Les PDG des entreprises technologiques canadiennes : Prêts de la BDC, la subvention salariale ne suffit pas à stopper les faillites de COVID-19


La pandémie COVID-19 a un impact immédiat et direct sur le secteur canadien de la technologie et de l’innovation, ce qui fait craindre aux chefs d’entreprise que les mesures actuelles prises par le gouvernement fédéral ne suffiront pas à protéger les entreprises qui vont de l’avant.

« Rien n’est gravé dans la pierre, tout est sur la table. »
– Ministre Navdeep Bains

L’impact de l’auto-isolement sur l’économie a été immédiat, et les startups canadiennes ont dû se préoccuper des effets à court et à long terme de COVID-19 sur les ventes et l’accès au capital. Les PDG ont exprimé leur inquiétude quant à la durée potentielle des mesures d’auto-isolement, s’interrogeant sur la manière dont elles affecteront la capacité de leur entreprise à conserver ses employés alors que les liquidités s’amenuisent.

Au cours de la semaine dernière, le gouvernement du Canada a introduit des dizaines de milliards de dollars pour soutenir les entreprises et les travailleurs. Mercredi, le premier ministre Justin Trudeau a présenté un montant de 82 milliards de dollars dans le cadre du plan de réponse économique COVID-19 du gouvernement fédéral. Cette mesure s’ajoute au milliard de dollars promis vendredi dernier, avec des mesures qui comprennent l’établissement d’un programme de crédit aux entreprises qui sera administré par la Banque de développement du Canada (BDC) et Exportation et développement Canada (EDC).

Alors que le programme est censé fournir plus de 10 milliards de dollars de prêts supplémentaires aux entreprises, certains dirigeants communautaires ont critiqué le programme et d’autres mesures gouvernementales pour ne pas aller assez loin dans la satisfaction des besoins des start-ups.

BetaKit s’est entretenu avec plusieurs PDG sous le couvert de l’anonymat pour connaître leur avis sur la situation. D’autres ont exprimé leur opinion sur des forums d’innovation en ligne comme StartupNorth.

RELATIVES : Voici comment les entreprises #CDNtech s’impliquent lors de COVID-19

Dans sa forme actuelle, la BDC est prête à fournir des prêts de fonds de roulement allant jusqu’à 2 millions de dollars, offrant une période de paiement différé allant jusqu’à six mois. Les paiements différés s’adressent notamment aux clients actuels de la BDC dont les engagements de prêt totalisent un million de dollars ou moins ; il n’est pas fait mention des nouveaux clients.

Le secteur technologique canadien se demande comment le programme fonctionnera exactement, quels types d’entreprises seront éligibles et si le fait que les start-ups s’endettent sera plus préjudiciable que bénéfique. De nombreuses entreprises technologiques canadiennes en phase de démarrage et de croissance n’ont traditionnellement pas droit à de telles mesures.

Un PDG a dit à BetaKit qu’ils ont appris que les prêts de la BDC exigent une garantie personnelle et un taux d’intérêt minimum de six pour cent, basé sur un score de crédit personnel. Ils ont qualifié l’idée d' »incroyablement dangereuse » et ont demandé au gouvernement et aux banques de prendre en compte les besoins spécifiques du secteur de l’innovation.

« Le message de haut niveau ne doit pas être négatif. Nous savons que le gouvernement fait autant [as they can]a déclaré un autre PDG à BetaKit. « Le modèle qu’ils ont pour répondre à une crise est basé sur la crise financière de 2008. Mais ce n’est pas une crise financière et donc les outils ne fonctionnent pas de la même manière ».

“[The measures are] en aidant les gens qui n’ont pas eu une si grosse goutte, ou bien c’est juste une aide sur les bords ».

Des sentiments similaires ont été exprimés par John Ruffolo, vice-président du groupe de pression Council of Canadian Innovators (CCI) et fondateur d’OMERS. Lors d’une conférence téléphonique avec Mary Ng, ministre des petites entreprises, de la promotion des exportations et du commerce international, organisée par le CCI, M. Ruffolo a fait part de ses préoccupations à la communauté.

Il a noté qu’un certain nombre de dirigeants de petites et moyennes entreprises (qui englobent la majorité des entreprises canadiennes) ont exprimé des situations désastreuses, les revenus et les ventes étant extrêmement affectés par la crise mondiale actuelle.

« C’est comme un couteau qui tombe », a déclaré Ruffolo. « Les mesures que le gouvernement a introduites, fantastiques, vont aider un certain nombre de personnes. Mais elles aident les gens qui n’ont pas eu une si grosse chute, ou alors elles aident seulement sur les bords ».

Le président de la CCI a appelé à une injection massive de liquidités dans l’économie. Selon le Globe and Mail, M. Ruffolo exhorte le gouvernement et les grandes banques à créer un programme de relance de 100 milliards de dollars pour soutenir les petites et moyennes entreprises (PME).

RELATIVES : Hockeystick lance une liste de bailleurs de fonds actifs alors que COVID-19 crée une pénurie de liquidités pour les jeunes entreprises canadiennes

Lors de l’appel du jeudi matin, il a souligné la nécessité pour les banques de fournir un financement à faible ou sans intérêt aux PME canadiennes, avec le soutien du gouvernement fédéral, et de le faire rapidement.

Jusqu’à présent, les mesures économiques du gouvernement fédéral se sont concentrées sur les prêts, les subventions aux employés et l’assurance emploi. Bien que le secteur technologique canadien ait exprimé son appréciation pour certaines de ces mesures et la réponse rapide du gouvernement, des questions subsistent quant à savoir si ces programmes bénéficieront réellement au secteur des jeunes pousses. Certains se sont demandés si une subvention plafonnée à 10 % des salaires des employés est suffisante pour soutenir les start-ups qui ont souvent des pistes d’atterrissage plus courtes et des cycles de vente plus longs.

Par le biais de forums en ligne et lors des appels de l’ICC, certains dirigeants se sont également demandé si un soutien supplémentaire pour les programmes du gouvernement fédéral comme la recherche scientifique et le développement expérimental (RS&DE) et le programme d’aide à la recherche industrielle (PARI) du Conseil national de recherches du Canada sera nécessaire.

La ministre Ng, pour sa part, s’est montrée réceptive à de telles suggestions. Lors de la conférence téléphonique de jeudi, Mme Ng a noté que le gouvernement ne travaille actuellement sur aucune mesure autour de tels programmes, mais elle a exprimé son intérêt à mettre de telles idées sur la table lorsqu’elle s’est entretenue avec d’autres ministres.

« J’entends ce que vous dites », a déclaré le ministre. « Je vais vous enlever cela et vous n’entendez pas de désaccord de ma part. »

Jeudi après-midi, le ministre de l’innovation, de la science et de l’industrie, Navdeep Bains, a également participé à un appel avec la CCI, notant que le gouvernement fédéral étudie actuellement des options pour des programmes fédéraux par le biais du Fonds d’innovation stratégique (FIS) et des agences de développement régional (RDA), qui offrent un soutien financier au secteur de la technologie et de l’innovation dans tout le pays.

RELATIVES : Lancement d’une base de données de base pour aider les jeunes chômeurs canadiens dans le cadre de COVID-19

Bains a déclaré que l’objectif initial du gouvernement était de s’assurer qu’il était en mesure de fournir des capitaux et des liquidités, puis s’est tourné vers la manière dont des sociétés d’État comme la BDC et EDC pouvaient apporter leur soutien, et est maintenant prêt à utiliser les programmes gouvernementaux existants pour renforcer les soutiens aux entreprises.

Le ministre, qui fait partie du comité nouvellement formé pour la réponse fédérale à la COVID-19, a noté que le gouvernement est conscient qu’il pourrait avoir besoin de mettre à jour et d’adapter les mesures actuelles.

« Rien n’est gravé dans la pierre, tout est sur la table », a-t-il déclaré, notant que le gouvernement a tenté d’agir en temps utile mais aussi de manière responsable et qu’il est ouvert à la flexibilité. Il a également indiqué qu’il avait reçu la proposition de M. Ruffolo et qu’il transmettrait certains points.

M. Bains a également reconnu les difficultés actuelles du secteur de la technologie et de l’innovation au Canada, notant que le gouvernement espère se concentrer sur la rétention des talents, le flux de capitaux et l’augmentation de la demande dans l’économie au cours des prochains mois. Bien que cette crise ait été comparée à la crise financière de 2008, M. Bains a déclaré que le gouvernement est conscient qu’il doit prendre des mesures différentes pour cette crise économique qui a été provoquée par une pandémie.

Jusqu’à présent, les leaders technologiques canadiens se sont montrés ouverts à une collaboration avec le gouvernement pour s’assurer que les besoins du secteur soient entendus. Beaucoup ont exprimé leur appréciation et leur compréhension des efforts du gouvernement, mais soulignent la nécessité de mettre rapidement en œuvre des mesures qui sauveront le secteur de situations désastreuses.

Photo par Vaughn Ridley/Collision via Sportsfile



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires