Un an après avoir rejoint RBC, Sid Paquette révèle ses plans pour perturber l’innovation bancaire avec RBCx


Plus d’un an après s’être joint à la Banque Royale du Canada (RBC), Sid Paquette est enfin prêt à dévoiler les détails de son nouveau groupe bancaire d’innovation.

Officiellement appelé RBCx, le groupe bancaire de technologie et d’innovation a également annoncé ce qu’il appelle une plate-forme de services complets qui donne accès à une suite de produits financiers et de conseil.

« Nous pensons vraiment en dehors de la boîte traditionnelle dans laquelle la plupart de nos concurrents opèrent. »
– Sid Paquette, RBCx

En parlant avec BetaKit, Paquette a qualifié l’approche de RBCx d’unique dans l’espace bancaire de l’innovation au Canada. Avec Paquette et d’autres investisseurs bancaires et de capital-risque canadiens notables à sa tête, RBCx cherche à introduire le modèle d’investissement en capital de risque dans l’innovation bancaire au Canada, des transactions de dette aux investissements indirects et directs.

« À un niveau élevé, cette plate-forme est construite avec un seul mandat, et c’est d’aider les entreprises de technologie et d’innovation à grandir, point final », a déclaré Paquette, dans une entrevue.

RBCx est en charge de la fourniture de tous les produits et services bancaires aux entreprises technologiques et innovantes pour RBC. Cela comprend des solutions de capital d’emprunt, un soutien consultatif, un réseau de partenaires avec des événements et du contenu organisés, ainsi qu’un marché avec des offres de produits, telles que des offres pour les fournisseurs de cloud.

« Nous avons adopté une vision très holistique pour aider à avoir un impact sur une entreprise innovante », a expliqué Paquette. « Et il ne s’agit pas d’offrir de meilleures conditions générales sur les produits bancaires standard. Il s’agit de donner accès à des produits et services qui comptent, à la fois pour nos clients technologiques et leurs employés. Et nous pensons vraiment en dehors de la boîte traditionnelle dans laquelle la plupart de nos concurrents opèrent. »

« Quand nous pensons et regardons cette plate-forme, cela n’existe nulle part, pas dans l’étendue et l’échelle de ce que nous faisons », a ajouté Paquette.

RBCx affirme qu’elle diffère de ses concurrents par son orientation opérationnelle, fournissant le soutien pratique souvent vu dans les entreprises de capital-risque, en plus d’une gamme de produits et de services en dehors des options de financement.

CONNEXES : Services bancaires d’innovation CIBC cherche à alimenter la fusée technologique canadienne alors que l’écosystème monte en flèche

Paquette, qui a été embauché au début de 2020, a passé l’année dernière à développer la plate-forme RBCx ainsi que l’équipe, qui compte maintenant 85 personnes. Bien que la majorité de cette équipe (60) provenait d’autres départements de RBC, le groupe prévoit de continuer sa vague d’embauche avec des embauches externes va de l’avant.

L’équipe de direction de RBCx présente également un mélange similaire d’expérience interne de RBC et de nouveaux arrivants, dont environ la moitié se joignent à des employés externes. Paquette a fait appel à une équipe remarquable d’acteurs de l’investissement dans le paysage technologique canadien pour l’aider.

Du côté de l’innovation bancaire, Paquette a débauché Tony Barkett et Tyler Kirk de la Silicon Valley Bank. Paquette a également attiré des pairs de ses années OMERS Ventures : Nicole Kelly et Anthony Mouchantaf, ce dernier étant directeur du capital de risque de RBCx.

« Ce n’est certainement pas sorcier, mais il s’agit de tout mettre ensemble. »

L’équipe a activement conclu des transactions au cours de la dernière année, alors même que RBCx passait du temps à « ré-architecturer » l’intégralité de la stratégie bancaire d’innovation de RBC. Cette stratégie comprend des transactions bancaires d’innovation typiques, fournissant un soutien opérationnel, ainsi que des investissements directs et indirects. Avec une équipe croissante de dirigeants opérationnels, RBCx fonctionne essentiellement comme un point central pour les investissements de RBC dans l’innovation.

« Nous combinons trois aspects différents en ce qui concerne le secteur de la technologie et de l’innovation : la fourniture de tous les services et produits bancaires aux entreprises de technologie et d’innovation, l’investissement dans les fonds de capital-risque et enfin, nous travaillons sur une stratégie d’investissement direct dans les cas où cela rend sens commercial pour RBC », a déclaré Paquette.

Avec cette stratégie, RBCx travaille en étroite collaboration avec les équipes internes de RBC (Marchés des Capitaux, RBC Ventures, etc.), en soutenant les transactions. RBCx finira par faire de même pour les investissements directs des entreprises. Bien que Paquette soit resté timide sur les détails de la stratégie d’investissement direct de RBCx, il a indiqué que le processus serait similaire à la façon dont il gère les investissements dans les fonds de CR, où RBCx agit en tant que commanditaire principal au sein de la banque.

Basée à Vancouver, Version One Ventures est un exemple récent du rôle de RBCx en matière d’orientation des investissements. La société a récemment obtenu 100 millions de dollars US dans deux fonds de capital-risque nouvellement annoncés. RBC est arrivée en tant que nouvel investisseur, l’équipe de RBCx identifiant et soutenant la transaction.

CONNEXES : BMO fait jouer le financement de démarrage et lance un groupe bancaire d’innovation

« Fonctionnellement et officiellement, RBCx lève la main et dit : ‘c’est un excellent fonds, la Banque Royale du Canada devrait être un commanditaire’ », a déclaré Mouchantaf. « Et puis nous ferons une autre ronde de diligence avec nos partenaires dans [RBC] Capital Partners, qui se concentre vraiment sur tous les rapports institutionnels traditionnels, due diligence, …, [and] légal. »

Contrairement à d’autres équipes de services bancaires d’innovation, « sponsor » chez RBC ne signifie pas une direction chaleureuse ou une recommandation douce aux autres partenaires au sein de la banque ; RBCx agit comme un véritable commanditaire et un participant actif pour conclure l’affaire.

«Ce n’est certainement pas sorcier, mais il s’agit de tout mettre ensemble», a déclaré Paquette à propos de l’approche de RBCx. «Je peux absolument vous dire que dans une organisation comme une grande institution financière, vous feriez mieux d’avoir une adhésion totale au sein de toute l’organisation pour que cela se produise. Sinon, ça n’arrivera jamais. »

« [RBC is] le seul, à notre connaissance, qui a cette adhésion complète au sein de l’organisation », a souligné Paquette. « Quand nous pensons à certaines des choses que nous faisons… il faudrait 10 ans avant que nous puissions arriver sur le marché, [without RBC’s support]. « 

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires