Les fichiers du quatrième trimestre de Toronto seront rendus publics sur TSX


La société de logiciels de relations avec les investisseurs (RI) établie à Toronto Q4 a déposé un prospectus provisoire alors que la société cherche à entrer en bourse à la Bourse de Toronto (TSX).

Q4 prévoit de devenir public via une offre publique initiale (IPO). Le nombre d’actions ordinaires à vendre au T4, ainsi que le prix de son action ordinaire, n’ont pas encore été déterminés. La société prévoit de négocier sous le symbole «QFOR».

Marchés des capitaux CIBC, Financière Banque Nationale et Valeurs Mobilières Credit Suisse agiront en tant que teneurs de livre conjoints de l’opération. Les autres preneurs fermes de ce PAPE comprennent Canaccord Genuity, Raymond James, RBC Marchés des capitaux, Stifel Nicolaus Canada, Valeurs mobilières TD et INFOR Financial.

Q4 est un fournisseur mondial de solutions de RI et de marchés financiers basées sur le cloud. Les offres de la société couvrent les sites Web, les événements virtuels, l’accès aux entreprises, les données et analyses, la gestion de la relation client (CRM) et l’intelligence des marchés financiers. Le quatrième trimestre affirme que sa plate-forme est utilisée par 2400 entreprises publiques, dont la moitié des entreprises constitutives du S&P 500, avec plus de 12 millions d’investisseurs l’utilisant chaque mois, au 31 mars 2021.

Fondé en 2006 et dirigé par le chef de la direction Darrell Heaps, le quatrième trimestre a levé plusieurs rondes de financement, son dernier investissement majeur étant une facilité de crédit de 25 millions de dollars de CIBC Innovation Banking l’an dernier. Auparavant, le dernier tour de table de la société consistait en un financement de série C de 35 millions de dollars américains. L’entreprise a son siège social à Toronto et possède des bureaux à New York et à Londres, en Angleterre.

Dans son prospectus provisoire, déposé aujourd’hui, Q4 a annoncé son intention d’utiliser le produit net de cette offre pour rembourser ses dettes liées aux facilités de crédit, qui totalisent 20,8 millions de dollars. Le produit de l’introduction en bourse permettra également au quatrième trimestre de poursuivre ses stratégies de croissance et de réaliser de nouvelles acquisitions.

CONNEXES: Perspectives optimistes de BBTV après la croissance des revenus en glissement annuel dans le troisième rapport sur les bénéfices depuis l’introduction en bourse de la TSX

Le prospectus a noté que le quatrième trimestre avait connu une «croissance exceptionnelle» l’année dernière, tirée par une forte demande pour son offre de base, et la société s’attend à ce que cette croissance se poursuive en 2021. Les revenus du quatrième trimestre ont totalisé 40,4 millions USD en 2020, en hausse de 80% par rapport à 22,4 millions USD en 2019.

L’année dernière, 90% des revenus de l’entreprise étaient récurrents et provenaient d’abonnements. Les revenus récurrents annuels totaux sont également passés de 25,2 millions USD en 2019 à 42,6 millions USD en 2020.

La société n’est pas encore rentable, mais a déclaré qu’elle voyait une «voie claire vers la rentabilité» alors qu’elle continuait à évoluer. La perte nette du quatrième trimestre en 2020 s’élève à environ 13 millions de dollars américains, selon le prospectus.

«Nous visons à être la principale plate-forme de communication sur les marchés des capitaux pour les entreprises émettrices, avec une base de clients croissante du côté acheteur et côté vendeur», indique le prospectus. «En tant que tel, nous pensons que nous avons une opportunité unique de continuer à augmenter nos revenus de manière significative et à atteindre une rentabilité au cours des prochaines années, car nos produits répondent aux problèmes complexes auxquels sont confrontés les professionnels de tout l’écosystème des marchés financiers.

L’entreprise compte se développer en investissant dans ses produits, ainsi que dans ses équipes commerciales et marketing. Le quatrième trimestre a noté que toute acquisition que l’entreprise «pourrait» faire à l’avenir pourrait également améliorer sa croissance organique.

Le quatrième trimestre rejoint un essaim de startups technologiques canadiennes qui ont déposé leur candidature cette année. Parmi les autres grandes sociétés qui ont récemment cherché à s’inscrire à la TSX, citons Thinkific, qui a récemment clôturé un premier appel public à l’épargne de 184 millions de dollars, et Magnet Forensics, qui a commencé ses activités à la fin avril.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires