollars d’assurance vie rapidement et en ligne.

«Nous voulions vraiment trouver un moyen d’être une entreprise rentable, mais aussi être extrêmement honnêtes et objectifs avec ce que nous vendons.»
– Andrew Ostro

À l’aide d’un moteur de souscription algorithmique, le produit de PolicyMe détermine le risque de chaque utilisateur et le besoin de souscrire une assurance-vie. À partir de là, les utilisateurs peuvent acheter leur politique directement sur la plate-forme, sans avoir à travailler avec un agent ni à subir de longues applications. La demande, l’approbation et la souscription sont toutes effectuées numériquement.

Canadian Premier Life Insurance agit en tant que partenaire assureur de PolicyMe pour le lancement de ce produit, tandis qu’une société de réassurance mondiale non divulguée partagera la responsabilité des polices avec Canadian Premier.

Le produit est présenté comme offrant des prix compétitifs et des délais d’approbation rapides, car les polices sont entièrement souscrites. PolicyMe affirme que les utilisateurs peuvent recevoir une approbation dans les 20 minutes, contre une période d’attente moyenne de quatre à six semaines. Le produit est actuellement disponible partout au Canada, en plus du Québec, du Nouveau-Brunswick et de Terre-Neuve.

Fondée en 2018, la mission de PolicyMe est d’offrir une voie plus simple pour souscrire une assurance-vie. La startup a initialement été lancée en tant que courtier d’assurance, mais le co-fondateur et PDG de PolicyMe Andrew Ostro a déclaré à BetaKit que l’objectif ultime était de créer une expérience d’achat d’assurance numérique.

Pour ce faire, la startup a fait du conseil un élément clé de sa pratique, ce qui signifie donner aux consommateurs les conseils les plus utiles et les plus précis sur leurs projets de souscription d’assurance-vie.

CONNEXES: PolicyAdvisor veut contribuer à faire entrer l’assurance-vie dans l’ère numérique

«Notre opinion était de savoir si nous pouvions intégrer les conseils dans le modèle… [and] se concentrer vraiment sur le processus de prise de décision, l’éducation, les conseils, qui nous permettraient de vraiment déplacer une grande partie des ventes vers une plate-forme en ligne », a-t-il déclaré à BetaKit.

En utilisant PolicyMe, les consommateurs peuvent non seulement souscrire des polices d’assurance, mais également voir s’ils doivent souscrire une assurance-vie en fonction de leur santé et de leur situation financière. Cette partie de l’offre de PolicyMe n’est pas nouvelle et est gratuite pour les consommateurs.

Ostro a déclaré que 26% des utilisateurs de PolicyMe n’avaient pas réellement besoin de souscrire une assurance-vie et que la start-up déconseillait à ses clients d’acheter.

«Nous voulions vraiment trouver un moyen d’être une entreprise rentable, mais aussi être extrêmement honnêtes et objectifs avec ce que nous vendons», a déclaré Ostro. «C’était l’une des tendances que nous observons dans le domaine de l’assurance-vie depuis des années. Les courtiers sont payés sur les commissions, donc plus une personne achète, plus elle gagne. »

Il a déclaré que la startup cherchait à contrer cette tendance à la survente de produits dont les consommateurs n’ont peut-être pas besoin simplement pour augmenter leurs profits.

PolicyMe est l’une des nombreuses startups d’insurtech qui ont vu le jour pour moderniser le processus d’assurance. Un certain nombre de rapports, dont un de Deloitte Canada, ont mis en évidence que le secteur de l’assurance conserve toujours des approches dépassées, souvent sur papier, ce qui signifie que le secteur est mûr pour la transformation numérique.

PolicyAdvisor, une autre startup basée à Toronto, cherche également à numériser le processus d’achat d’assurance. PolicyAdvisor exploite les données de plusieurs sources, à l’aide d’algorithmes qui analysent des centaines de documents d’assurance complexes pour identifier la bonne correspondance de police pour un client.

CONNEXES: Briza lève 10,2 millions de dollars canadiens pour répondre à la demande croissante d’API des assureurs

Le lancement de ce produit d’assurance numérique fait suite à une année de croissance pour PolicyMe, qui affirme avoir réalisé une croissance des revenus de 700% d’une année à l’autre en 2020.

Ostro a attribué cette croissance à deux facteurs. Le premier était qu’en mars 2020, PolicyMe avait obtenu 3,3 millions de dollars de financement de démarrage. Ostro a déclaré qu’avec suffisamment de liquidités, la startup était bien préparée pour une croissance rapide l’année dernière. Le deuxième facteur était la pandémie de COVID-19. Ostro a déclaré que la pandémie n’a pas créé un nouveau besoin d’assurance-vie, mais a plutôt mis en évidence le besoin déjà existant pour de nombreux Canadiens.

La startup affirme que 51% des assurés canadiens avec lesquels elle s’est engagée ont déclaré qu’ils achèteraient une assurance-vie via une plateforme en ligne. Ce nombre est passé à 65% pour les personnes âgées de 18 à 34 ans.

«Ce n’était pas tant que les gens avaient plus besoin du produit qu’avant son peuple, il est devenu plus clair pour les gens qu’ils en avaient besoin», a déclaré Ostro. «Le besoin était là dès le premier jour.»

Pour l’année à venir, Ostro a déclaré que la principale priorité de PolicyMe était l’optimisation de sa plate-forme. Le PDG a déclaré qu’il imaginait que les utilisateurs potentiels de la plate-forme auront besoin de politiques contre les maladies graves, ainsi que d’un produit axé sur l’épargne et la retraite.

La startup est également en train de lever une ronde de financement de série A. Bien que le PDG ait refusé de divulguer des détails à BetaKit, il a noté que le cycle devrait se terminer dans les mois à venir.

Ostro a déclaré qu’il espère déployer le nouveau produit au Québec et au Nouveau-Brunswick une fois que la startup aura construit une version française de sa plateforme. Il a dit que Terre-Neuve a des exigences de licence spécifiques que PolicyMe doit respecter. Ces déploiements provinciaux supplémentaires n’auront probablement lieu qu’après 2021.

Image courtoisie PolicyMe.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires