Morneau fournit plus de détails sur la subvention salariale de 75 % accordée par le gouvernement aux entreprises canadiennes

0
68


La baisse de 30 % des revenus nécessaires pour que les entreprises puissent bénéficier de la subvention salariale de 75 % du gouvernement fédéral sera déterminée par les revenus de l’entreprise pour le même mois de l’année dernière.

« Cette clause pourrait être un tueur pour l’écosystème technologique. »

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a annoncé mercredi après-midi de plus amples détails sur le programme de subvention, en précisant que les entreprises devront faire une nouvelle demande de subvention chaque mois et que le critère d’éligibilité de 30 % sera déterminé en fonction des recettes du mois correspondant d’une année sur l’autre à partir de 2019.

La subvention salariale de 75 % sera disponible pour les entreprises canadiennes qui ont connu une baisse de 30 % de leurs revenus en raison de COVID-19. La baisse de revenus sera évaluée sur la base des revenus bruts et les employeurs devront attester qu’ils font « tout ce qu’ils peuvent » pour payer les 25 % restants des salaires des employés.

« Cette clause pourrait être un tueur pour l’écosystème technologique », a déclaré Matt Roberts, partenaire de ScaleUp Ventures, en présentant la comparaison des revenus d’une année sur l’autre. Les entreprises en phase de démarrage qui n’étaient pas en activité l’année précédente ou qui ne tiraient pas de revenus au cours du mois correspondant en 2019 ne pourraient pas bénéficier de la subvention salariale de 75 % sur la base des critères actuels.

Lorsqu’on lui a demandé comment les démarrages avant ou à faible revenu pourraient être effectués, M. Morneau a déclaré que le gouvernement est encore en train de mettre au point les détails, suggérant que les revenus pourraient potentiellement être comparés au mois précédant directement, par exemple, les revenus de février 2020 par rapport à ceux de mars 2020. Il a souligné qu’en cette période de crise mondiale sans précédent, le gouvernement doit élaborer des programmes qui prendraient normalement des années, en une semaine. Il s’est dit ouvert à la mise en œuvre de nouvelles mesures et a indiqué que des annonces pourraient être faites à l’avenir pour soutenir les entreprises en démarrage.

La subvention de 75 % ne remplace pas la subvention salariale de 10 % qui a été introduite il y a quelques semaines. Les petites entreprises qui craignent de ne pas remplir les critères des 75 % peuvent toujours demander la subvention de 10 %. Cette subvention s’adresse spécifiquement aux petites entreprises et aux organisations caritatives à but non lucratif et ne s’accompagne pas d’une diminution des critères de revenus. Les petites entreprises canadiennes qui n’ont pas connu de baisse directe de leurs revenus en raison de COVID-19, ou qui ne peuvent pas prouver que les critères de baisse de 30 % pour la subvention de 75 % sont respectés, peuvent toujours prétendre à la subvention de 10 %. Selon les directives du ministère des finances, les entreprises éligibles pourront utiliser les deux subventions en même temps, mais si une entreprise perçoit les 10 % du programme, cela aura une incidence sur le montant qu’elle pourra recevoir par le biais de l’autre programme.

Lors d’un entretien téléphonique cet après-midi avec le Conseil des innovateurs canadiens (CCI), le ministre de l’Industrie Navdeep Bains a déclaré que la nouvelle subvention salariale remplaçait la subvention de 10 %. Ceci malgré le fait que les hauts fonctionnaires des finances ont donné des détails sur la façon dont les programmes sont mis en place et que les petites entreprises sont toujours éligibles à la subvention initiale. BetaKit a pris contact avec le bureau de Bains pour obtenir des éclaircissements. L’équipe de communication de Bains a depuis précisé que les deux programmes sont disponibles.

Les Bains reconnaissent également dans l’appel que les startups pré-revenus ne peuvent pas bénéficier de la subvention de 75 % basée sur les critères de revenus. Elles ne s’inscrivent pas dans ce modèle de revenus, a-t-il dit.

M. Bains a fait écho à la déclaration du ministre Morneau sur la façon dont le gouvernement fédéral est forcé de mettre en œuvre des programmes dans une semaine plutôt que dans des mois ou des années. Il a déclaré que le gouvernement fait de son mieux pour voir ce qui peut être fait pour soutenir les startups, notant que les détails des nouvelles mesures potentielles sont encore en cours d’élaboration.

Détails sur la subvention de 75 pour cent

Les demandes pour le programme de subvention de 75 % devraient bientôt être ouvertes et seront disponibles sur le site web de l’Agence du revenu du Canada. M. Morneau a déclaré aujourd’hui qu’il s’attend à ce que les fonds soient disponibles pour les entreprises dans environ six semaines. Les capitaux seront envoyés aux entreprises par l’intermédiaire de l’ARC par dépôt direct. M. Morneau encourage les entreprises à s’inscrire au système de dépôt direct, notant qu’actuellement, seulement 50 pour cent des entreprises canadiennes le font. Le ministre des finances a également indiqué que le programme devrait coûter 71 milliards de dollars.

Les entreprises qui reçoivent un financement pour la recherche scientifique et le développement expérimental (RS&DE) peuvent toujours bénéficier de la subvention.

Le Premier ministre Justin Trudeau a souligné mercredi que des sanctions « sévères et sévères » seront mises en place pour les entreprises qui tenteront de tirer profit du programme.

La subvention sera disponible pendant trois mois et sera rétroactive jusqu’au 15 mars. Le gouvernement fédéral n’a pas fait de commentaires sur la manière dont le programme pourrait être prolongé si les mesures d’auto-isolement se poursuivent au-delà de la période de trois mois.

Le programme s’applique à toutes les entreprises canadiennes, grandes et petites, ainsi qu’aux organismes sans but lucratif et aux organisations caritatives. Il n’y a aucune restriction quant au nombre d’employés. La subvention salariale de 75 % sera disponible sur la première tranche de 58 700 dollars du salaire d’un employé, ce qui signifie que le gouvernement pourrait fournir jusqu’à 874 dollars par semaine aux Canadiens.

Outre le critère de baisse de revenus de 30 % d’une année sur l’autre, les entreprises financées par des fonds publics ne sont pas éligibles au programme. Lors de l’appel de la CCI, M. Bains a précisé que les entreprises qui reçoivent un financement pour la recherche scientifique et le développement expérimental (RS&DE) peuvent toujours bénéficier de la subvention. Il a également précisé que la subvention salariale s’applique à tous les employés inscrits sur les listes de paie des entreprises éligibles, ce qui inclut ceux qui sont en congé de maternité par exemple.

Le ministre de l’industrie a également clarifié la déclaration antérieure de M. Trudeau sur les entreprises qui paient les 25 % de salaires restants, en notant qu’il n’est pas obligatoire pour les entreprises de le faire, mais plutôt fortement encouragé. Le gouvernement comprend que les grandes entreprises seront probablement en mesure de compléter les 25 %, alors que les petites entreprises ne le feront pas, a-t-il déclaré.

Rappeler le Parlement

Vendredi dernier, M. Trudeau a annoncé une subvention salariale de 75 % pour les employés, en plus de la subvention salariale de 10 % déjà approuvée pour les petites entreprises, qui a été adoptée par le Parlement la semaine dernière dans le cadre du plan d’aide d’urgence de 82 milliards de dollars. Depuis que le Parlement a été rappelé et a adopté le paquet de soutien, de nouvelles annonces, y compris la subvention salariale de 75 %, ont porté le paquet du gouvernement fédéral à 107 milliards de dollars.

La décision d’offrir une subvention salariale plus importante a été prise à l’instigation d’un certain nombre d’organisations et d’entreprises et est maintenant plus conforme aux mesures prises dans des pays comme le Royaume-Uni et le Danemark.

Les députés conservateurs, dont Pierre Poilievre, qui représente la circonscription de Carleton, ont réclamé la nouvelle mesure, arguant de la nécessité de rappeler le Parlement pour qu’il les approuve.

Morneau et la ministre de la Petite entreprise Mary Ng devaient fournir plus de détails sur la subvention salariale de 75 % mardi, mais ils ont dû faire face à des retards, la Presse canadienne ayant rapporté que le gouvernement était encore en train de peaufiner les détails du programme et d’essayer de déterminer s’il était nécessaire de rappeler le Parlement pour qu’il autorise la nouvelle subvention salariale.

Dans son briefing quotidien de mercredi, Trudeau a appelé les autres partis, demandant de ramener le Parlement une fois de plus afin d’approuver le programme de subventions salariales. « Cela doit être un effort d’équipe au Canada », a déclaré M. Trudeau, en faisant remarquer que les mesures actuelles de COVID-19 représentent maintenant le plus grand programme de soutien économique de l’histoire du Canada.

Des questions subsistent

Si beaucoup se sont félicités de l’augmentation des subventions salariales, des questions demeurent. En parlant avec BetaKit, les PDG de startups canadiennes qui ont déjà dû prendre des décisions de licenciement ont exprimé le besoin de plus de détails avant de prendre toute décision de réembauche, beaucoup se demandant comment la baisse de revenus de 30 % serait calculée.

Les mesures gouvernementales, y compris les subventions et les prêts du gouvernement, ont été critiquées comme étant insuffisantes pour soutenir les start-ups, qui sont souvent plus axées sur la croissance que sur la rentabilité. Beaucoup se sont demandé si les start-ups pouvaient bénéficier de la subvention de 75 %.

Un éminent investisseur en capital-risque ayant une connaissance directe de la réponse du gouvernement a déclaré à BetaKit que les startups qui n’ont actuellement pas de revenus « manquent l’objectif ». Le CR a souligné que le programme est conçu pour aider les entreprises canadiennes qui ont vu leurs résultats financiers affectés par COVID-19 et pour éviter à ces entreprises de faire faillite.

RELATIVES : L’ACCV demande au gouvernement d’étendre les programmes de la BDC et de prendre des mesures supplémentaires pour soutenir les jeunes entreprises canadiennes

M. Morneau a souligné un point similaire mercredi, en notant que le gouvernement essaie spécifiquement de protéger les personnes qui travaillent pour des entreprises qui ont connu une baisse importante de leurs revenus. « Nous essayons de nous assurer qu’à chaque étape, nous pouvons soutenir les Canadiens et les entreprises canadiennes de manière appropriée », a-t-il déclaré.

Notant que la baisse de 30 % des revenus est juste, le CR a ajouté que le programme ne devrait pas être utilisé pour soutenir des entreprises dont la viabilité n’a pas déjà été prouvée. Ils ont plutôt demandé à la communauté du capital-risque d’intervenir et de soutenir de telles start-ups.

Cela fait écho à un appel similaire de la CVCA, qui a rédigé une lettre ouverte au ministre Ng la semaine dernière, demandant à la BDC d’augmenter les liquidités des investisseurs. La CVCA a demandé à la BDC de fournir des prêts de contrepartie sous forme de billets convertibles, sur une base de un pour un avec les partenaires généraux (GP). Selon un rapport de The Logic, la BDC envisage une mesure similaire, et plus de détails sur le programme sont attendus dans les prochains jours.

Développer…

Source de l’image Le Canadian Club de Toronto via Flickr



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here