L’UE est prête à investir des fonds «  importants  » dans le secteur des puces


La pénurie de semi-conducteurs pour tout, des ordinateurs aux voitures, a contraint l’UE à agir sur la fabrication de puces nationales.

Alors que la pénurie mondiale de semi-conducteurs continue de sévir, l’UE reste déterminée à accélérer la fabrication de puces nationales.

C’est selon Thierry Breton, le commissaire aux marchés intérieurs, qui a déclaré cette semaine que l’UE engagerait des fonds «importants» pour développer la fabrication de semi-conducteurs et les chaînes d’approvisionnement en Europe.

Plusieurs industries, de l’électronique personnelle aux voitures, ressentent encore le pincement d’un déficit international dans la fabrication de puces informatiques, qui a ralenti les chaînes d’approvisionnement et les sorties de produits.

Les commentaires du commissaire font suite à une réunion avec la société néerlandaise ASML, l’un des plus grands fournisseurs de l’industrie des semi-conducteurs.

Breton a suggéré que le financement de l’industrie pourrait provenir du fonds de récupération du coronavirus de 800 milliards d’euros de l’UE – dont 20% sont destinés aux investissements numériques.

Soutenir Silicon Republic

L’UE veut représenter 20% de la production mondiale de puces d’ici la fin de cette décennie et a un plan ambitieux pour réduire la dépendance de l’Europe vis-à-vis des États-Unis et de l’Asie pour l’approvisionnement.

Breton s’est engagé régulièrement avec des entreprises européennes telles que NXP et ASML pour potentiellement créer une alliance de fabricants de puces afin de développer l’industrie européenne des semi-conducteurs et de faire face aux pénuries mondiales.

Dans le même temps, Breton aspire à attirer des sociétés comme Samsung et Intel pour construire davantage d’installations de fabrication de puces en Europe. Intel travaille actuellement sur une extension de 7 milliards de dollars de son usine de puces Leixlip en Irlande.

«Nous ne sommes pas dans une position où nous mourons d’envie [foreign chip makers] à venir, nous sommes dans une position où nous voulons leur offrir l’opportunité de venir, d’investir sur notre continent et de renforcer la sécurité d’approvisionnement », a déclaré Breton.

«J’espère que nous pourrons agir rapidement, et quand je dis rapidement, c’est une question de mois et non d’années.»

Cependant, tout le monde n’est pas convaincu. Dans une interview avec Bloomberg, un dirigeant de la fabrication allemande Infineon, qui a rencontré Breton, a mis en doute la capacité de l’Europe à rivaliser avec le reste du monde sur des technologies de puces plus avancées.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires