Les applications vérificatrices de cosmétique font de l’ombre aux grandes marques

Dans les centres commerciaux du monde entier, les acheteurs qui cherchent à savoir ce qu’ils mettent sur leur corps scannent tout, du rouge à lèvres à la crème pour la peau. Le Canada, Think Dirty, EWG Healthy Living ou encore Yuka, font partie des dizaines d’applications qui se concentrent sur des ingrédients prétendument dangereux dans les produits cosmétiques. « Nous ne nous soucions pas de l’apparence de l’étiquette ni de l’appellation de votre marque », a déclaré Lily Tse, fondatrice de Think Dirty, une société basée à Toronto. « La liste des ingrédients nous tient à cœur. »

Des applications inutiles selon les industries de cosmétique

Les entreprises de cosmétiques ont passé des décennies à développer de nouveaux produits chimiques afin de créer des produits encore plus efficaces. Et tandis que l’industrie dépense des millions de dollars pour vérifier la sécurité des produits et déclare respecter les réglementations gouvernementales, certains acheteurs ont le sentiment que les normes sont insuffisamment strictes. La méfiance n’a fait que grandir alors que les entreprises s’empressent d’ajouter, et de promouvoir des ingrédients naturels sans se soucier d’enlever ceux qui sont considérés comme toxiques.

Le mois dernier, a eu lieu une expédition shopping à Paris avec l’application Yuka. Les produits vantant les formulations naturelles à base de farine d’avoine, et de miel ont étonnamment échoué à leur test. «Matte Moisturizer» de la marque de maquillage et de produits de beauté Origins, appartenant à Estee Lauder, commercialisée naturellement, affiche la note «Mauvais» et un point rouge vif en raison de sa coloration au dioxyde de titane, qui, selon l’application, peut provoquer le cancer. Un hydratant de Clarins haut de gamme a obtenu un score de 0 sur 100 parce qu’il contenait des huiles minérales synthétiques – que certaines personnes soupçonnent d’être à l’origine d’un cancer -, tandis que le désodorisant Old Spice de P & G, a obtenu le feu vert pour l’absence de sels d’aluminium.

L’industrie de la beauté a une vision sombre des applications, affirmant qu’elles donnent une image déformée, et alarmiste de leurs produits. Estee Lauder, le groupe Clarins, Procter & Gamble et L’Oréal déclarent tous que leurs produits ont été testés, qu’ils sont sûrs et conformes à la réglementation. «Le président de Clarins, Christian Courtin-Clarins, avertit que l’analyse des résultats d’une application peut être incohérente et scientifiquement infondée. « C’est comme si chaque application avait son propre ingrédient à interdire », a-t-il déclaré dans une réponse aux questions envoyées par courrier électronique.

Les fabricants d’apps disent qu’ils s’appuient sur des études scientifiques pour la plupart de leurs informations. Par exemple, plusieurs utilisent CosIng, la même base de données européenne que les marques de cosmétiques utilisent pour indiquer si les ingrédients sont autorisés ou interdits, et dans quelles conditions (concentration maximale par exemple). Dans certains cas, les applications citent des rapports scientifiques, comme celui publié en septembre par les partenaires pour la prévention du cancer du sein, qui signalait un certain nombre d’ingrédients courants liés au cancer, à un dysfonctionnement hormonal, ou à des lésions du système reproducteur.

Les géants de la beauté disent que la réalité est bien plus compliquée que ne le prétendent les applications. Par exemple, certains ingrédients sont dangereux s’ils sont ingérés, mais pas s’ils restent en dehors du corps. D’autres sont inoffensives en quantités infimes, mais douteuses en doses plus importantes – bien qu’il soit difficile de déterminer le degré d’exposition d’une routine quotidienne comprenant plusieurs produits, du dentifrice au gel douche, en passant par le déodorant et la crème pour le visage.

« Nous sommes tous pour la transparence et nous soutenons le besoin des consommateurs en matière d’informations claires, fiables et indépendantes », a déclaré L’Oréal dans un communiqué envoyé par courrier électronique. « Ces applications ne semblent toutefois pas reposer sur des bases scientifiques : les classements varient d’une application à l’autre et reposent essentiellement sur la présence de certains ingrédients qu’ils considèrent dangereux, alors même que notre industrie est soumise à la réglementation la plus stricte au monde. »

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires