Les paiements de RS&DE commencent à être versés à la technologie canadienne suite au retard causé par COVID-19

0
89


Les fonds du programme d’incitation fiscale à la recherche scientifique et au développement expérimental (RS&DE) du gouvernement fédéral qui n’ont pas été débloqués en raison de la pandémie de COVID-19 commencent maintenant à être versés.

« Cela pourrait juste leur donner assez de temps pour que le gouvernement fédéral puisse obtenir les 75 % de subventions salariales nécessaires. »

La crise COVID-19 aurait retardé près de 200 millions de dollars de crédits d’impôt pour les entreprises technologiques après que l’Agence du revenu du Canada (ARC) ait mis en pause l’audit des entreprises alors qu’elles se déplaçaient vers le travail à distance. Cela signifie que les entreprises qui n’avaient pas encore fait l’objet d’un audit n’étaient pas éligibles pour recevoir les fonds.

Dans un article publié sur LinkedIn à la fin de la semaine dernière, Bryan Watson, partenaire de Flow Ventures et ancien membre du conseil de la Canadian Advanced Technology Alliance (CATA), a confirmé que certains des crédits de RS&DE en souffrance commencent à parvenir aux entreprises. Il a indiqué que Russ Roberts, vice-président senior de la fiscalité, des finances et de la défense des intérêts de la CATA, s’est récemment entretenu avec des dirigeants de l’ARC qui lui ont dit que l’agence cherchait à accélérer le traitement des demandes.

La semaine dernière, The Logic a rapporté que la société Encircle de Kitchener-Waterloo a reçu la confirmation que l’argent de ses activités de RS&DE arrivait. Watson a également confirmé à BetaKit, lors d’une récente interview, que plusieurs entreprises québécoises ont reçu des fonds de RS&DE, bien que la RS&DE soit gérée en interne par la province de Québec, plutôt que par le gouvernement fédéral.

La RS&DE fournit un soutien financier sous forme de crédits d’impôt ou de remboursements aux sociétés, aux partenariats ou aux particuliers qui mènent des activités de recherche scientifique ou de développement expérimental au Canada. M. Watson a fait remarquer qu’il s’agit de l’un des rares programmes fédéraux auxquels la plupart des entreprises technologiques du Canada peuvent prétendre à l’époque du COVID-19.

Une enquête récente menée par l’ACTS a révélé que 66 de ses 250 entreprises membres (un tiers) déclarent qu’elles ne survivraient pas sans l’argent de la RS&DE. En tant que partenaire de Flow Ventures, qui aide les entreprises à faire des demandes de RS&DE, M. Watson dit qu’il soupçonne que ce chiffre est en fait beaucoup plus élevé.

« C’est une question de trésorerie plus que toute autre en ce moment. Les entreprises viennent de prendre un coup énorme », a déclaré Watson à BetaKit. « Je ne vois pas tous ces autres programmes capables d’aider [tech companies] et les entreprises avec lesquelles je travaille ».

« Je pense que c’est un chiffre sous-estimé. Je pense qu’il est en fait beaucoup plus élevé et j’ai certainement quelques histoires d’horreur pour le valider », a-t-il déclaré, expliquant qu’une entreprise manufacturière à laquelle il a parlé, qui était le premier employeur de sa ville, a réduit son effectif de 42 à quatre employés parce qu’elle n’avait pas reçu de financement pour la RS&DE.

En mars, l’ARC a annoncé qu’elle suspendait la plupart de ses audits d’entreprise pendant quatre semaines en raison de la pandémie, ce qui a rendu les entreprises devant être auditées inéligibles à l’obtention de fonds du programme d’encouragement à la RS&DE.

Watson a déclaré à BetaKit que l’ARC lui avait indiqué qu’elle ne disposait pas de l’infrastructure nécessaire pour travailler à domicile et accomplir ses tâches habituelles, ce qui a entraîné le retard dans l’envoi des crédits de RS&DE aux entreprises.

« L’ACTS remercie certainement le gouvernement d’avoir décidé de reconnaître la RS&DE comme un service essentiel. »

En plus de gérer le financement de la RS&DE, l’ARC est maintenant chargée d’administrer le nombre important de demandes de la Prestation d’urgence du Canada et s’occupera bientôt d’administrer la Subvention salariale d’urgence du Canada, qui a été promulguée ce week-end.

L’ARC aurait déclaré au Globe and Mail Sunday qu’elle est désormais en mesure de traiter les demandes des demandeurs de RS&DE.

Un porte-parole de l’ARC a déclaré au Globe que l’agence avait versé 13,4 millions de dollars en indemnités entre le 30 mars et le 7 avril, ce qui a permis de réduire l’arriéré de 195,2 millions de dollars à 181,8 millions de dollars. Ce porte-parole a également déclaré qu’il y a maintenant 1 600 demandes de RS&DE en cours d’examen.

La nouvelle que la RS&DE a commencé à être diffusée arrive quelques jours après que la PDG de l’ACTS, Suzanne Grant, ait écrit une lettre au Premier ministre Justin Trudeau pour demander le déblocage immédiat des fonds de la RS&DE.

« L’ACTS remercie certainement le gouvernement d’avoir décidé de reconnaître la RS&DE comme un service essentiel », a déclaré Paul Brent, porte-parole de l’ACTS, à BetaKit.

RELATIVES : La BDC lance un programme d’investissement de contrepartie pour les entreprises canadiennes de capital-risque touchées par COVID-19

Sur son site Internet, l’ARC déclare qu’elle fait « tout ce qui est en son pouvoir pour que les demandeurs reçoivent les crédits auxquels ils ont droit, dans les plus brefs délais ».

Elle a ajouté qu’aucun nouvel audit de RS&DE ne sera lancé mais que les audits existants seront achevés dès que possible afin que les entreprises aient accès à leurs crédits plus rapidement. L’agence a ajouté que les demandes acceptées pour le moment peuvent faire l’objet d’un examen ou d’une vérification à une date ultérieure afin de garantir leur éligibilité.

Les détails concernant la date à laquelle le financement restant sera débloqué et le processus d’audit qui continuera à être effectué ne sont pas encore clairs.

M. Watson a exprimé l’espoir que l’ARC puisse déployer tout l’argent en attente dans les prochaines semaines.

« Si je devais un jour être très positif à propos de l’ARC, c’est maintenant. Si elle y parvient, elle sera le héros de l’écosystème de l’innovation », a déclaré M. Watson. « Cela pourrait leur permettre de gagner suffisamment de temps pour que le gouvernement fédéral obtienne la subvention salariale de 75 % et permette aux entreprises en phase de démarrage de l’exploiter ».

RELATIVES : Voici les derniers détails concernant la subvention canadienne pour les salaires d’urgence

« La RS&DE est le seul argent auquel les entreprises ont réellement droit, à condition qu’elles ne présentent pas de demandes frauduleuses », a ajouté M. Watson. « Ce n’est pas une subvention. Il ne s’agit pas de personnes assises dans une arrière-salle, qui se prononcent sur le fait qu’il s’agit d’une bonne entreprise. Si vous respectez les règles, que vous déposez vos demandes de manière appropriée, que vous documentez vos dépenses et que vous les réclamez, vous avez droit à cet argent ».

L’ACTS a déclaré qu’elle continuait à travailler sur sa deuxième recommandation, à savoir que le gouvernement fédéral crée un fonds de résilience et de rebondissement de 3,6 milliards de dollars. Ce fonds offrirait des prêts sans intérêt aux entreprises qui ont fait leurs preuves et qui sont préqualifiées pour des programmes comme la RS&DE.

« Nous voulons nous assurer que nous ne perdrons pas les centaines de milliards d’investissements passés pour la recherche qui a développé la propriété intellectuelle, et protéger 85 000 emplois », a déclaré Brent à BetaKit. « Les licenciements ont déjà commencé dans le secteur des technologies ».

Source de l’image Wikimedia Commons



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here