Les entreprises de crypto-paiement canadiens sont réglementées par le biais de la Loi sur le financement du terrorisme.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a invoqué pour la première fois la loi d’urgence du pays en réponse aux blocages en cours des restrictions liées au COVID-19 par les camionneurs.

Une nouvelle réglementation des fournisseurs de paiement crypto au Canada

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau invoque la loi d’urgence du pays en réponse directe aux blocages en cours sur les mesures COVID-1. Le gouvernement fédéral a déclaré qu’il étendait les règles de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme pour couvrir le financement participatif et les fournisseurs de paiement qui y sont associés, y compris les crypto-monnaies.

Selon la loi, les plateformes de financement participatif et les fournisseurs de services de paiement connexes, y compris les crypto-monnaies, doivent désormais s’inscrire auprès du CANAFE (Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada). Il n’est pas clair si la facture d’urgence a un impact à long terme sur les fournisseurs de crypto-paiement.

Freeland a ajouté que « toutes les formes de trading, y compris les actifs numériques tels que les crypto-monnaies sont tous couvert par ce changement. Le blocage illégal met en évidence le fait que les plateformes de financement participatif et certains des fournisseurs de services de paiement qu’elles utilisent ne sont pas entièrement couverts par la loi sur le produit du crime et le financement du terrorisme. »

Freeland a déclaré qu’à partir de lundi, toutes les plateformes de financement participatif et les fournisseurs de paiement associés sont également tenus de signaler les transactions suspectes importantes au régulateur financières du pays, tout comme les banques.

A découvrir également : La SEC inflige une amende de 100 millions de dollars à BlockFi pour un règlement de crédit de prêt.

Mettre fin aux manifestations des Teamsters contre la COVID

Adoptée par le Parlement canadien en 1988, la Loi accorde au gouvernement fédéral des pouvoirs supplémentaires temporaires pour répondre au bien-être public, à l’ordre public, aux urgences internationales et en temps de guerre. En réponse directe aux manifestations continues des camionneurs, qui a provoqué des perturbations majeures dans les villes, y compris la capitale du pays, Ottawa, la loi vise à réprimer les manifestations illégales contre les restrictions COVID du Canada.

Les scénarios dans les villes canadiennes comprennent des blocages causés par de gros camions faisant la queue sur les autoroutes du pays et les corridors commerciaux avec les États-Unis. De plus, l’économie canadienne a également été affecté par le confinement.

La Fédération, canadienne du camionnage et la Fraternité internationale des camionneurs ont condamné les manifestations. Les Teamsters ont déclaré que « les différences avec la politique gouvernementale ne devraient pas être exprimées »

A lire également : La Banque centrale du Bahreïn achève le test de paiement transfrontalier avec la blockchain JPMorgan.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires