Trufan cherche à consolider ses produits d’analyse d’audience avec un tour de table de 2,3 millions de dollars canadiens


La start-up torontoise Trufan a levé un financement de démarrage de 2,3 millions de dollars canadiens, alors que la société cherche à consolider ses deux produits de base et à offrir une plate-forme d’analyse d’audience de premier plan.

Trufan cherche à combiner ses deux produits pour aider les marques à mieux exploiter les données de première partie.

Le tour de table a été dirigé par Moneta Ventures, avec la participation de GP Ventures, Protocol Ventures et d’une poignée d’anges, dont le fondateur d’Innovative Fitness Curtis Christopherson, l’attaquant d’Utah Jazz Derrick Favors et l’attaquant des Chicago Bulls Thaddeus Young. Les investissements d’athlètes providentiels ont été facilités par Athlete Technology Group, un événement de capital-risque et une société de médias.

Trufan est une startup d’analyse d’audience qui vise à aider les marques à mieux comprendre leur audience tout en générant des données pertinentes qui leur permettent de se développer.

En novembre, lors de l’acquisition de PLAYR.gg, basée à Kelowna, Swish Goswami, co-fondateur et PDG de Trufan, a déclaré à BetaKit que la startup prévoyait de lever un tour de table de 3 millions de dollars américains. Cet objectif a ensuite été réduit à 1,5 million de dollars US, selon Goswami. La startup a finalement levé 2,3 millions de dollars canadiens (1,8 million de dollars américains).

À la fin de 2020, Trufan a également révélé son intention de se développer sur le marché des données de première partie et, avec le nouveau financement, il envisage de combiner ses deux produits de base pour se concentrer sur l’aide aux marques pour mieux exploiter les données de première partie.

Les données de première partie font référence aux informations collectées directement auprès du public ou des clients d’une marque. Cela diffère des données de tiers, qui sont achetées à des sources extérieures qui ne sont pas les collecteurs d’origine de ces données, ce qui peut présenter des problèmes de confidentialité pour les consommateurs.

Actuellement, Trufan’s propose deux produits qui ont des objectifs différents. Ces produits sont utilisés par plus de 10 000 utilisateurs gratuits et 600 clients payants, dont Netflix, la National Basketball Association et Sony Music. Le premier produit génère des données de première partie pour permettre aux marques d’atteindre leurs objectifs de croissance grâce à des tirages au sort et des remises en échange d’e-mails ou de numéros de téléphone. Trufan a obtenu cette technologie lors de l’acquisition de PLAYR.GG en novembre.

CONNEXES: Le projet de loi sur la protection de la vie privée récemment introduit comprend des amendes pour les entreprises qui ne se conforment pas

Le deuxième produit est un outil de segmentation d’audience. Cet outil permet aux marques de créer un rapport pour trier leurs abonnés en fonction de leur influence, du nombre d’abonnés ou des mesures d’engagement. Trufan a obtenu cette technologie dans le cadre de son acquisition de Social Rank en 2019.

L’objectif de Trufan est de combiner ces deux produits en une seule plate-forme consolidée et de fournir une expérience de bout en bout aux utilisateurs.

La nouvelle plate-forme aurait une tarification unifiée et une marque centralisée et permettrait aux entreprises de générer des données de première partie et d’augmenter leur audience de jeu, grâce à un marketing gratuit et à une intégration d’API personnalisée, tout en étant en mesure d’activer des données de première partie.

Trufan a poussé plus profondément les données de première partie pour un certain nombre de raisons.

«L’élément clé que nous avons remarqué, c’est qu’il y a une apocalypse des données tierces en cours. Ce que je veux dire par là, c’est que beaucoup de données sur lesquelles les marques s’appuyaient traditionnellement disparaissent », a déclaré le PDG à BetaKit.

En raison de préoccupations persistantes en matière de confidentialité entourant la collecte et l’utilisation de données tierces, de nombreuses grandes entreprises technologiques telles que Google abandonnent désormais cette forme de collecte de données. La semaine dernière, Google a annoncé qu’il supprimerait progressivement l’utilisation des cookies de navigateur à des fins publicitaires. Avec son système d’exploitation pour ses appareils mobiles, Apple demande aux utilisateurs d’activer le suivi de l’activité des appareils.

CONNEXES: Cavelo lève 1,3 million de dollars de pré-amorçage pour aider les entreprises à reprendre le contrôle de leurs données

Cette grande avancée technologique vers plus de protection de la vie privée fait écho à ce que les régulateurs ont poussé ces dernières années. Le California Consumer Privacy Act (CCPA) et le General Data Protection Regulation (GDPR) cherchent à rendre plus difficile l’utilisation des données de tiers pour les annonceurs. En avril, les deux organismes de réglementation du CCPA et du RGPD ont publié de nouvelles directives en matière de confidentialité et des listes de contrôle de conformité relatives à la collecte de données par des tiers.

«Avec tous ces changements qui se produisent, les marques vont lentement devoir se rendre compte qu’elles doivent s’adapter ou mourir», a déclaré Goswami. «La manière de s’adapter est de pouvoir nous concentrer sur les canaux par lesquels nous pouvons obtenir les données clients de manière conforme et de haute qualité, ce qui nous permet de détenir réellement la propriété de ces données.»

Goswami a déclaré que la poussée de Trufan dans les données de première partie n’était pas un pivot, mais représentait plutôt une évolution pour la startup. Il a déclaré que l’outil de segmentation de l’audience de la startup serait applicable aux données tierces ainsi qu’aux données propriétaires une fois les produits combinés. L’objectif est de lancer cette plateforme consolidée mi-2021.

Avec le nouveau financement, la startup cherche également à ajouter du personnel en développement, ainsi qu’au marketing et à la réussite des clients. Goswami a pour objectif de porter l’équipe à 40 personnes d’ici la fin de l’année.

Suite à l’accord, Sabya Das, associée chez Moneta Ventures, a rejoint le conseil d’administration de Trufan. Dans le cadre du financement, qui représente le premier tour de prix de la startup, Goswami a déclaré que tous les investisseurs précédents qui avaient investi sur la base d’accords SAFE avaient été convertis en actionnaires.

Image courtoisie Trufan.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires