Le vice-président exécutif de l'EDC parle de la réponse de l'agence au COVID-19


Exportation et développement Canada (EDC), une société d’État qui vise à aider les entreprises canadiennes à saisir les occasions d’affaires internationales, a été l’un des principaux acteurs de la réponse du gouvernement fédéral à la pandémie de COVID-19.

« Les services et la technologie sont des secteurs en pleine croissance au Canada. Bien que nous traversions une période difficile, ce sont des secteurs qui ont un avenir très solide ».

L’agence de crédit est l’une des organisations chargées d’apporter l’aide et le soutien de COVID-19 aux entreprises canadiennes par le biais du nouveau programme gouvernemental de crédit aux entreprises (Business Credit Availability Program, BCAP).

Le gouvernement fédéral a accordé à EDC des capacités élargies jusqu’en décembre 2021 pour soutenir et développer les entreprises nationales et les petites et moyennes entreprises face à COVID-19.

BetaKit s’est récemment entretenu avec Carl Burlock, vice-président exécutif et directeur commercial d’EDC, sur la façon dont l’agence aborde sa réponse à la pandémie.

« Nous savons que les entreprises sont confrontées à des difficultés et que le temps est un élément clé dans la réponse », a déclaré M. Burlock à BetaKit. « C’est à la fois une question de rapidité et d’échelle, c’est pourquoi nous avons dû être attentifs aux besoins des entreprises canadiennes aujourd’hui. C’est vraiment pour une réponse qui soit rapide et qui soit à l’échelle… parce que c’est ce dont nous avons besoin ».

M. Burlock a souligné plusieurs nouveaux programmes d’aide aux entreprises canadiennes qu’EDC est en train de mettre en œuvre. M. Burlock a confirmé à BetaKit qu’au début de ce mois, EDC a lancé un programme d’essai visant à faire correspondre les investissements des petites et moyennes entreprises (PME) qui exportent leurs produits depuis le Canada.

RELATIVES : Les paiements de RS&DE commencent à être versés à la technologie canadienne suite au retard causé par la COVID-19

Selon le rapport de The Logic, ce programme permettrait de faire correspondre des investissements d’un montant maximal de 5 millions de dollars à des financements provenant d’investisseurs en capital-risque et en capital-investissement ainsi que de partenaires commerciaux. M. Burlock a déclaré à BetaKit que EDC avait « élargi les paramètres » de son programme de jumelage des investissements, qui, selon lui, peut être utilisé par « de nombreuses entreprises de haute technologie ».

« Nous avons reçu beaucoup d’intérêt rien qu’au cours de la semaine et demie où il a été lancé », a déclaré M. Burlock. « Nous examinons ce que les entreprises nous disent et voyons comment nous pouvons optimiser ce programme. »

Bien que M. Burlock ait déclaré que le programme de contrepartie des investissements a été lancé, un porte-parole de l’EDC a ensuite affirmé que l’agence était encore en train de finaliser les détails et les paramètres du programme. Ils ont noté qu’il n’y a eu aucune transaction jusqu’à présent.

L’une des principales mesures d’aide d’EDC est son programme de garantie de prêts, qui est un pilier du PCE. Grâce à la garantie de prêt d’EDC, le gouvernement vise à donner aux entreprises admissibles un accès à des liquidités à court terme pouvant aller jusqu’à 6,25 millions de dollars canadiens pour couvrir les dépenses « essentielles » comme le loyer, les salaires et autres coûts opérationnels. Le prêt est émis par des institutions financières et est disponible auprès de certaines banques depuis la mi-avril.

« Ce qui s’est passé avec cette pandémie, c’est qu’elle a touché toutes les entreprises en même temps », a déclaré Burlock à BetaKit. « Ça roule [the loan guarantee] Le fait que les institutions financières nous permettent d’utiliser les milliers de gestionnaires de comptes bancaires qui sont sur place nous donne une échelle et une portée qui nous permettent d’exploiter les possibilités qui s’offrent à nous ».

Pour recevoir un financement, les demandeurs du Compte d’urgence pour les entreprises du Canada et de la garantie de prêt d’EDC doivent présenter une demande par l’intermédiaire de leur banque ou d’une institution financière. Selon le gouvernement fédéral, les entreprises canadiennes de tous les secteurs qui étaient financièrement viables et génératrices de revenus avant l’épidémie de COVID-19 peuvent présenter une demande.

RELATIVES : Comment certaines provinces facilitent le programme fédéral d’allégement des loyers commerciaux

Certains membres de la communauté technologique ont exprimé leur inquiétude quant au fait que les entreprises canadiennes de logiciels en tant que service (SaaS) et autres entreprises technologiques traditionnelles dont les revenus sont inférieurs à 4 ou 5 millions de dollars ne pourraient pas profiter de ces programmes car elles ne peuvent pas souvent bénéficier de prêts bancaires ou de lignes de crédit.

M. Burlock a déclaré que les critères de garantie de prêt sont « très ouverts », car ils sont conçus pour rendre les liquidités disponibles, en fournissant 80 pour cent du prêt si une institution financière choisit d’avancer avec une demande.

« Ces programmes sont destinés à être utilisés par toutes les entreprises », a-t-il déclaré. « Nous sommes intéressés de connaître les réactions de certaines entreprises si elles ne sont pas éligibles ».

M. Burlock a déclaré que si certaines entreprises ne sont pas admissibles, il existe d’autres programmes qu’EDC met à leur disposition, mais qu’elles suivront davantage les lignes d’affaires traditionnelles d’EDC.

M. Burlock a déclaré que les critères de garantie des prêts sont « très ouverts », car ils sont conçus pour rendre les liquidités disponibles.

EDC a récemment apporté des améliorations, a déclaré M. Burlock, à ses solutions existantes pour mieux servir les entreprises technologiques. Cela comprend le pourcentage d’un prêt couvert par le Programme de garantie des exportations, par lequel EDC partage le risque avec l’institution financière d’une entreprise en fournissant une garantie sur l’argent que l’entreprise emprunte.

L’organisation a également adapté sa couverture d’assurance comptes clients pour inclure les entreprises SaaS, et renforce sa collaboration avec le MaRS Discovery District et la BDC pour coordonner le soutien à l’écosystème technologique.

M. Burlock a également évoqué le programme de financement provisoire de la BDC pour les entreprises non admissibles à la garantie de prêt d’EDC, ainsi que le programme d’aide à l’innovation COVID-19 du Conseil national de recherches du Canada, doté de 250 millions de dollars.

RELATIVES : Les reports de paiement de la SVB pendant la pandémie COVID-19 s’étendent aux entreprises canadiennes

« Au cours des deux ou trois dernières années, nous avons mis en place des équipes technologiques à travers le Canada, nous comprenons donc le type de structure commerciale unique dont elles disposent », a-t-il déclaré.

Au-delà de l’accès rapide au crédit pour les entreprises, M. Burlock a fait remarquer que l’objectif de nombreux programmes de l’EDC et de la BDC est d’encourager le secteur privé à intervenir et à compléter la crise actuelle. Il a ajouté que pour les entreprises qui sont à des stades différents ou qui ont des besoins variés, il a souligné qu’il existe une variété d’offres qu’elles peuvent examiner.

« Nous avons toujours pensé, surtout ces dernières années, que les services et la technologie sont des secteurs en pleine croissance au Canada », a déclaré M. Burlock. « Bien que nous traversions une période difficile, ce sont des secteurs qui ont un avenir très prometteur, et EDC veut certainement soutenir ces secteurs, non seulement pendant la crise actuelle, mais aussi à l’avenir ».

Source de l’image EDC via Facebook.



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires