L’examen de la fintech au Royaume-Uni présente un plan pour suralimenter l’industrie


Un fonds de croissance de 1 milliard de livres sterling, des modifications des visas et de nouvelles réglementations d’inscription font partie des recommandations pour développer le secteur des technologies financières au Royaume-Uni.

Le Royaume-Uni a longtemps dominé l’arène fintech européenne, mais le secteur doit revoir sa stratégie pour l’avenir après la reprise du Brexit et du coronavirus.

C’est selon un examen indépendant soutenu par le gouvernement britannique dans le secteur en plein essor.

Dirigé par l’ancien PDG de Worldpay, Ron Kalifa, le rapport a révélé que le Royaume-Uni représente 10% du marché mondial de la fintech et que le secteur représente plus de 11 milliards de dollars pour l’économie britannique chaque année. Mais Kalifa a formulé un certain nombre de recommandations sur la manière dont le Royaume-Uni peut maintenir son avance en matière de technologie financière, en particulier dans un paysage post-Brexit.

«  Nous devons continuer à nourrir notre culture de start-up, mais surtout, nous devons également soutenir nos entreprises à forte croissance pour devenir des géants mondiaux  »
– RON KALIFA

Il a déclaré que le gouvernement devrait créer un fonds de croissance d’un milliard de livres sterling pour investir dans les start-up britanniques de la fintech. Un visa «fintech scale up» a également été recommandé pour faciliter le processus d’amener des talents internationaux au Royaume-Uni pour travailler dans la fintech.

La réglementation représente un coût élevé pour faire des affaires dans la fintech et le rapport recommandait l’introduction d’une «  boîte à échelle  » permettant aux entreprises de tester de nouveaux produits sous surveillance réglementaire, ce qui est similaire au programme bac à sable actuellement géré par la Financial Conduct Authority.

Kalifa a déclaré que le Royaume-Uni devrait assouplir les règles de cotation en bourse afin d’encourager davantage d’entreprises à entrer en bourse. Il a également suggéré de réduire les exigences de flottant – le nombre minimum d’actions mises à la disposition du public – de 25% à 10%, et d’étendre les réductions d’impôts de R&D pour le secteur et d’ouvrir des incitations fiscales pour les investisseurs dans les secteurs réglementés.

«Nous devons continuer à nourrir notre culture de start-up, mais surtout, nous devons également donner à nos entreprises à forte croissance le soutien pour devenir des géants mondiaux», a-t-il déclaré.

Liens internationaux

Soutenir Silicon Republic

En ce qui concerne le Brexit, le fait que l’accord commercial UE-Royaume-Uni ne prenne pas en compte les services financiers présente un risque pour le secteur des technologies financières.

L’exemple le plus clair en est la façon dont les services financiers et les sociétés de technologie financière ont modifié leur approche de l’octroi de licences. Le Brexit a créé deux marchés distincts – l’UE et le Royaume-Uni – exigeant que de nombreuses entreprises soient créées sur des bases réglementaires dans les deux régions.

Kalifa a recommandé de réviser un plan d’action international pour les fintech afin de favoriser de meilleurs liens avec d’autres écosystèmes, en facilitant l’accès aux informations sur les réglementations locales et les subventions et les programmes de soutien. Ces efforts devraient «s’aligner sur les accords commerciaux prioritaires comprenant les États-Unis, Singapour, l’Australie, le Moyen-Orient, l’Afrique ainsi que l’Europe», indique le rapport.

L’année dernière environ, certains grands acteurs européens de la fintech ont quitté le marché britannique, notamment N26 et Holvi, à la suite du Brexit. Les recommandations formulées dans le rapport visent à créer un mélange d’entreprises nationales et internationales dans le secteur fintech du pays.

Le rapport a également souligné les efforts qui devraient être faits dans d’autres régions du Royaume-Uni. Le pedigree fintech du pays comprend de grands noms avec un grand soutien de VC, notamment Revolut, Monzo, Checkout et Starling, tandis que la scène voit régulièrement de nouveaux arrivants émerger pour un morceau du gâteau.

Cependant, ces entreprises sont fortement centrées à Londres. Le rapport de Kalifa a suggéré de mettre davantage l’accent sur les «clusters» et a identifié neuf villes et régions en dehors de Londres qui devraient être soutenues et développées. Il s’agit notamment de Birmingham, Manchester, Leeds, l’Irlande du Nord et l’Écosse.

Les clusters, selon le rapport, «bien que plus petits que leurs homologues établis, montrent un grand potentiel de croissance ou disposent déjà d’un accent spécialisé dans les technologies financières».

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires