Synapse Medicine, qui a récemment reçu la certification

Synapse Medicine a été approuvé pour son système de prescription médicale.

Synapse Medicine, qui a récemment reçu la certification « logiciel d’aide à la prescription », se positionne comme une alternative au Vidal. Sa plateforme permet aux utilisateurs d’anticiper les risques liés aux traitements médicaux. Elle se tourne vers les médecins, les pharmaciens, les compagnies de télémédecine, les assurances, les mutuelles ainsi que le grand public.

Logiciel d’aide à la prescription certifiée

Synapse Medicine, la jeune entreprise frontalière, vient de franchir une étape importante. Dans un communiqué de presse, l’entreprise annonce que sa plateforme a été certifiée « logiciel d’aide à la prescription » (LAP) par la haute autorité de santé (HAS).

Ce précieux sésame est « une plus-value indispensable auprès des professionnels de santé », selon Marie Lentz, responsable des affaires réglementaires et de la qualité de la start-up. En pratique, les éditeurs de logiciels qui utilisent la plateforme de Synapse sont désormais considérés comme des distributeurs et sont donc dispensés d’obtenir cette certification. L’accréditation permet également aux praticiens de bénéficier d’une réduction spéciale qui simplifie le remboursement des dépenses liées à l’organisation de leurs cabinets.

Synapse Medicine rivalise avec Vidal et BCB

Aujourd’hui, le logiciel de Synapse Medicine est en concurrence avec Vidal Expert et BCB (Base Claude Bernard), deux des bases de données de référence sur les médicaments les plus utilisés.

à lire aussi : Uber France a été sanctionné pour son offre UberPop consistante à verser 180 000 euros aux chauffeurs de taxi

Clément Goehrs, Louis Létinier et Bruno Thiao-Layel ont fondé Synapse Medicine en 2017. Elle a créé une plateforme SaaS pour prévenir les risques iatrogènes, ou l’ensemble des effets secondaires négatifs qui peuvent survenir suite à un traitement médical, lors de la prescription par les médecins, de la délivrance par les pharmaciens et de l’utilisation des médicaments par la population générale.

Un sujet de santé publique est le mésusage des médicaments

Si les trois fondateurs se préoccupent de la santé publique, c’est parce que le mauvais usage des médicaments a des conséquences désastreuses. En effet, 10 000 à 30 000 décès par an sont attribués à un mauvais usage, et 130 000 hospitalisations pourraient être évitées chaque année en France.

Pour aller plus loin : Microsoft lance une nouvelle version de Teams et de LinkedIn

Cette plateforme, qui est également disponible sous forme d’application mobile, est destinée à des professionnelles de la santé comme les médecins et les pharmaciens, ainsi qu’aux entreprises du secteur de la télémédecine, aux groupements de pharmaciens, aux assurances et aux mutuelles, ainsi qu’aux hôpitaux et aux centres de santé.

Cet outil comporte de nombreux éléments, dont les contre-indications et la surveillance des médicaments, la dose maximale, les effets secondaires indésirables et les interactions médicamenteuses. Un module est également dédié à la détection des médicaments inappropriés chez les personnes de plus de 65 ans.

Synapse médecine a été déployée pendant la pandémie de Covid-19

Lors de la pandémie de Covid-19, la plateforme Synapse Medicine a été utilisée par l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM). La plateforme Bouclier Médical facilite la gestion de la déclaration des effets secondaires défavorables du vaccin Covid-19. Elle peut « coder » ces signaux selon la catégorisation du MedDRA (Dictionnaire médical des activités réglementées) et les hiérarchiser par ordre de gravité grâce à un système d’apprentissage automatique.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires