Les ventes en ligne d’Albertsons ont fait un bond de 243% lors de la vague de coronavirus

0
119


Le secteur de l’épicerie – et le reste de l’économie américaine – est radicalement différent de ce qu’il était à la fin d’Albertsons Cos. Inc. pour l’année fiscale 2019, le 29 février. Et le dernier état des résultats du détaillant le reflète.

Nous sommes heureux que notre élan se poursuive alors que nous clôturons l’exercice 2019, avec une amélioration des performances en termes de chiffre d’affaires et de résultat », a déclaré Vivek Sankaran, président et directeur général, dans la déclaration publiée jeudi. « Cependant, le monde a changé depuis lors, et nous nous concentrons fortement sur le soutien de nos associés, de nos clients et des communautés que nous servons alors que nous répondons à la demande accrue résultant de la pandémie de COVID-19 ».

Lors d’une conférence téléphonique avec des analystes le même jour, M. Albertsons a déclaré que les ventes en ligne pour les huit semaines se terminant le 25 avril ont augmenté de 243%, par rapport à la même période l’année dernière. En mars, l’augmentation des ventes en ligne d’une année sur l’autre était de 109 % ; en avril, le gain était de 374 %.

Pour les mêmes huit semaines, les ventes identiques (en ligne et hors ligne) ont augmenté de 34 % par rapport à la période comparable de l’exercice 2019. Cela comprend une hausse de 47 % au cours des quatre premières semaines de l’exercice 2020, qui s’est terminé le 28 mars, et une hausse de 21 % pour les quatre semaines qui se sont terminées le 25 avril.

De nouveaux travailleurs et un coussin de sécurité

Albertsons (n° 74 dans le Top 1000 2020 de Digital Commerce 360) affirme avoir engagé plus de 55 000 nouveaux collaborateurs depuis le 1er mars. Pour recruter ces travailleurs en peu de temps, le détaillant a travaillé avec plus de 35 entreprises qui avaient les employés licenciés pendant la pandémie. Cette embauche comprend des cueilleurs et des chauffeurs supplémentaires en magasin pour répondre aux commandes passées en ligne pour la collecte ou la livraison en bordure de trottoir. Selon une porte-parole d’Albertsons, l’entreprise ne ventile pas les embauches par fonction.

Albertsons dit qu’il a également simplifié son offre de commerce électronique pour se concentrer sur les produits les plus demandés et a mis en place des protocoles « sans contact » pour sa livraison à domicile et son service « Drive Up and Go » en bordure de trottoir. La porte-parole a refusé de discuter plus en détail, sauf pour dire que le détaillant a « pris des mesures pour améliorer son efficacité ».

De plus, en mars, Albertsons a tiré 2 milliards de dollars sur sa facilité de crédit renouvelable basée sur les actifs de 4 milliards de dollars, a annoncé le détaillant. Albertsons déclare qu’il ne prévoit pas d’utiliser ces liquidités, mais cette décision était une « mesure de précaution » pour augmenter sa position de trésorerie à la lumière de l’incertitude causée par COVID-19.

Albertsons n’est pas seul

Quels que soient les projets des épiciers pour 2020, la pandémie de COVID-19 bouleverse ces plans, au niveau national et international. Par exemple, Sainsbury Plc, la deuxième chaîne d’épicerie du Royaume-Uni, a déclaré cette semaine que la pandémie allait perturber les affaires jusqu’en septembre, puis que les retombées économiques s’ensuivraient.

Les coûts augmenteront de 500 millions de livres (625 millions de dollars) cette année en raison des mesures de sécurité et de la baisse des ventes de carburant. Cette hausse sera compensée par un allégement de 450 millions de livres (562,4 millions de dollars) de l’impôt foncier accordé par le gouvernement, ce qui signifie que le bénéfice avant impôt restera probablement inchangé cette année, a déclaré le détaillant. Sainsbury a basé ses estimations sur l’hypothèse que les restrictions de fermeture s’assouplissent d’ici la fin du mois de juin. Elle a dû faire face à une énorme demande de la part des consommateurs qui stockent des biens, mais les coûts ont également augmenté.

Sainsbury déclare qu’il donne la priorité aux personnes âgées, aux handicapés et aux autres personnes vulnérables pour les horaires des courses en ligne dans ses opérations de livraison à domicile et de ramassage en magasin. Elle a également augmenté le nombre total de créneaux horaires disponibles chaque semaine de près de 50 %.

Aux États-Unis, Walmart Inc. (n° 3 dans le Top 1000) a annoncé le 17 avril qu’elle avait atteint un objectif annoncé précédemment, à savoir d’embaucher 150 000 employés supplémentaires en réponse à la pandémie et a prévu d’embaucher 50 000 travailleurs supplémentaires dans ses magasins, ses clubs d’entreposage, ses opérations d’exécution et ses centres de distribution. Pour recruter ces travailleurs, Walmart dit avoir travaillé avec plus de 70 entreprises qui ont licencié des travailleurs. Walmart a embauché environ 85 % de ces nouveaux employés pour des postes temporaires ou à temps partiel.

Amazon.com Inc. (n°1) déclare qu’elle fait face à une « demande sans précédent de livraison de produits alimentaires » en embauchant de nouveaux travailleurs, en élargissant l’offre de livraison de produits alimentaires et en plaçant de nouveaux clients de l’épicerie en ligne sur des listes d’attente.

Dans un billet de blog du 12 avrilStephenie Landry, vice-présidente de l’épicerie chez Amazon, a écrit que les protocoles de sécurité accrus sur les marchés de produits alimentaires entiers d’Amazon et dans d’autres installations ont « créé des limites dans notre capacité à augmenter la capacité de nos services de livraison ». Malgré cela, le géant du commerce électronique a augmenté le nombre de ramassages de produits alimentaires d’environ 80 magasins à plus de 150 et prévoit également d’étendre les ramassages de produits alimentaires chez Whole Foods.

Les résultats d’Albertsons en 2019

Avant même que la pandémie ne frappe et que les États et les collectivités locales n’émettent des directives de maintien à domicile, Albertsons connaissait une croissance rapide de ses activités en ligne.

Pour le quatrième trimestre qui s’est terminé le 29 février, Albertsons a fait un rapport :

  • Croissance des ventes numériques de 32% par rapport au même trimestre de l’année précédente. Albertsons n’a pas ventilé le montant en dollars.
  • Les recettes nettes (en ligne et hors ligne) se sont élevées à 15,437 milliards de dollars, soit une hausse de 10,1 % par rapport aux 14,017 milliards de dollars du même trimestre de l’année précédente. Cette augmentation est principalement due à la semaine supplémentaire au quatrième trimestre de l’exercice 2019, qui a contribué à hauteur d’environ 1,1 milliard de dollars.
  • Un revenu net de 67,8 millions de dollars, en baisse de 50 % par rapport aux 135,6 millions de dollars du quatrième trimestre 2018.
  • Une augmentation de 26% du programme de récompenses Just for U d’Albertsons et une augmentation de 37% des échanges de coupons numériques.
  • Les ventes identiques ont augmenté de 1,8%, ce qui a été partiellement compensé par une réduction des ventes liée aux fermetures de magasins.

Pour l’année qui s’est terminée le 29 février, Albertsons a fait un rapport :

  • Croissance des ventes numériques de 39 % par rapport à l’exercice 2018.
  • Recettes nettes (en ligne et hors ligne) de 62,455 milliards de dollars, soit une hausse de 3,2 % par rapport aux 60,535 milliards de dollars.
  • Le revenu net s’est élevé à 466,4 millions de dollars, soit une hausse de 255,7 % par rapport aux 131,1 millions de dollars de l’exercice 2018. L’entreprise a mentionné plusieurs facteurs qui ont augmenté sa rentabilité en 2019, notamment une meilleure combinaison de produits, une plus grande pénétration de ses produits de marque privée et une diminution des frais d’intérêt, principalement attribuable à un encours moyen d’emprunts inférieur à celui de l’exercice 2018.
  • Les ventes identiques ont augmenté de 2,1%.

Albertsons exploite des magasins dans 34 États et le district de Columbia sous 20 enseignes, dont Albertsons, Safeway, Vons, Jewel-Osco, Shaw’s, Acme, Tom Thumb, Randalls, United Supermarkets, Pavilions, Star Market, Haggen et Carrs.

Le détaillant, détenu depuis 2006 par la société de capital-investissement Cerberus Capital Management, a déposé une déclaration d’enregistrement pour un projet d’introduction en bourse le 6 mars auprès de la Securities and Exchange Commission américaine. Le montant des titres offerts sera déterminé par les conditions du marché et d’autres facteurs au moment de l’offre. Le nombre d’actions à offrir et la fourchette de prix pour l’offre n’ont pas encore été déterminés.

Bloomberg News a contribué à ce rapport.

Favoris

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here