« L'espoir n'est pas une stratégie » : Michael Hyatt sur la façon de survivre à un cygne noir


COVID-19 perturbe les affaires canadiennes d’une manière que beaucoup de fondateurs actuels n’ont jamais connue. Les start-ups de tout le pays ont été obligées d’appuyer sur le bouton pause de la croissance pour survivre à cet événement de cygne noir.

« Nous allons tous nous en sortir. Il y a juste beaucoup de choses difficiles que vous allez devoir faire ».

Alors que les gouvernements fédéral et provinciaux du Canada donnent l’assurance que le pays est financièrement prêt à aider les entreprises durement touchées par la pandémie de COVID-19, des questions subsistent quant à la rapidité avec laquelle l’économie peut se redresser. Les jeunes pousses qui bravent ces temps difficiles à n’importe quel stade de leur croissance peuvent tirer profit des leçons des entrepreneurs qui l’ont fait auparavant.

Michael Hyatt a co-fondé BlueCat Networks pendant la bulle boursière des dot-com. La startup a survécu à cette crise financière, ainsi qu’à celle de 2008. Le rédacteur en chef de BetaKit, Douglas Soltys, a rencontré Michael Hyatt lors d’une émission en direct intitulée « Demandez-moi n’importe quoi » pour parler de ce à quoi les startups sont confrontées et de ce que les fondateurs doivent faire pour sortir de ce défi sans précédent.

Nous ne sommes pas en 2008

« La situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement est plus proche du 11 septembre que de 2008 », a déclaré M. Hyatt. « Ce que je veux dire par là, c’est qu’un jour, nous nous réveillons et des avions frappent un bâtiment, et cela se produit soudainement, et alors nous sommes dans une situation ».

Bien que M. Hyatt ait déclaré que les banques ont deux ou trois fois plus de liquidités que lors de la crise financière de 2008, il a ajouté que COVID-19 a forcé les entreprises à cesser leurs activités pratiquement du jour au lendemain afin de pouvoir faire face à un événement mondial imprévu.

Rien que cette semaine, le rapport mensuel sur l’emploi au Canada de Statistique Canada a révélé que plus d’un million de Canadiens ont déposé une demande d’emploi en mars et que 3,1 millions de Canadiens ont perdu leur emploi ou ont été contraints de travailler beaucoup moins d’heures.

« C’est un vilain choc. Nous n’avons jamais arrêté une économie, et je vous assure que nous n’avons jamais relancé une économie », a déclaré M. Hyatt. « Alors pensez à ça quand vous faites tourner vos modèles économiques en ce moment. »

Adopter un état d’esprit de guerre

Hyatt a également déclaré qu’au cours des dernières années, les startups ont bénéficié d’une grande quantité de liquidités dans le système, mais les choses se sont inversées de manière spectaculaire en raison de la pandémie actuelle.

« L’argent était une poubelle, tout le monde pouvait l’obtenir d’une manière ou d’une autre », a-t-il déclaré. « Maintenant, l’argent est roi, et c’est l’inverse qui s’est produit. »

Avec cette nouvelle réalité à l’esprit, Hyatt a conseillé aux entrepreneurs de passer à ce qu’il a appelé un état d’esprit de « temps de guerre », ce qui signifie que tout plan d’entreprise qu’un fondateur avait, que ce soit il y a un trimestre ou même 30 jours, n’est plus d’actualité. Il a déclaré que ces anciens plans étaient basés sur l’hypothèse que l’entreprise pourrait probablement lever une autre série de fonds ou pourrait s’endetter.

« Je pense que si votre stratégie est [that] vous attendez que les choses s’ouvrent le 1er mai ou le 1er juin, ce n’est probablement pas une bonne stratégie », a déclaré M. Hyatt. « Il y a beaucoup d’imprévisibilité ici. »

RELATIVES : La BDC lance un programme d’investissement de contrepartie pour les entreprises canadiennes de capital-risque touchées par COVID-19

« L’espoir n’est pas une stratégie, l’indécision n’est pas une stratégie en ce moment, l’inaction n’est pas une stratégie. Il y a beaucoup de choses à faire si vous dirigez une entreprise en ce moment », a-t-il ajouté. « Mais nous allons tous nous en sortir. Il y a juste beaucoup de choses difficiles que vous allez devoir faire ».

Hyatt recommande de modéliser différents scénarios pour l’avenir, en commençant par réduire les projections de ventes, puis en examinant les dépenses opérationnelles pour déterminer le temps de vie de l’entreprise.

« Si vous avez beaucoup d’argent, tous ces scénarios vous conviennent », a-t-il déclaré. « La plupart des gens ne le sont pas. »

« L’économie dans laquelle vous êtes est en crise. Vous devez être en mode de crise. »

La prochaine étape consiste à décider comment économiser l’argent, ce qui ne signifie pas nécessairement une réduction du personnel, bien que de nombreuses start-ups canadiennes l’aient déjà fait. Cela pourrait signifier une renégociation du loyer ou une réduction de la commercialisation. M. Hyatt a souligné que ces stratégies ne doivent pas être statiques et qu’elles doivent s’adapter au paysage économique en constante évolution.

Les entreprises en phase de démarrage peuvent également s’attendre à un taux de résiliation plus élevé. Ainsi, si un client s’approche d’un renouvellement, Hyatt dit s’attendre à ce qu’il ne renouvelle pas. Les fondateurs doivent également se préparer à des taux de défaillance plus élevés, car plus de personnes seront moins en mesure de payer les factures. Hyatt recommande donc aux fondateurs de modéliser des ventes moins importantes en tenant compte des défaillances et des taux d’attrition.

Sur-communiquer

L’une des dernières choses que Hyatt a soulignées est que le temps est venu pour les fondateurs de « sur-communiquer » avec leurs dirigeants, leurs prêteurs, leur personnel et leurs clients.

« Vous devez être franc et honnête, nous sommes tous dans le même bateau. Tout le monde est dans le coup, il n’y a pas à se cacher. Il n’y a pas de honte à avoir. Je suis sérieux », a-t-il dit. « Nous savons tous ce qui se passe. »

La conversation complète peut être visionnée ci-dessous.



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires