Qu’est-ce que c’est de travailler dans la recherche informatique haut de gamme


Le Dr Bruno Voisin et le Dr Orna Fennelly expliquent pourquoi ils ont choisi de travailler dans la recherche en calcul haute performance à l’ICHEC.

Alors que nous sommes nombreux à travailler avec des ordinateurs dans notre vie quotidienne, l’informatique haute performance porte cela à un tout autre niveau.

Nous avons parlé à deux personnes du Centre irlandais pour l’informatique haut de gamme (ICHEC), basé à NUI Galway, pour en savoir plus sur les carrières dans le domaine.

Cliquez ici pour découvrir les meilleurs employeurs de science-technologie qui embauchent actuellement.

Le Dr Bruno Voisin est le responsable de la science des données de l’ICHEC où il réalise des projets dans les domaines de la gestion des données, de l’analyse statistique, de l’apprentissage automatique et plus encore.

Le Dr Orna Fennelly est chercheuse en e-santé au centre, ce qui la voit contribuer au développement d’une infrastructure technique de validation de principe pour un accès sûr et sécurisé aux données de santé pour la recherche.

«  Travailler dans ce secteur est extrêmement gratifiant car vous pouvez relever les défis mondiaux et les problèmes de société  »
– ORNA FENNELLY

Quelles expériences vous ont amené à ce poste et à l’ICHEC? Avez-vous toujours voulu travailler dans ce domaine?

Voisin: J’ai étudié l’informatique à l’université et obtenu mon doctorat en 2002 dans un laboratoire d’astronomie, faisant de l’apprentissage automatique appliqué (alors appelé data mining) sur des données astronomiques. Cela m’a conduit à un post-doctorat à NUI Galway avec le Laboratoire d’Astrophysique Computationnelle.

Comme la récession a rendu difficile le financement de la recherche astronomique, j’ai postulé à l’ICHEC récemment fondée, qui recherchait des compétences en gestion et en analyse de données pour travailler avec les sciences humaines. J’ai donc passé quelques années à travailler sur les humanités numériques, élargissant mes horizons de types de données. Ensuite, l’essor spectaculaire des technologies d’IA (matériel et logiciel) a mis l’apprentissage automatique au premier plan du calcul haute performance et a réglé mon rôle.

Quand j’ai fait mon doctorat au départ, je voulais enseigner l’informatique et un cours de conférence semblait être le meilleur moyen d’y parvenir. Cependant, la recherche appliquée s’est développée sur moi dès mon doctorat avec les astronomes, et cela a continué à mesure que mes partenaires de projet se diversifiaient à l’ICHEC.

Le Dr Bruno Voisin de l'ICHEC présente la recherche à un public.

Dr Bruno Voisin. Image: ICHEC

Fennelly: Après avoir obtenu mon diplôme en physiothérapie puis un doctorat en recherche sur les services de santé, j’ai commencé un post-doctorat en travaillant sur un certain nombre de projets d’informatique de santé HSE. Ces expériences ont accru mon intérêt pour la manière dont de grandes quantités de données de santé collectées régulièrement peuvent être utilisées pour améliorer les soins de santé. Pouvoir partager mes connaissances et mon expertise du service de santé et des données de santé avec des informaticiens et des développeurs dans un environnement collaboratif a rendu ICHEC très attractif pour moi.

Lorsque j’ai obtenu mon diplôme en physiothérapie, je savais que je voulais travailler dans le domaine du développement et de l’amélioration des services de santé. Cependant, ce sont les progrès de la santé numérique et l’importance croissante des mégadonnées et de l’IA dans les soins de santé qui m’ont plus tard motivée à travailler dans ce domaine passionnant et en développement rapide.

Le Dr Orna Fennelly de l'ICHEC sourit devant la caméra devant une fenêtre bien éclairée.

Dr Orna Fennelly. Image: ICHEC

À votre avis, quelles sont les compétences les plus précieuses pour travailler dans l’informatique haut de gamme en ce moment? Et dans le futur?

Voisin: Je dirais que c’est la capacité d’apprendre. Toutes nos activités, qu’il s’agisse d’optimisation de code, de mise à l’échelle de code pour une exécution massivement parallèle ou de développement et de déploiement de modèles d’IA, reposent sur des technologies en évolution rapide. Nous devons régulièrement apprendre de nouvelles langues, des bibliothèques et comprendre des documents de recherche pour les nouvelles techniques que nous voulons appliquer à un projet.

Pour une réponse moins générique cependant, pour le calcul haute performance, je dirais que vous voulez une solide compréhension d’au moins l’un de nos principaux langages de programmation (C / C ++, Python, Fortran) ainsi que des bibliothèques de programmation parallèle courantes (MPI, OpenMP). D’autres compétences dépendraient de votre domaine d’intérêt spécifique et pourraient inclure la programmation CUDA ou les cadres d’IA (PyTorch, TensorFlow).

Fennelly: Outre les compétences techniques, je pense que la capacité de collaborer avec des personnes de différents secteurs et de comprendre leurs besoins est une compétence extrêmement précieuse pour une carrière dans un centre comme l’ICHEC qui fournit des services aux universités, au secteur public et au secteur privé.

Aujourd’hui et à l’avenir, le calcul haute performance devient de plus en plus important pour les secteurs qui, traditionnellement, ne nécessitaient pas ce niveau de puissance de calcul ou d’analyse de données haute performance. Il est très bénéfique d’avoir des personnes travaillant dans l’informatique haut de gamme capables de s’engager et de s’adapter aux besoins de différentes parties prenantes de divers secteurs.

Pourquoi avez-vous décidé d’appliquer vos compétences à la recherche dans le secteur public?

Voisin: Pour moi, c’était à l’origine une progression naturelle, passer du doctorat au début d’une carrière de chercheur, à me retrouver dans un rôle de recherche appliquée à l’ICHEC. D’ici là, j’avais trouvé que c’était mon terrain d’entente idéal; J’arrive à appliquer mes compétences à de vrais problèmes, mais sans le contexte plus étroit et à long terme d’une entreprise spécifique. Cela signifie travailler avec des groupes de recherche irlandais, des consortiums de recherche européens, des organismes du secteur public, des start-ups, des multinationales. C’est enrichissant d’un point de vue personnel, et peu d’emplois dans l’industrie me fourniraient un champ aussi large.

De plus, dans le cadre de sa mission de secteur public, l’ICHEC me donne l’opportunité d’enseigner. Il s’agit autant de conférences formelles destinées aux étudiants que de sessions de formation dans le secteur public ou de cours dans le secteur privé. Je parviens non seulement à appliquer mes connaissances dans les technologies de calcul haute performance, mais aussi à les transférer aux personnes et aux entreprises qui peuvent les utiliser.

Fennelly: Pour moi, travailler dans une organisation publique signifie que les projets dans lesquels je suis impliqué sont dans l’intérêt public et incluent la lutte contre les grands défis sociétaux, le soutien de la recherche à impact, l’accélération du développement économique et l’avancement des compétences numériques.

Je trouve que travailler dans un métier où je suis passionné par les extrants est extrêmement motivant. J’aime aussi l’autonomie, la variété et la flexibilité que cela m’apporte. J’ai l’opportunité de continuer à développer ma carrière de chercheur avec des publications, des comités et des formations à NUI Galway, tout en travaillant également avec l’industrie privée et en construisant un réseau dans ce domaine.

Une carrière dans la recherche en informatique haute performance est-elle enrichissante?

Voisin: J’apprécie l’ampleur des projets sur lesquels je travaille. Nous avons une grande variété de partenaires avec des besoins différents et à mesure que la technologie évolue, nos projets évoluent également. Il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre, quelque chose de nouveau à expérimenter, et nous arrivons à le faire sur du matériel informatique qui est généralement hors de portée de la plupart des utilisateurs.

Mais plus que cela, mon principal plaisir est la nature appliquée de notre travail. Parce que nous sommes un service, nous sommes approchés par un large éventail de partenaires qui ont tous des besoins spécifiques. Et cela m’amène à appliquer la science qui m’a fasciné en premier lieu.

Au cours de mes études, j’ai adoré les concepts derrière l’apprentissage automatique et l’exploration de données, mais je n’ai jamais été satisfait des jeux de données de jouets que j’ai pu utiliser. J’imagine que j’aimais plus utiliser la technologie que l’inventer. Dans le secteur de l’informatique haute performance maintenant, je peux utiliser toutes ces technologies d’IA pour résoudre de vrais problèmes, et j’ai accès à une large gamme de matériel haut de gamme.

Fennelly: Travailler dans ce secteur est extrêmement gratifiant car vous pouvez relever les défis mondiaux et les problèmes de société. J’aime vraiment travailler sur des projets variés et différents où vous pouvez voir l’impact réel de la recherche ou de l’infrastructure ou du produit en cours de développement. C’est aussi très passionnant de travailler à la pointe des progrès technologiques et informatiques.

Recommanderiez-vous une carrière dans ce domaine de recherche à d’autres?

Voisin: Oui, pour les personnes qui souhaitent travailler avec du matériel haut de gamme et qui souhaitent suivre les développements technologiques. Cela peut être à la fois un choix de carrière (comme dans mon cas) ou un tremplin dans l’industrie. Nos projets de recherche appliquée se sont révélés une formidable source d’expérience pour le personnel junior qui a par la suite décidé de passer au secteur privé après avoir développé ses compétences de haute performance sur des données réelles.

Fennelly: D’après mon expérience, de nombreux nouveaux diplômés ou post-doctorants ne savent pas s’ils aimeraient travailler dans la recherche ou s’installer dans le secteur privé. Je recommanderais l’ICHEC à toute personne occupant ce poste car il offre une excellente opportunité de constituer votre portefeuille de recherche et de vous tenir au courant des progrès technologiques.

Je conseillerais à toute personne intéressée de travailler dans ce domaine de contacter tout employé de l’ICHEC (via LinkedIn ou Twitter). Tout le monde à l’ICHEC est très accessible et heureux de vous aider. La plupart des personnes travaillant à l’ICHEC ont également des antécédents très différents, il n’y a donc pas de point d’entrée unique.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires