OneEleven demande aux entreprises en démarrage de payer un loyer réduit, puis se rétracte, invoquant un « malentendu ».

0
112


OneEleven startups sont sous le choc d’un avis qui leur a été envoyé aujourd’hui demandant le paiement du loyer dont on leur avait dit qu’il serait réduit.

Plusieurs startups membres de OneEleven ont confirmé auprès de BetaKit qu’elles avaient reçu un avis par e-mail de Paul Manning, récemment nommé directeur de la restructuration de l’accélérateur technologique de Toronto après sa fermeture soudaine en avril.

L’avis se lit comme suit :

    « Je note que l’article 9.2 de l’accord d’adhésion que vous avez signé… exige une notification de résiliation par écrit à OneEleven, ainsi que le paiement de toutes les sommes dues conformément aux termes de l’accord jusqu’à la date de résiliation.

    « Bien que le paiement des cotisations pour avril et mai ait été différé, il s’agit toujours de montants dus conformément aux termes de la convention d’adhésion qui doivent être remis dans leur intégralité avant la résiliation. Veuillez me faire savoir les dispositions que vous prendrez pour payer ces frais ».

Cette déclaration semble être en contradiction directe avec les informations précédemment communiquées par OneEleven. BetaKit a obtenu un courriel daté du 23 mars de l’ancien directeur exécutif de OneEleven, Siri Agrell, intitulé « réduction de loyer ». Dans ce courriel, Agrell déclare directement

    « Je vous écris pour vous informer que nous ne vous facturerons pas le loyer d’avril ou de mai [emphasis hers, ed.].

    « J’espère que cet abattement vous aidera à faire face aux prochains mois et à éviter les licenciements autant que possible. Je sais que c’est une période difficile, et j’apprécie votre patience et votre collaboration alors que nous traversons cette période ensemble ».

Les déclarations d’Agrell reflètent celles faites dans l’avis public de fermeture de OneEleven du 22 avril, qui a été signé par le directeur exécutif et président du conseil d’administration de OneEleven, Dean Hopkins.

« Nous avons immédiatement accordé deux mois de réduction de loyer à nos membres pour les mois d’avril et mai, leur assurant ainsi une certaine marge de manœuvre pour accéder aux nouveaux programmes de soutien du gouvernement et évaluer leurs propres stratégies sans licenciements majeurs », peut-on lire dans l’annonce.

LIEN RELATIF : Le conseil d’administration a communiqué la décision de fermeture au directeur exécutif de OneEleven

Il est à noter que BetaKit a seulement confirmé que les startups qui ont pris la décision de quitter l’espace OneEleven ont reçu l’avis concernant le loyer d’avril et mai. Dans le cadre de l’avis de fermeture initial publié sur le site web de OneEleven, les sociétés membres ont la possibilité de rester dans l’espace après le 31 mai, en vertu de nouveaux accords contractuels avec Oxford Properties, qui est propriétaire de l’espace.

La disparité entre les startups existantes et celles qui restent a créé des tensions au sein de la communauté des membres de OneEleven, selon les interlocuteurs de BetaKit.

« Donc, si vous annulez, vous recevez un e-mail de Paul de OneEleven disant que vous devez de l’argent pour avril et mai », a déclaré BetaKit, le PDG d’une startup de OneEleven, sous réserve d’anonymat. « Si vous n’annulez pas, vous recevez un gentil email d’Oxford disant qu’ils vont honorer l’engagement de Siri. »

Un porte-parole d’Oxford a confirmé avec BetaKit qu’Oxford « ne percevra pas de loyer auprès des membres pour les mois d’avril et mai ».

La tension a été favorisée par l’incohérence de la communication du propriétaire de OneEleven, Oxford. Dans un courriel aux startups de OneEleven daté du 1er mai, obtenu par BetaKit, Oxford a noté que « les portes du 325 Front Street West resteront ouvertes et Oxford honorera le report du loyer de mai que OneEleven a offert pour aider à gérer ces temps difficiles ».

Kevin Hardy, vice-président et directeur du bureau de Toronto à Oxford, a été cité dans le courriel. Lors d’une conversation de suivi avec au moins une startup, Hardy a cependant noté qu' »il n’y aura pas de loyer pour le mois de mai comme cela vous a été précédemment accordé par OneEleven ».

Le manque de clarté sur les conditions pour les startups qui espèrent continuer leur séjour dans l’espace OneEleven est un autre facteur de confusion. Le courriel d’Oxford du 1er mai note que « la durée de [OneEleven member startups’] les conditions de location resteront inchangées, et nous n’avons pas l’intention de vous demander de prolonger ces conditions ».

Toutefois, la lettre ne confirme pas que les conditions de location elles-mêmes resteront inchangées. En outre, Oxford a demandé que chaque start-up s’efforce de trouver « une solution sur mesure pour répondre [their] Certains craignent d’être contraints de négocier de nouveaux accords, inégaux par rapport à ceux des grandes start-ups membres de l’UE.

Lorsqu’on lui a demandé son avis, un porte-parole d’Oxford a déclaré à BetaKit que le courriel du 1er mai mentionnant le report et non l’abattement était un « malentendu ». Le porte-parole a confirmé à BetaKit qu’Oxford « ne percevra pas de loyer auprès des membres pour les mois d’avril et mai ».

Le porte-parole a également indiqué que OneEleven (qui collecte directement le loyer des membres) enverra une déclaration similaire aux startups demain matin. Plusieurs startups membres avec lesquelles BetaKit s’est entretenu ont annulé leurs débits préautorisés avec OneEleven au cas où.

Au moment de la publication, Manning n’avait pas répondu aux demandes de commentaires ou de précisions.



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here