Musk tente de minimiser les allégations d’espionnage de Tesla en Chine


Des responsables chinois seraient préoccupés par le fait que la technologie des voitures de Tesla pourrait être utilisée pour l’espionnage avec des données envoyées aux États-Unis.

Elon Musk a eu un week-end chargé à assurer l’avenir de Tesla en Chine en niant publiquement les allégations selon lesquelles ses voitures pourraient être utilisées pour l’espionnage.

Vendredi, le Wall Street Journal a rapporté que le gouvernement chinois restreignait l’utilisation des véhicules Tesla par le personnel militaire et certaines entreprises publiques.

Selon le rapport, les responsables chinois craignent que la multitude de technologies dans une voiture Tesla puisse être utilisée pour espionner et collecter des données.

Ils pensent que les caméras sur les voitures pourraient collecter des images de l’emplacement des voitures et de qui les utilise et siphonner des informations à partir de téléphones portables synchronisés avec les véhicules – toutes ces informations étant transférées aux États-Unis.

Cela marque le prochain chapitre du tiff technologique entre les États-Unis et la Chine. Les différends concernant Huawei et TikTok avec des allégations d’espionnage ont été au centre du différend, surtout depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump. Dans le cas de Tesla, les accusations sont portées contre les États-Unis.

La situation est également apparue quelques jours après un sommet tendu en Alaska entre des responsables américains et chinois qui n’ont guère contribué à améliorer les relations entre les deux parties. Au cours des pourparlers, la Chine a accusé les États-Unis d’inciter à des attaques d’autres pays contre la Chine, tandis que les États-Unis ont accusé Pékin de «grandir».

C’est dans ce contexte samedi que Musk a nié les allégations portées contre Tesla alors qu’il s’exprimait lors d’un événement virtuel organisé par le Conseil d’État chinois.

«Il y a une très forte incitation pour nous à être très confidentiels avec toute information», a-t-il déclaré. «Si Tesla utilisait des voitures pour espionner en Chine ou ailleurs, nous serions fermés.»

Soutenir Silicon Republic

Musk a continué en faisant référence au craché américano-chinois au sujet de TikTok, qu’il a ridiculisé comme inutile.

«Les États-Unis voulaient fermer TikTok. Heureusement, cela ne s’est pas produit », a-t-il déclaré. «De nombreuses personnes étaient préoccupées par TikTok. Mais je pense que ce genre de préoccupation n’est pas nécessaire et nous devons en tirer des leçons. »

Marché chinois

La Chine est un marché de plus en plus vital pour Tesla où elle a construit une grande usine à Shanghai. Elle fabrique plus de 5 000 de ses modèles 3 par semaine dans l’usine et a commencé à y fabriquer ses modèles Y en décembre. Tesla a vendu plus de 147 000 voitures en Chine l’année dernière, représentant 30% des ventes totales.

L’investissement important en Chine avait initialement attiré Tesla auprès des décideurs de Pékin, dans un marché notoirement difficile pour une entreprise occidentale de s’implanter largement.

Tout contrôle de sécurité de la part du gouvernement pourrait entraver les gains de l’entreprise dans le pays et freiner l’expansion si elle se retrouvait prise dans le tit-for-tat entre les États-Unis et la Chine. Le stock de Tesla a connu une baisse une fois les rapports publiés, mais s’est depuis rétabli.

Les commentaires de Musk samedi ont été une réponse rapide pour minimiser les tensions auxquelles Tesla pourrait être confronté. Il est également révélateur que Musk a suivi avec brio les allégations lors d’un événement organisé par le gouvernement chinois plutôt que de lancer un tweet épicé, comme à son habitude.

Les ambitions chinoises de Tesla doivent également faire face à l’intensification de la concurrence de ses rivaux nationaux. Geely, la multinationale chinoise propriétaire de Volvo, déploie de plus en plus de modèles de véhicules électriques.

Nio, un autre concurrent, a connu une hausse du cours de son action au cours du week-end tandis que Tesla a enduré sa baisse.

Les tensions américano-chinoises ne montrent aucun signe immédiat de tempérament sous l’administration Biden, mais la semaine dernière, un juge américain s’est prononcé contre le ministère de la Défense dans sa tentative de mettre sur liste noire le fabricant chinois de smartphones Xiaomi.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Liquid Friday acquiert Stride

Vendredi liquide, un fournisseur de services d’assistance sous contrat et parapluie basé à Portsmouth, au Royaume-Uni, a acquis la plate-forme d’emploi Stride (anciennement JobLab). Le