L’investissement provincial dans Sandpiper Ventures de la Nouvelle-Écosse suscite un débat public sur le soutien aux femmes sur le marché du travail


Un investissement de 5 millions de dollars effectué par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse dans la société de capital-risque axée sur les femmes Sandpiper Ventures a fait sensation dans la province, les partisans des deux côtés se disputant la meilleure façon d’investir dans les femmes.

Plus tôt ce mois-ci, le premier ministre sortant Stephen McNeil a annoncé que le gouvernement de la Nouvelle-Écosse contribuerait 5 millions de dollars au fonds de 20 millions de dollars que Sandpiper est en train de lever, qui est axé sur l’investissement dans les startups dirigées par des femmes.

«Les problèmes des femmes méritent un investissement considérablement plus élevé dans toutes les parties de la société.»
– Jevon MacDonald, fondateur de Manifold

McNeil a cité l’effet disproportionné de la pandémie de COVID-19 sur les femmes comme motivation pour l’investissement, créant un besoin d’investir dans l’entrepreneuriat dirigé par des femmes. Certains défenseurs des services de garde d’enfants ont contesté ce raisonnement.

La discussion publique a inclus non seulement des défenseurs et des organisations de garde d’enfants, mais aussi la leader parlementaire du NPD de la Nouvelle-Écosse, Claudia Chender, qui a soutenu que l’argent était mieux dépensé ailleurs.

Un certain nombre de défenseurs des services de garde d’enfants qui se sont récemment entretenus avec la SRC ont souligné la nécessité d’investir dans les services de garde d’enfants en Nouvelle-Écosse, faisant valoir que son manque était l’une des principales raisons pour lesquelles les femmes ont quitté le marché du travail au milieu de la pandémie et que cela demeure un obstacle majeur. à eux de revenir. Certains ont demandé que les 5 millions de dollars versés à Sandpiper soient plutôt consacrés à la garde d’enfants.

«Le placer dans un fonds de capital-risque n’est pas seulement déconnecté de ce dont les parents ont besoin, c’est en fait assez insultant pour toutes les femmes de cette province qui dirigent des entreprises de garderie à domicile», a déclaré une de ces défenseurs, Hannah Munday, une ancienne privée. opérateur de garderie.

Chender s’est également exprimé publiquement, à la fois sur les réseaux sociaux et avec d’autres médias, faisant écho à ces appels.

Bien que la leader parlementaire du NPD ait déclaré que la reconnaissance d’un fossé entre les sexes souligné par le COVID-19 était positive, elle s’est demandé si les investissements dans le secteur privé et les startups profitaient réellement aux Néo-Écossais.

Une organisation, Solidarity Kjipuktuk / Halifax, un groupe anticapitaliste de la Nouvelle-Écosse, a publié un communiqué de presse exigeant que le nouveau premier ministre Iain Rankin annule les 5 millions de dollars, le qualifiant de «cadeau d’entreprise».

Les membres de la communauté technologique du pays se sont toutefois prononcés contre de tels arguments, invoquant l’idée de confronter les deux problèmes. Des membres de l’écosystème technologique canadien sont intervenus pour affirmer qu’il ne devrait pas s’agir d’investir dans la garde d’enfants ou le capital de risque, mais les deux.

Ce n’est pas un soit / ou », a écrit Jevon MacDonald, fondateur de Manifold et co-fondateur du groupe communautaire technologique StartupNorth, via Twitter. «Les problèmes des femmes méritent un investissement considérablement plus élevé dans toutes les parties de la société.»

Michelle McBane, associée directrice du fonds de capital-risque axé sur les femmes StandUp Ventures, s’est demandé si l’investissement aurait été un sujet de discussion si Sandpiper n’avait pas une thèse d’investissement axée sur les femmes.

S’adressant à BetaKit, Rhiannon Davies, cofondatrice et associée de direction de Sandpiper, a déploré certaines des critiques. Elle a reconnu la nécessité d’investir dans la garde d’enfants et l’obstacle que cela crée encore pour les femmes sur le marché du travail, mais a souligné l’importance d’investir dans l’innovation et l’entrepreneuriat dirigés par les femmes comme un autre moyen important d’autonomiser les femmes sur le marché du travail. Davies est allé plus loin, exprimant sa frustration face au fait que les services de garde d’enfants étaient opposés à l’investissement dans un fonds de capital-risque axé sur les femmes en tant que deux questions féminines, qualifiant la garde d’enfants d’un problème de société.

La pandémie du COVID-19 a mis en lumière le problème des services de garde à travers le Canada, poussant de manière disproportionnée les femmes hors de la population active.

Une reprise réussie de cette diaspora ouvrière dépend de la conjonction de nombreux facteurs. L’automne dernier, la Chambre de commerce de l’Ontario a souligné le besoin de modalités de travail flexibles, d’offres de garde d’enfants abordables et de formation pour de nouveaux emplois, les qualifiant de essentielles pour aider les femmes à retourner sur le marché du travail.

Investir dans des entreprises dirigées par des femmes est un autre moyen de promouvoir la liberté économique et l’autonomisation des femmes. Ces dernières années, un certain nombre de fonds de capital-risque axés sur les femmes ont vu le jour pour faire exactement cela. Dans l’ouest du Canada, le groupe dirigé par des femmes The51 lève un fonds pour investir dans des entreprises dirigées par des femmes et StandUp Ventures de McBane le fait depuis 2017. Le Fonds de capital-risque pour les femmes en technologie de BDC est un autre fonds de ce type.

La Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat du gouvernement du Canada souligne également le pouvoir de ces investissements sur l’économie, soulignant le potentiel d’ajouter 150 milliards de dollars au PIB supplémentaire au Canada d’ici 2026.

Davies a déclaré à BetaKit Sandpiper que la position de BetaKit Sandpiper est qu’il est nécessaire d’investir à la fois dans la garde d’enfants et le capital-risque afin de créer des améliorations structurelles globales pour les femmes sur le marché du travail.

Photo de Standsome Worklifestyle sur Unsplash



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires