Malgré la pandémie, l’investissement canadien en CR est resté élevé en 2020


Le Canada a connu son deuxième plus haut niveau d’investissement en capital de risque (CR) l’an dernier, selon le plus récent rapport de l’Association canadienne du capital-risque et du capital-investissement (CVCA).

Le rapport sur le marché du capital de risque, publié aujourd’hui, a révélé que le Canada a enregistré un investissement total de 4,4 milliards de dollars canadiens dans le cadre de 509 transactions en 2020. En termes de dollars de capital-risque investis, 2020 a dépassé la moyenne quinquennale précédente de 3,8 milliards de dollars. Cependant, ce total a été réparti sur un plus petit nombre de transactions.

« [It was] surprenant de savoir où et comment je me sentais au deuxième trimestre, mais pas étonnant que vous preniez une pause et que vous regardiez en arrière. »

Malgré les premiers signes d’une diminution du flux de transactions en raison du COVID-19, 2020 a été la deuxième année la plus élevée jamais enregistrée, après 2019, en termes de dollars de capital-risque investis dans les entreprises canadiennes. En 2019, que la CVCA considère comme «une année aberrante marquée par des méga-phoques», le Canada a enregistré 6,2 milliards de dollars d’investissements en capital de risque dans 560 transactions, selon les dernières données.

Le deuxième trimestre a été le plus actif de 2020, les dernières données faisant état d’un investissement total en capital de risque de 1,69 milliard de dollars sur 139 transactions. Ce total a été suivi d’une baisse du montant total des investissements en CR au T3 et T4, mais une baisse moins notable des transactions conclues, les troisième et quatrième trimestres de 2020 ayant enregistré respectivement 117 et 126 transactions.

Kim Furlong, PDG de CVCA, a qualifié les résultats de 2020 de remarquables et surprenants. « [It was] C’est surprenant de savoir où et comment je me sentais au deuxième trimestre, mais pas étonnant que vous preniez une pause et que vous vous souveniez des entreprises qui ont vraiment bien réussi pendant la pandémie », a-t-elle déclaré à BetaKit, notant que les chiffres d’investissement reflètent les entreprises qui ont été en mesure de fournir les services numériques à une époque où la transformation numérique a été la clé du succès.

Notamment, les entreprises des technologies de l’information et des communications (TIC) ont reçu plus de la moitié du montant total du capital de risque levé l’an dernier (2,4 milliards de dollars). Bien que ce nombre soit en baisse par rapport au sommet de 4 milliards de dollars en 2019, il représentait toujours le plus grand montant investi par secteur. Le deuxième secteur en importance était celui des sciences de la vie, qui a rapporté 1,1 milliard de dollars en 2020.

Les données annuelles de la CVCA pour 2020 ont souligné la tendance continue au cours de la dernière année à une augmentation des investissements à un stade ultérieur. Les investissements tardifs ont représenté le plus d’investissements en CR en 2020, tandis que 2019 a été motivé par des investissements dans des entreprises en démarrage.

Certaines des plus grandes transactions de capital-risque de l’année dernière comprenaient la série B de 144 millions de dollars d’Abcellera, la levée de fonds de 114 millions de dollars de Wealthsimple, la ronde de 120 millions de dollars de Miovision et la série C d’ApplyBoard, qui a rapporté 170 millions de dollars. La liste des 10 meilleures augmentations a été complétée par Top Hat et Symend, qui ont tous deux obtenu des investissements importants en 2020.

Au milieu de l’incertitude du COVID-19, l’année dernière, de nombreuses entreprises de CR au Canada ont doublé leur portefeuille existant. Gardant cette tendance à l’esprit, Furlong a noté un nombre croissant d’entreprises lorgnant des fonds en phase de croissance. Malgré l’augmentation des investissements à un stade ultérieur, les investissements en actions de croissance ont en fait diminué à la suite des méga-transactions de 2019, tandis que les investissements d’amorçage sont restés stables d’une année à l’autre.

CONNEXES: Inovia Capital lève 450 millions de dollars Growth Fund II pour trouver un autre Lightspeed

Les investissements en phase d’amorçage ont enregistré la taille moyenne la plus élevée jamais enregistrée, soit 2 millions de dollars, soit une augmentation de 41% par rapport à 2019. Furlong a souligné l’augmentation de la taille moyenne des transactions comme un signe positif. Dans le même temps, les placements des séries A et B ont chuté de 33% par rapport à 2019. «Le niveau de 2020 tombant sous les niveaux de 2017, cela signifie une baisse potentielle des évaluations des séries A et B au Canada», indique le rapport.

«Nous sommes toujours un système en pleine croissance, je ne pense pas que nous soyons de loin un système mature», a déclaré Furlong. «Il y a de grands signes… [but] nous avons encore beaucoup de travail à faire. »

«En ce qui concerne la scène», dit-elle. «Nous ne pouvons pas le dire assez, [investors] ne peut pas seulement financer le stade avancé et la croissance et non alimenter [their] pipeline et assurez-vous que la première étape reçoit suffisamment d’argent. »

Furlong a également plaidé pour que le gouvernement du Canada crée des flux supplémentaires et continue d’investir dans son programme de l’Initiative de catalyseur du capital de risque (VCCI). Notant qu’une grande partie du capital actuel fourni aux entreprises soutenues par VCCI a été déployée ou engagée, le PDG de la CVCA a souligné la nécessité pour le gouvernement de continuer à offrir de tels programmes afin que l’écosystème canadien atteigne un niveau de maturité.

«La santé à long terme de l’écosystème d’innovation canadien, y compris les investissements en capital de risque, est essentielle alors que nous continuons à gérer les impacts de la pandémie du COVID-19», a déclaré Furlong.

Deux points de données intéressants de 2020 étaient le nombre et le type de sorties soutenues par le VC. Alors que les 38 sorties qui ont eu lieu en 2020 sont légèrement en dessous de la moyenne quinquennale de 40, l’année dernière a vu le plus grand nombre d’offres publiques initiales (IPO).

Parmi les principales sorties financées par le capital de risque l’an dernier, trois sur sept concernaient les marchés publics. CVCA a constaté que l’année dernière avait vu quatre introductions en bourse soutenues par le capital de risque, qui ont généré un total de 9,2 milliards de dollars, le montant le plus élevé jamais enregistré. La plus importante introduction en bourse de 2020 a été la société de biotechnologie de Vancouver Abcellera, qui a levé 555,5 millions de dollars et a également été la plus grande sortie canadienne soutenue par le capital de risque à ce jour.

En outre, le rapport a révélé que le marché de sortie a enregistré la valeur la plus élevée des introductions en bourse soutenues par le capital-investissement (PE), quatre levant un total de 13,9 milliards de dollars. Nuvei, notamment, est devenue publique en 2020, devenant ainsi la plus grande introduction en bourse technologique de l’histoire du Canada.

Au cours des derniers mois, les startups technologiques canadiennes ont manifesté un intérêt croissant pour les marchés publics. Selon CVCA, l’élan des sorties soutenues par le capital de risque est en bonne voie par rapport aux années précédentes. Cette tendance semble s’être poursuivie en 2021, car Vendasta, Payfare, Dialogue, Mednow et KITS Eyecare sont tous soit rendus publics, soit déposés pour une liste publique ces derniers mois.

CONNEXES: Une enquête d’OMERS révèle que le flux de transactions a augmenté ou s’est maintenu pendant le COVID-19 pour la plupart des VC canadiens

Par ville, Toronto est restée le site d’activité de CR le plus populaire en 2020 avec 1,2 milliard de dollars en 164 transactions. Viennent ensuite Montréal (856 millions de dollars), Vancouver (767 millions de dollars) et Calgary (353 millions de dollars).

Pour ce qui est des investisseurs les plus actifs, le fonds gouvernemental BDC Capital a ouvert la voie avec 910 millions de dollars investis l’an dernier. Cela a été suivi par la société privée Inovia Capital, qui a investi 704 millions de dollars. Cependant, BDC Capital a réparti ses investissements sur 111 tours, alors qu’Inovia n’en a investi que dans 18. Inovia a récemment lancé son deuxième fonds de croissance de 450 millions de dollars et a doublé ses investissements de portefeuille comme Symend et Snapcommerce.

CVCA a également publié aujourd’hui son rapport sur le marché du PE, qui a révélé que 2020 avait le troisième niveau d’investissement annuel en PE le plus bas jamais enregistré, derrière la moyenne quinquennale précédente de 33%. L’année 2020 a vu 14 milliards de dollars d’investissements totaux en PE dans 634 transactions, cinq transactions du premier trimestre représentant la moitié de tous les dollars en PE investis au Canada l’année dernière.

Bien que Mme Furlong ait qualifié la baisse de décevante, elle a noté qu’en excluant le rachat de 5 milliards de dollars d’EP de WestJet Airlines en 2019, les chiffres sont plus cohérents d’une année à l’autre.

Dans le même temps, le nombre de contrats de dette PE a atteint des «niveaux records», signalant «un changement potentiel du risque des investisseurs en 2020 lorsque le besoin de liquidité est accru dans les sociétés du portefeuille», selon le rapport. Le rapport sur le marché du PE a également documenté une augmentation des accords de privatisation, certains secteurs cherchant à se soustraire à la volatilité du marché public.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires