Les principaux fondateurs européens prévoient de rationaliser l’écosystème des start-up


Les dirigeants de certaines des entreprises et licornes les plus prospères d’Europe se sont réunis pour partager leur vision d’un écosystème d’innovation unifié.

La commissaire européenne Mariya Gabriel a rencontré aujourd’hui (30 mars) les fondateurs de certaines des plus grandes entreprises et licornes européennes pour travailler sur une nouvelle politique européenne pour l’innovation.

Le groupe comprend 35 entreprises européennes qui sont soit des licornes, soit en voie de devenir des licornes. Il comprend un de chaque État membre de l’UE et huit autres start-up dirigées par des femmes.

La sélection a été faite par le bureau des commissaires sur la base de l’évaluation de la technologie, des capitaux levés, de l’évaluation actuelle et future de l’entreprise (en se concentrant sur le potentiel du marché), des brevets et autres actifs, et du leadership existant sur le marché.

Les entreprises du groupe couvrent un certain nombre d’industries, notamment le matériel, la fintech, la deeptech et la greentech.

Les dirigeants se réuniront tous les trimestres pour discuter de leurs expériences, visions et idées pour la création d’un écosystème d’innovation européen unifié.

Gabriel a déclaré que les licornes européennes sont nécessaires pour «ouvrir la voie» à une reprise durable et résiliente.

«Nous visons à faire en sorte que la voix des principaux innovateurs soit entendue tout au long du processus de construction d’une politique d’innovation européenne ambitieuse», a-t-elle déclaré.

Soutenir Silicon Republic

Lors de la réunion, le groupe a discuté de la manière dont l’innovation peut contribuer à une transition verte, de la souveraineté technologique de l’Europe, de l’importance de la deeptech et de la réduction de la fragmentation de la réglementation dans les domaines de l’innovation.

L’un des participants à la réunion, Martins Valters, co-fondateur de la start-up lettone Mintos, a évoqué l’importance de réduire la fragmentation des cadres réglementaires.

«Notre société est actuellement en train de devenir un marché réglementé et les efforts du côté des régulateurs sont importants pour être en mesure de synthétiser les cadres réglementaires existants et notre service innovant – de tels processus devraient bénéficier d’un plus grand soutien tant pour les régulateurs que pour les start-ups». il a dit. «Je pense que nous devrions supprimer les obstacles inutiles.»

Valters a également évoqué la nécessité d’un meilleur soutien pour accéder aux capitaux possédés par l’UE afin que les investisseurs puissent avoir la possibilité d’investir.

«Dans l’UE, nous sommes en fait assis sur une pile de capitaux qui pourraient être investis dans des entreprises, des idées ou des actifs alternatifs de petite, moyenne ou même plus grande envergure. Je pense que le plus grand besoin n’est peut-être pas tant le soutien en termes de fonds des institutions européennes, mais de permettre l’accès à ce capital, et pour que les investisseurs aient la possibilité d’investir », a-t-il déclaré.

Malgré les retombées économiques de la pandémie de Covid-19, l’Europe a connu une année record pour la valeur des investissements en 2020.

Selon le European Venture Report de Pitchbook pour 2020, la valeur globale de l’accord de capital-risque a atteint un nouveau record annuel de 42,8 milliards d’euros en 2020, plusieurs start-ups levant plus de 500 millions d’euros de financement.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des