SoleSavy obtient 15,5 millions de dollars canadiens pour aider les passionnés de baskets à lutter contre les bots d’achat de baskets


La startup de la communauté des baskets basée à Vancouver, SoleSavy, a levé plus de 15,5 millions de dollars canadiens (12 millions de dollars américains) en financement de série A pour aider davantage d’amateurs de baskets à se connecter et à naviguer dans l’expérience d’achat de baskets.

Le tour de table entièrement en actions a été mené par Bedrock Capital. Les investisseurs de la série A comprenaient également Diplo, LAUNCH de Jason Calacanis, le PDG de Dapper Labs, Roham Gharegozlou, et le président de Shopify, Harley Finkelstein. Origin Ventures, Panache Ventures, Bessemer Ventures et Banana Capital de Turner Novak ont ​​également participé au tour.

Jeff Lewis de Bedrock et Jason Calcanis devraient rejoindre le conseil d’administration de la société dans le cadre du cycle, ce qui porte le financement total de SoleSavy à ce jour à environ 18 millions de dollars canadiens (14,5 millions de dollars américains).

« Nous sommes là pour aider les gens et se battre pour les gens, et il n’y a pas d’autre entreprise comme nous. »
-Dejan Pralica, PDG

Le co-fondateur et PDG de SoleSavy, Dejan Pralica, a déclaré à BetaKit qu’après avoir construit une base d’utilisateurs dédiée autour de sa communauté Slack d’abonnement et de son contenu original, SoleSavy est prêt à utiliser son nouveau capital pour alimenter le lancement d’un marché de baskets peer-to-peer et se développer dans de nouveaux pays.

Ces mesures font partie de l’objectif de l’entreprise d’aider les passionnés de baskets à naviguer dans l’expérience d’achat exclusive de baskets d’aujourd’hui, axée sur les robots. SoleSavy cherche à créer une grande communauté dédiée qu’elle pourra ensuite proposer aux marques et aux entreprises pour aider leurs clients « les plus fidèles » à accéder en premier aux produits.

« Nous sommes les champions, nous sommes le Robin des Bois, nous sommes le Batman, quelle que soit l’analogie que vous vouliez faire », a déclaré Pralica. « Nous sommes là pour aider les gens et se battre pour les gens, et il n’y a pas d’autre entreprise comme nous. »

Le tour de série A, qui s’est clôturé en mars, est intervenu quelques mois seulement après que SoleSavy a obtenu un premier tour de table de 2,5 millions de dollars canadiens (2 millions de dollars US) en décembre. À la suite de ce financement, SoleSavy a déclaré avoir multiplié par trois le nombre de ses membres et augmenté ses revenus de 200 %.

Fondée par Pralica et Justin Dusanj en 2018, SoleSavy tente de s’attaquer aux « plus gros problèmes qui affligent l’industrie de la chaussure » ​​en tirant parti de ce que l’entreprise appelle « la passion de la communauté des sneakerheads ». Ces problèmes incluent les bots, qui achètent des sorties de baskets exclusives et très recherchées et les revendent à des prix gonflés, forçant les sneakerheads à payer plus cher sur le marché de la revente.

Les analystes prédisent que le marché lucratif de la revente de baskets pourrait atteindre 30 milliards de dollars d’ici 2030. Dans cet environnement, des individus entreprenants ont prospéré en créant des entreprises basées sur des robots axées sur l’achat et la revente de baskets, et des marchés de revente de baskets ont émergé pour qu’ils les vendent, comme StockX.

Grâce à son application mobile et à ses groupes Slack communautaires par abonnement, SoleSavy vise à permettre aux gens d’obtenir et de profiter plus facilement des baskets difficiles à acquérir dans le commerce de détail. Grâce aux canaux numériques de SoleSavy, qui sont actuellement disponibles pour les utilisateurs nord-américains, la startup informe les membres avec des informations précises, des liens d’achat direct et des alertes urgentes concernant les nouvelles versions. Selon SoleSavy, depuis son lancement, la société a maintenu un taux d’utilisateurs actifs quotidiens de 90 %.

CONNEXES: Browze annonce 15,2 millions de dollars de série A pour la plate-forme usine-consommateur

Pralica s’est décrit comme un sneakerhead, ajoutant qu’il possède actuellement environ 500 paires de baskets. Vers 2017, le PDG a déclaré qu’il était devenu « très agacé et frustré par ce qui se passait dans [the sneaker-buying] l’espace », soulignant « l’essor de la revente et de l’exploitation des consommateurs ». Avec SoleSavy, lui et Dusanj ont entrepris de résoudre ce problème.

« Les baskets étaient avant tout pour les gens, avant pour la culture », a déclaré le PDG. « Maintenant, la culture concerne la classe d’actifs, qui est la sneaker à revendre à profit, et elle est exploitée par des bots, et elle est amplifiée par la nature sans friction de l’achat et de la vente sur StockX et [other resale platforms], essentiellement.

« Leur ascension des entreprises à des valorisations de plusieurs milliards de dollars a maintenant coïncidé avec la détérioration du plaisir d’être une sneakerhead », a déclaré Pralica. « Maintenant, quand tu veux quelque chose, tu regardes et tu dis : ‘Eh bien, ça va me coûter 100 $ de plus que ce qu’il dit en réalité.' »

« Je ne saurais trop insister sur le fait qu’il est désespéré en ce moment d’être une sneakerhead sans nous », a déclaré Pralica. « Parce que si les choses se vendent en 45 secondes, vous avez besoin de chaque seconde que vous pouvez obtenir. »

CONNEXES: Faire sécurise un cycle de série F de 260 millions de dollars et revendique une valorisation de 7 milliards de dollars

« Nous avons 8 000 clients qui nous aiment vraiment et nous apprécient et qui constituent la base de l’entreprise, et il s’agit maintenant de construire le reste de l’entreprise pour eux », a déclaré Pralica.

La stratégie de SoleSavy comporte trois volets : une communauté en ligne, un contenu original et un marché peer-to-peer qu’il vise à lancer en octobre. Pralica a déclaré que ces piliers permettront à la startup de servir ses clients dans tous les aspects du parcours d’achat de baskets, de la réflexion sur les chaussures à la discussion et à leur achat.

Pralica a déclaré que SoleSavy ne prévoyait pas de mettre en œuvre des frais sur ce marché en dehors des frais de traitement des cartes de crédit. « J’essaie de créer un marché social », a déclaré Pralica. « Nous voulons juste être le vecteur d’une transaction fluide entre deux personnes passionnées par quelque chose, plutôt que de penser à comment en extraire plus d’argent ? »

Le PDG a déclaré que la startup envisage toujours la structure tarifaire de son modèle d’abonnement, car elle cherche à déterminer si les utilisateurs paieront des frais uniques pour accéder à la communauté, au contenu et au marché, à la communauté ou aux particuliers de SoleSavy.

CONNEXES: Dapper Labs lève 305 millions de dollars pour étendre le produit NBA Top Shot à d’autres sports

Pour SoleSavy, ses frais d’abonnement sont le principal moteur des revenus de l’entreprise. Le marketing d’affiliation comprend également une petite partie (environ 10 pour cent) des revenus. À l’avenir, SoleSavy prévoit de continuer à se concentrer sur la croissance de sa communauté d’utilisateurs par abonnement.

Pralica a déclaré que SoleSavy avait atteint 1 million de dollars de revenus récurrents annuels (ARR) avec une équipe de neuf personnes et avait déjà utilisé une partie de son capital de série A pour presque doubler la taille de son équipe, passant à 37. À la fin de l’année, le PDG s’attend à ce que l’entreprise s’étende à 50 employés.

SoleSavy rapporte avoir 33 000 USD de revenus mensuels récurrents (MRR) en mars dernier, 100 000 $ MRR en novembre et se situe actuellement à 250 000 $ MRR. Pralica a déclaré que son entreprise avait bénéficié du verrouillage de la pandémie, car les utilisateurs n’étaient pas en mesure d’acheter des produits en personne, ajoutant que sa croissance était également stimulée par la frustration croissante suscitée par les robots d’achat de baskets.

CONNEXES: Adeptmind lève 7,5 millions de dollars pour combler le fossé entre le commerce électronique et la vente au détail physique

SoleSavy attire certains de ses utilisateurs grâce à son contenu original, qui se présente sous la forme d’articles de fond écrits, de podcasts et bientôt de vidéos. La société vient d’embaucher Tony Mui, ancien producteur exécutif principal chez Complex Media en tant que directeur de la vidéo pour diriger ses efforts de contenu vidéo.

Pralica considère le contenu comme un moteur de revenus et d’acquisition de clients pour SoleSavy, ajoutant que bien que la startup ait également réalisé du contenu sponsorisé, elle a été «très stratégique» dans son approche, se concentrant principalement sur la production de contenu éditorial, d’actualités et d’opinion.

La startup vise à mettre en place ses trois piliers d’ici la fin de 2021 afin qu’elle puisse ensuite décider s’il faut doubler les baskets ou se développer dans d’autres secteurs verticaux dans l’espace des produits de consommation. SoleSavy s’est initialement concentré sur les fanatiques de baskets, mais prévoit de se diversifier à l’avenir pour servir les amateurs de baskets et les fans de baskets occasionnels grâce à des abonnements à plusieurs niveaux.

SoleSavy est actuellement disponible au Canada et aux États-Unis. La startup a l’intention de s’étendre à d’autres pays, dont Singapour et l’Australie. « Nous allons étendre [internationally] car, finalement, c’est… ‘tu es passionné par les baskets ? Ensuite, nous aurons une maison pour vous », a déclaré Pralica.

Image vedette de Justin Dusanj et Dejan Pralica, avec l’aimable autorisation de SoleSavy

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires