Ouzbékistan publie un décret énonçant un cadre réglementaire complet sur les crypto-monnaies.

Le gouvernement de l’Ouzbékistan a élargi sa réglementation sur la cryptographie par le biais d’un décret signé par le président Shavkat Mirziyoyev. Le document fournit des définitions de termes tels que les actifs cryptographiques, les échanges et l’exploitation minière, et identifie les principaux régulateurs du secteur.

Ouzbékistan réglemente l’industrie des crypto-monnaies.

La création d’une agence supervisant le secteur

Le nouveau décret, publié le 27 avril, ordonne la réorganisation d’une grande agence présidentielle appelée Administration du programme national (NAPM). Les autorités encourageaient auparavant le commerce de crypto-monnaie en Ouzbékistan, proposant d’autoriser les résidents à effectuer tous les types de transactions de crypto-monnaie en 2021.

Selon le décret, la NAPM sera réorganisée en une nouvelle entité appelée National Perspective Project Agency (NAPP), responsable d’un large éventail de projets liés à la réglementation de la cryptographie, avec pour mission d’adopter un régime spécial pour réglementer la cryptographie en Ouzbékistan.

L’agence doit développer et adopter une politique nationale unifiée de crypto-monnaie, ainsi que fournir des protections aux investisseurs et prendre des mesures pour lutter contre les activités illicites telles que le financement du terrorisme. NAPP lancera et promouvra également des projets qui appliquent la blockchain et d’autres technologies émergentes dans l’administration publique et d’autres domaines socio-économiques.

A lire aussi : La SEC élargit sa division d’enquêtes cryptographiques pour renforcer la protection des investisseurs.

L’établissement d’une licence minage et la frappe des crypto-monnaies

Seules les entreprises enregistrées peuvent exploiter des crypto-monnaies en Ouzbékistan. Pendant les périodes de pointe de consommation d’électricité, les exploitations minières paieront des factures d’électricité plus élevées. L’exploitation minière non autorisée sera interdite. L’interdiction s’applique également à la frappe de ce que le décret appelle des « crypto-monnaies anonymes » et à toute transaction avec celles-ci.

Cependant, l’Ouzbékistan n’autorisera toujours pas l’utilisation ou l’acceptation de crypto-monnaies comme paiement de biens et de services dans le pays. Du bon côté, cependant, les transactions liées à la crypto-monnaie des particuliers et des entreprises ne seront pas taxées, selon le dossier daté du 27 avril 2022.

Les participants au nouveau cadre réglementaire que NAPP établira pour piloter des projets de cryptographie bénéficieront également d’allégements fiscaux. Les entités participant au test seront également exemptées d’autres obligations envers le budget de l’État, y compris les frais payés par les douanes au-delà des droits sur le matériel et les logiciels importés.

Bonus : Une commissaire européen a appelé les régulateurs mondiaux à établir une réglementation cryptographique uniforme.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires

Iran cbdc

L’Iran a lancé un projet pilote pour sa CBDC.

La Banque centrale d’Iran a commencé à piloter l’utilisation de son CBDC « crypto rial », cette semaine, selon une annonce de la Chambre de commerce iranienne. Par ailleurs, la décision de